RATATOUILLE.

RATATOUILLE. dans Ratatouille. 2315361_3465118              Un rat d'égout

RATATOUILLE.

Du safran, du safran… Et je cherche parmi les épices…Il faut absolument que je trouve du safran ! Cette épice s’accorde parfaitement avec les champignons au fromage que je viens de préparer. Mon nom est Rémi, et je suis un rat. Un rat qui rêve de devenir chef cuisinier ! Comme le dit un grand chef, Auguste Gusteau  » Tout le monde sait cuisiner ! « 

Mon histoire débute une nuit où je suis rentré dans un appartement, comme je l’ai fait des milliers de fois, bien que ce soit interdit. J’habite un grenier et c’est dans la cuisine que l’on trouve de la nourriture. Donc j’y arrive et par chance la locataire, une vieille dame, est endormie.

J’apprends par la télévision restée allumée que Gusteau est mort et j’ai eu un grand choc. C’était mon héros ! Puis tout à coup, la vieille dame se réveille et me poursuit avec un parapluie. Mon frère, Emile se précipite vers le grenier. La vieille dame court après lui. La maison est sens dessus dessous et d’un coup le plafond s’effondre avec une colonie de rats !

Je fuis vers les égoûts mais j’oublie mon livre de recettes de Gusteau. Je retourne donc le chercher. Debout sur le livre, maintenant dans les égoûts, le courant m’emporte. Au matin, je parviens à atteindre le rivage mais ma famille a disparu…

Affamé, je feuillette le livre de recettes et le portrait de Gusteau se met à me parler.  » Si tu as faim, cherche autour de toi !  » dit-il.

 » Mais je viens d’égarer mes amis et ma famille !  » répondis-je.

 » Si tu penses trop à ce que tu as perdu, tu ne verras pas ce que tu as sous les yeux !  » réplique-t-il.

Désespéré, je monte sur le toit d’un immeuble et Paris se dévoile devant moi. Magnifique ! Au loin, j’aperçois le restaurant de Gusteau.

 » Ah ! tu as trouvé mon restaurant !  » ajoute Gusteau.

 » Oui  » Puis au loin,  j’aperçois une verrière. Je monte et j’y arrive.

 » Une vraie cuisine pour les gourmets !  » dis-je.

Je sais que tu as lu mon livre continue Gusteau. Mais l’as-tu bien compris ? Lequel parmi ces cuisiniers est le chef ?

Je désigne alors un petit homme avec une toque blanche et lui répond que c’est cet homme là.

 » Bravo !  » réplique Gusteau.

 » Mais qui est ce garçon ?  » lui demandai-je.

 » C’est le commis du cuisinier.  »  Le commis tout à coup renverse une casserole de soupe.

 » Tout le monde sait cuisiner.  » répéte Gusteau.

« Mais est-ce-que tout le monde le peut !  » dis-je en voyant le commis verser des épices dans une nouvelle soupe qu’il a préparée à la hâte .

 » Il est entrain de saboter la soupe qu’il vient de refaire !  » criai-je.

Soudain, la verrière cède et j’arrive dans la vaisselle sale. Trempé, je déambule dans la cuisine. C’est dangereux pour un rat ! Il y a beaucoup de couteaux ici !… en passant près de la marmite de soupe, une odeur nauséabonde me parvient…

 » Allons, saisis ta chance !  » dit Gusteau.

Alors, je lave mes pattes et ajoute des herbes, des épices et des légumes dans la soupe… Le commis est entrain de m’observer avec un air ahuri.

 » Soupe ! où est la soupe?  » s’écrie le chef.

Vite, le commis me cache sous une passoire.

 » Laisse moi, commis, attraper la casserole !  » dit le chef, dénommé Skinner.

 » Tu as osé cuisiner dans mon restaurant !!!  » s’écrie le chef en colère après le commis. Mais la soupe est déjà emportée et servie. Inquiet, le chef regarde les personnes dans la salle du restaurant. Une cliente goûte la soupe…

Le serveur revient en disant que la cliente a adoré la soupe ! Le chef se retourne alors avec un sourire vers le commis :  » J’ai été peut-être trop dur avec toi ! Tu as pris un risque et nous devons te récompenser. « 

Soudain, le chef m’aperçoit sur le plan de travail :  » Un rat !  » hurle-t-il . Le chef crie au commis qui vient de m’attraper :  » Tue le ! « 

Le commis va vers la Seine et veut me jeter à l’eau. Je le regarde horrifié.

 » Tu n’es pas le seul à avoir des problèmes. Ils veulent que je prépare la soupe et je ne sais pas cuisiner. Mais toi, tu sais… »

Je fis un signe  » Oui  » de la tête, tétanisé.

 » Tu pourrais recommencer ?  » me demande-t-il. J’acquiesce et le commis me relâche alors. Mais je m’enfuis mais je réalise aussitôt que c’est la chance de ma vie ! Je veux devenir chef cuisinier et je reviens sur mes pas.

Au restaurant le commis me cache sous sa chemise. Je l’aide à faire sa soupe en gigotant le long de sa manche. J’essaye de lui donner mes instructions mais en vain. Nous décidons alors d’aller chez lui pour trouver un système pour nous entendre. Je m’installe sur sa tête et tire sur les différentes parties de sa chevelure pour lui dire ce qu’il doit faire. Avec de l’entraînement, il m’obéit comme un automate. Nous faisons une véritable équipe ! Au restaurant, je me cache sous sa toque et nous préparons la soupe ensemble. Elle est parfaite !

 » Félicitations !  » dit le chef après l’avoir goûtée. « Tu as pu la refaire. Mais il faut cuisiner davantage de plats pour rester dans ma cuisine ! Colette va t’apprendre nos méthodes de travail.  » ajoute-t-il.

Le commis dit à Colette combien il est comblé de pouvoir cuisiner à ses côtés. Mais Colette l’interrompt.

 » Combien de femmes vois-tu dans la cuisine. J’ai travaillé dur. Je ne vais pas risquer ma place pour un commis !  » lui annonce-t-elle.

Pendant ce temps le chef cache un secret. Si l’héritier de Gusteau ne se manifeste pas d’ici 2 ans, il héritera du restaurant. Mais lors de son embauche, le commis lui a remis une lettre de sa défunte mère  qui indiquait au chef qu’il est le fils de Gusteau. Néanmoins, sur les conseils de son avocat, le chef est bien décidé à cacher la vérité.

Au bout de quelques jours le commis et moi arrivons très bien à cuisiner. Colette commence à apprécier le jeune homme. Il apprend les ficelles du métier… Rapidement, à ses côtés, je deviens un véritable chef ! Puis, un soir des clients demandent une nouveauté.

 » Une Nouveauté ?  » dit le chef.

 » Ils ont dégusté la soupe du commis et ils désirent une nouveauté ! «  se justifie le serveur.

 » Bien ! Fais la démonstration de ton talent ! Prépare un riz de veau façon Gusteau ! » réplique le chef au commis.

Colette lit la recette, c’est du riz de veau à la croûte au sel… Pas très appétissant !

 » Mais si, c’est du Gusteau !… Au travail ! «  dit le chef.

Sur mes conseils , le commis ajoute quelques épices et se penche au-dessus de la casserole pour me faire sentir le fumet. Nous devons y ajouter quelque chose ! …

 » Que fais-tu ?  » demande colette. Il n’y a pas de crème de truffe blanche dans la recette ! « 

Mais le commis verse une nouvelle sauce sur le plat avant que le serveur ne l’apporte en salle. Colette est furieuse car le commis n’a pas suivi la recette.  Puis ce dernier revient en disant que les clients ont adoré le plat. Et même d’autres personnes ont commandé la même chose. Ravi, je saute sous la toque…

 » C’est merveilleux !  » dit le chef crispé car le commis aurait dû échouer, la recette étant très difficile à réaliser.

Après le service, les cuisiniers félicitent le commis. Mais Colette est triste. Elle lui a appris tout ce qu’elle sait et le commis l’ignore. Une fois dehors, il me sort de sa toque.

 » Vas te reposer petit chef ! tu as bien travaillé encore ce soir ! «  dit-il.

Je déguste le fromage et le bon pain qu’il a gardé pour moi. Soudain, j’entends un bruit de poubelle. C’est mon frère Emile !  Il est à Paris.

 » Délicieux, ce repas ! Papa ne sait pas que tu es toujours en vie. Je vais te conduire à notre nouvelle maison. Tu vas l’adorer !  » dit Emile.

 » Oui, mais… » je balbutie. Pourrais-je maintenant reprendre mon ancienne vie ? Mais une petite visite n’engage à rien…

Nous avançons dans les égoûts obscurs.

 » Tu as découvert un coin de nourriture extra… Je vais le dire à papa…  » ajoute Emile.

 » Je préférerais que ça reste entre nous… J’ai peur que papa n’approuve pas ma nouvelle vie.  » dis-je.

 » Tu nous a manqué ! Tu es chez toi ici !  » s’exclame papa à mon arrivée.

 » La maison semble confortable… Mais je ne suis pas à l’aise. « 

Avant de partir, papa m’emmène dans un service spécialisé dans la dératisation. Mais je suis persuadé que les humains et les rats peuvent vivre ensemble. Et je veux continuer à cuisiner ! Je décide alors de retourner au restaurant.

De retour au restaurant, je retrouve le commis avachi dans la cuisine. Le chef lui a fait nettoyer le sol toute la nuit. J’essaye de le réveiller. Je lui mets des lunettes de soleil et je me cache sous sa toque. Il se met au travail. Colette arrive et le salue pensant qu’il est réveillé. Il lui répond par un ronflement. elle le gifle. Il tombe à terre et se réveille.

 » Je t’aimais et je me suis trompée sur toi.  » dit Colette.

Elle sort furieuse et le commis est contrarié. « 

 » C’est fini petit chef… Je n’en peux plus… » Et il sort retrouver Colette et il l’embrasse. Elle risque de m’apercevoir pense le rat !…

Emue, Colette sourit. Les deux tourtereaux montent en scooter. Colette démare, la toque s’envole et je tombe dans la rue. Aïe !… Je decide alors de rentrer au restaurant où je retrouve Emile qui m’attend avec des amis. Ils sont venus pour la nourriture. Je me faulile dans le bureau du chef pour trouver les clefs du garde-manger. En fouillant dans un tiroir, je trouve un dossier :  » Testament de Gusteau.  » Curieux, je tourne les pages et je trouve la lettre indiquant que le commis est le fils de Gusteau. Soudain, le chef apparaît. Je saisis les papiers et je m’enfuis. Plus tard, je remets cette lettre au commis pour qu’il connaisse sa filiation.

Le lendemain lorsque le chef arrive au restaurant, le commis et Colette l’attendent. Le chef est renvoyé. Maintenant, le commis est devenu chef. En quelques semaines la clientèle augmente, le restaurant est plein…

Soudain, je vois approcher Emile, papa et toute la colonie. Alors je décide de leur offrir toute la bonne nourriture du restaurant. Le commis, lorsqu’il découvre la colonie de rats dans le restaurant, est furieux .

 » Sors ! Toi et tous tes amis rats ! «  hurle le commis.

Je réalise que le commis va avoir de gros ennuis car il ne sait pas du tout gèrer la cuisine. Aussi, le lendemain, je retourne au restaurant car je sais qu’il a vraiment besoin de moi.

Ce soir Antoine Ego, le célèbre critique, arrive au restaurant pour le tester. Colette m’aperçoit la première :  » Un rat ! hurle-t-elle.

Tous les cuisiniers se précipitent vers moi.

 » Ne le touchez pas !  » s’écrie le commis qui vient d’arriver. Les cuisiniers s’arrêtent et le regardent étonnés.

 » Je sais que c’est incroyable… Mais en vérité je n’ai pas de talent… En revanche ce rat sait cuisiner. C’est même un grand chef ! alors restez-vous à mes côtés ? « 

Dégoûtés, les cuisiniers quittent la cuisine ainsi que Colette.

Le commis est découragé… Le père de Rémi, le rat, décide de l’aider.

 » Nous ne sommes pas des cuisiniers, mais nous ferons le mieux possible. «  explique le père. Et toute la colonie se met au travail.

La cuisine est remplie de rats quand tout à coup Colette revient.

 » Te voilà !  » dit le commis en l’embrassant.

 » Dis moi ce que le rat veut cuisiner !  » dit-elle.

Je tourne les pages de Gusteau jusqu’à la page de la recette de la ratatouille.

 » Mais… proteste Colette. Le plat est trop simple pour être servi à Ego ! Tu es sûr ? « 

J’acquiesce et nous nous mettons au travail. Ego adore la ratatouille et il félicite le nouveau chef après avoir demandé à le rencontrer le cuisinier. Grâce à des patins à roulettes, le commis a pu servir toutes les tables et même celle d’Ego.

Après le départ des clients, le commis lui présente Rémi, le rat. Ego n’en croit pas ses yeux. Il lui raconte son histoire. Le sourire d’Ego disparaît de son visage. Puis il se lève et dit :  » Merci pour le dîner !  » et il part sans dire un mot…

Tout le monde au restaurant est inquiet… Mais le lendemain, la critique d’Ego est excellente. Il gratifie Rémi d’un talent exceptionnel et lui accorde le titre de  » Meilleur Chef de France ! « 

Et Rémi dit :  » C’est le plus beau jour de ma vie ! « 

Skinner, l’ex chef, dépité par son renvoi, pendant ce temps, les espionne. Il découvre leur secret. Il appelle les services de l’hygiène. Le commis doit fermer le restaurant. Mais les amis ne le laissent pas tomber.

Ils ouvrent ensemble un nouveau restaurant appelé :  » La Ratatouille !  »

Le commis est maintenant devenu maître d’hôtel pendant que Rémi, le rat, cuisine avec Colette.

Ma famille et moi habitons au-dessus du restaurant. Quand à Ego, c’est un fidèle client et le principal actionnaire !

Tout le monde sait cuisiner. même un rat peut être un grand chef !

Conte écrit et publié par Chantal Flury le 01 Octobre 2009 d’après un film de Disney.background-2008_039.jpg

 

 

 


Archives pour la catégorie Ratatouille.

RATATOUILLE.

RATATOUILLE. dans Ratatouille. 2315361_3465118              Un rat d'égout

RATATOUILLE.

Du safran, du safran… Et je cherche parmi les épices…Il faut absolument que je trouve du safran ! Cette épice s’accorde parfaitement avec les champignons au fromage que je viens de préparer. Mon nom est Rémi, et je suis un rat. Un rat qui rêve de devenir chef cuisinier ! Comme le dit un grand chef, Auguste Gusteau  » Tout le monde sait cuisiner ! « 

Mon histoire débute une nuit où je suis rentré dans un appartement, comme je l’ai fait des milliers de fois, bien que ce soit interdit. J’habite un grenier et c’est dans la cuisine que l’on trouve de la nourriture. Donc j’y arrive et par chance la locataire, une vieille dame, est endormie.

J’apprends par la télévision restée allumée que Gusteau est mort et j’ai eu un grand choc. C’était mon héros ! Puis tout à coup, la vieille dame se réveille et me poursuit avec un parapluie. Mon frère, Emile se précipite vers le grenier. La vieille dame court après lui. La maison est sens dessus dessous et d’un coup le plafond s’effondre avec une colonie de rats !

Je fuis vers les égoûts mais j’oublie mon livre de recettes de Gusteau. Je retourne donc le chercher. Debout sur le livre, maintenant dans les égoûts, le courant m’emporte. Au matin, je parviens à atteindre le rivage mais ma famille a disparu…

Affamé, je feuillette le livre de recettes et le portrait de Gusteau se met à me parler.  » Si tu as faim, cherche autour de toi !  » dit-il.

 » Mais je viens d’égarer mes amis et ma famille !  » répondis-je.

 » Si tu penses trop à ce que tu as perdu, tu ne verras pas ce que tu as sous les yeux !  » réplique-t-il.

Désespéré, je monte sur le toit d’un immeuble et Paris se dévoile devant moi. Magnifique ! Au loin, j’aperçois le restaurant de Gusteau.

 » Ah ! tu as trouvé mon restaurant !  » ajoute Gusteau.

 » Oui  » Puis au loin,  j’aperçois une verrière. Je monte et j’y arrive.

 » Une vraie cuisine pour les gourmets !  » dis-je.

Je sais que tu as lu mon livre continue Gusteau. Mais l’as-tu bien compris ? Lequel parmi ces cuisiniers est le chef ?

Je désigne alors un petit homme avec une toque blanche et lui répond que c’est cet homme là.

 » Bravo !  » réplique Gusteau.

 » Mais qui est ce garçon ?  » lui demandai-je.

 » C’est le commis du cuisinier.  »  Le commis tout à coup renverse une casserole de soupe.

 » Tout le monde sait cuisiner.  » répéte Gusteau.

« Mais est-ce-que tout le monde le peut !  » dis-je en voyant le commis verser des épices dans une nouvelle soupe qu’il a préparée à la hâte .

 » Il est entrain de saboter la soupe qu’il vient de refaire !  » criai-je.

Soudain, la verrière cède et j’arrive dans la vaisselle sale. Trempé, je déambule dans la cuisine. C’est dangereux pour un rat ! Il y a beaucoup de couteaux ici !… en passant près de la marmite de soupe, une odeur nauséabonde me parvient…

 » Allons, saisis ta chance !  » dit Gusteau.

Alors, je lave mes pattes et ajoute des herbes, des épices et des légumes dans la soupe… Le commis est entrain de m’observer avec un air ahuri.

 » Soupe ! où est la soupe?  » s’écrie le chef.

Vite, le commis me cache sous une passoire.

 » Laisse moi, commis, attraper la casserole !  » dit le chef, dénommé Skinner.

 » Tu as osé cuisiner dans mon restaurant !!!  » s’écrie le chef en colère après le commis. Mais la soupe est déjà emportée et servie. Inquiet, le chef regarde les personnes dans la salle du restaurant. Une cliente goûte la soupe…

Le serveur revient en disant que la cliente a adoré la soupe ! Le chef se retourne alors avec un sourire vers le commis :  » J’ai été peut-être trop dur avec toi ! Tu as pris un risque et nous devons te récompenser. « 

Soudain, le chef m’aperçoit sur le plan de travail :  » Un rat !  » hurle-t-il . Le chef crie au commis qui vient de m’attraper :  » Tue le ! « 

Le commis va vers la Seine et veut me jeter à l’eau. Je le regarde horrifié.

 » Tu n’es pas le seul à avoir des problèmes. Ils veulent que je prépare la soupe et je ne sais pas cuisiner. Mais toi, tu sais… »

Je fis un signe  » Oui  » de la tête, tétanisé.

 » Tu pourrais recommencer ?  » me demande-t-il. J’acquiesce et le commis me relâche alors. Mais je m’enfuis mais je réalise aussitôt que c’est la chance de ma vie ! Je veux devenir chef cuisinier et je reviens sur mes pas.

Au restaurant le commis me cache sous sa chemise. Je l’aide à faire sa soupe en gigotant le long de sa manche. J’essaye de lui donner mes instructions mais en vain. Nous décidons alors d’aller chez lui pour trouver un système pour nous entendre. Je m’installe sur sa tête et tire sur les différentes parties de sa chevelure pour lui dire ce qu’il doit faire. Avec de l’entraînement, il m’obéit comme un automate. Nous faisons une véritable équipe ! Au restaurant, je me cache sous sa toque et nous préparons la soupe ensemble. Elle est parfaite !

 » Félicitations !  » dit le chef après l’avoir goûtée. « Tu as pu la refaire. Mais il faut cuisiner davantage de plats pour rester dans ma cuisine ! Colette va t’apprendre nos méthodes de travail.  » ajoute-t-il.

Le commis dit à Colette combien il est comblé de pouvoir cuisiner à ses côtés. Mais Colette l’interrompt.

 » Combien de femmes vois-tu dans la cuisine. J’ai travaillé dur. Je ne vais pas risquer ma place pour un commis !  » lui annonce-t-elle.

Pendant ce temps le chef cache un secret. Si l’héritier de Gusteau ne se manifeste pas d’ici 2 ans, il héritera du restaurant. Mais lors de son embauche, le commis lui a remis une lettre de sa défunte mère  qui indiquait au chef qu’il est le fils de Gusteau. Néanmoins, sur les conseils de son avocat, le chef est bien décidé à cacher la vérité.

Au bout de quelques jours le commis et moi arrivons très bien à cuisiner. Colette commence à apprécier le jeune homme. Il apprend les ficelles du métier… Rapidement, à ses côtés, je deviens un véritable chef ! Puis, un soir des clients demandent une nouveauté.

 » Une Nouveauté ?  » dit le chef.

 » Ils ont dégusté la soupe du commis et ils désirent une nouveauté ! «  se justifie le serveur.

 » Bien ! Fais la démonstration de ton talent ! Prépare un riz de veau façon Gusteau ! » réplique le chef au commis.

Colette lit la recette, c’est du riz de veau à la croûte au sel… Pas très appétissant !

 » Mais si, c’est du Gusteau !… Au travail ! «  dit le chef.

Sur mes conseils , le commis ajoute quelques épices et se penche au-dessus de la casserole pour me faire sentir le fumet. Nous devons y ajouter quelque chose ! …

 » Que fais-tu ?  » demande colette. Il n’y a pas de crème de truffe blanche dans la recette ! « 

Mais le commis verse une nouvelle sauce sur le plat avant que le serveur ne l’apporte en salle. Colette est furieuse car le commis n’a pas suivi la recette.  Puis ce dernier revient en disant que les clients ont adoré le plat. Et même d’autres personnes ont commandé la même chose. Ravi, je saute sous la toque…

 » C’est merveilleux !  » dit le chef crispé car le commis aurait dû échouer, la recette étant très difficile à réaliser.

Après le service, les cuisiniers félicitent le commis. Mais Colette est triste. Elle lui a appris tout ce qu’elle sait et le commis l’ignore. Une fois dehors, il me sort de sa toque.

 » Vas te reposer petit chef ! tu as bien travaillé encore ce soir ! «  dit-il.

Je déguste le fromage et le bon pain qu’il a gardé pour moi. Soudain, j’entends un bruit de poubelle. C’est mon frère Emile !  Il est à Paris.

 » Délicieux, ce repas ! Papa ne sait pas que tu es toujours en vie. Je vais te conduire à notre nouvelle maison. Tu vas l’adorer !  » dit Emile.

 » Oui, mais… » je balbutie. Pourrais-je maintenant reprendre mon ancienne vie ? Mais une petite visite n’engage à rien…

Nous avançons dans les égoûts obscurs.

 » Tu as découvert un coin de nourriture extra… Je vais le dire à papa…  » ajoute Emile.

 » Je préférerais que ça reste entre nous… J’ai peur que papa n’approuve pas ma nouvelle vie.  » dis-je.

 » Tu nous a manqué ! Tu es chez toi ici !  » s’exclame papa à mon arrivée.

 » La maison semble confortable… Mais je ne suis pas à l’aise. « 

Avant de partir, papa m’emmène dans un service spécialisé dans la dératisation. Mais je suis persuadé que les humains et les rats peuvent vivre ensemble. Et je veux continuer à cuisiner ! Je décide alors de retourner au restaurant.

De retour au restaurant, je retrouve le commis avachi dans la cuisine. Le chef lui a fait nettoyer le sol toute la nuit. J’essaye de le réveiller. Je lui mets des lunettes de soleil et je me cache sous sa toque. Il se met au travail. Colette arrive et le salue pensant qu’il est réveillé. Il lui répond par un ronflement. elle le gifle. Il tombe à terre et se réveille.

 » Je t’aimais et je me suis trompée sur toi.  » dit Colette.

Elle sort furieuse et le commis est contrarié. « 

 » C’est fini petit chef… Je n’en peux plus… » Et il sort retrouver Colette et il l’embrasse. Elle risque de m’apercevoir pense le rat !…

Emue, Colette sourit. Les deux tourtereaux montent en scooter. Colette démare, la toque s’envole et je tombe dans la rue. Aïe !… Je decide alors de rentrer au restaurant où je retrouve Emile qui m’attend avec des amis. Ils sont venus pour la nourriture. Je me faulile dans le bureau du chef pour trouver les clefs du garde-manger. En fouillant dans un tiroir, je trouve un dossier :  » Testament de Gusteau.  » Curieux, je tourne les pages et je trouve la lettre indiquant que le commis est le fils de Gusteau. Soudain, le chef apparaît. Je saisis les papiers et je m’enfuis. Plus tard, je remets cette lettre au commis pour qu’il connaisse sa filiation.

Le lendemain lorsque le chef arrive au restaurant, le commis et Colette l’attendent. Le chef est renvoyé. Maintenant, le commis est devenu chef. En quelques semaines la clientèle augmente, le restaurant est plein…

Soudain, je vois approcher Emile, papa et toute la colonie. Alors je décide de leur offrir toute la bonne nourriture du restaurant. Le commis, lorsqu’il découvre la colonie de rats dans le restaurant, est furieux .

 » Sors ! Toi et tous tes amis rats ! «  hurle le commis.

Je réalise que le commis va avoir de gros ennuis car il ne sait pas du tout gèrer la cuisine. Aussi, le lendemain, je retourne au restaurant car je sais qu’il a vraiment besoin de moi.

Ce soir Antoine Ego, le célèbre critique, arrive au restaurant pour le tester. Colette m’aperçoit la première :  » Un rat ! hurle-t-elle.

Tous les cuisiniers se précipitent vers moi.

 » Ne le touchez pas !  » s’écrie le commis qui vient d’arriver. Les cuisiniers s’arrêtent et le regardent étonnés.

 » Je sais que c’est incroyable… Mais en vérité je n’ai pas de talent… En revanche ce rat sait cuisiner. C’est même un grand chef ! alors restez-vous à mes côtés ? « 

Dégoûtés, les cuisiniers quittent la cuisine ainsi que Colette.

Le commis est découragé… Le père de Rémi, le rat, décide de l’aider.

 » Nous ne sommes pas des cuisiniers, mais nous ferons le mieux possible. «  explique le père. Et toute la colonie se met au travail.

La cuisine est remplie de rats quand tout à coup Colette revient.

 » Te voilà !  » dit le commis en l’embrassant.

 » Dis moi ce que le rat veut cuisiner !  » dit-elle.

Je tourne les pages de Gusteau jusqu’à la page de la recette de la ratatouille.

 » Mais… proteste Colette. Le plat est trop simple pour être servi à Ego ! Tu es sûr ? « 

J’acquiesce et nous nous mettons au travail. Ego adore la ratatouille et il félicite le nouveau chef après avoir demandé à le rencontrer le cuisinier. Grâce à des patins à roulettes, le commis a pu servir toutes les tables et même celle d’Ego.

Après le départ des clients, le commis lui présente Rémi, le rat. Ego n’en croit pas ses yeux. Il lui raconte son histoire. Le sourire d’Ego disparaît de son visage. Puis il se lève et dit :  » Merci pour le dîner !  » et il part sans dire un mot…

Tout le monde au restaurant est inquiet… Mais le lendemain, la critique d’Ego est excellente. Il gratifie Rémi d’un talent exceptionnel et lui accorde le titre de  » Meilleur Chef de France ! « 

Et Rémi dit :  » C’est le plus beau jour de ma vie ! « 

Skinner, l’ex chef, dépité par son renvoi, pendant ce temps, les espionne. Il découvre leur secret. Il appelle les services de l’hygiène. Le commis doit fermer le restaurant. Mais les amis ne le laissent pas tomber.

Ils ouvrent ensemble un nouveau restaurant appelé :  » La Ratatouille !  »

Le commis est maintenant devenu maître d’hôtel pendant que Rémi, le rat, cuisine avec Colette.

Ma famille et moi habitons au-dessus du restaurant. Quand à Ego, c’est un fidèle client et le principal actionnaire !

Tout le monde sait cuisiner. même un rat peut être un grand chef !

Conte écrit et publié par Chantal Flury le 01 Octobre 2009 d’après un film de Disney.background-2008_039.jpg

 

 

 

L'Encre de Phoebé |
"Le regard des autres", 1er... |
Atelier permanent de lectur... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Amour, Beauté, Paroles, Mots.
| Les Ailes du Temps
| David Besschops