LA BELLE ET LE CLOCHARD : SCAMP FAIT DES SIENNES.

LA BELLE ET LE CLOCHARD : SCAMP FAIT DES SIENNES. dans La Belle et le Clochard. 405658_279478678783772_79833040_n

LA BELLE ET LE CLOCHARD : SCAMP FAIT DES SIENNES.

Un après-midi, Lady et clochard et leurs enfants étaient allongés devant la cheminée. Pendant ce temps, Jim, leur maître, lisait le journal. Darling tricotait.

Tout semblait calme… Jim se lève et demande qui veut faire un tour avec lui dans le parc ? Lady se précipite vers son maître sa laisse dans la gueule. Il laisse à Clochard la garde de la maison.

Les chiots se rassemblent autour de leur père, Clochard, et lui demande de raconter une histoire. Ils veulent que leur père parle de la période où il était dans la rue.

Clochard raconte alors :

 » C’était bien avant que je connaisse votre maman. Alors, j’aimais jouer avec Jock et Trusty de vieux copains. Nous n’avions pas de maître donc beaucoup de liberté. »

Les enfants lui demandèrent :

 » Comment tu te nourrissais? « .

Clochard répondit :

 » Si le patron d’un restaurant nous donnait des restes de repas, nous mangions. Autrement ce n’était pas facile ! De plus l’employé de la fourrière voulait toujours nous prendre dans son filet et il fallait l’éviter donc se sauver vite !

Quand il faisait beau, nous allions voir le marchand de glaces du zoo qui nous en offrait toujours une ! 

Nous restions dans le parc jusqu’ à la nuit et hurlions sous la lune. C’était la belle vie ! « 

Clochard raconte son enfance jusqu’au retour de Lady. Lorsque Lady arrive, elle dit :

 » Clochard, tu vas donner des mauvaises idées aux enfants ! Venez, les enfants, maintenant vous devez dormir… »

Les petits chiens s’endorment sauf Scamp. Il se remémore tout ce que son père a raconté.

Tante Sarah arrive le lendemain. Elle vient promener les chiots.

 » J’espère que tu vas être gentil ce matin; Scamp ! Avec moi tu obéiras !  » Annonce-t-elle.

Tante Sarah part en promenade, pendant que Lady leur recommande d’être sage. Fatiguée, elle s’assoit sur un banc et somnole. Les petites chiennes dorment aussi assise par terre, mais Scamp en profite pour s’éloigner. Il se glisse hors de portée doucement… Puis hors de sa vue, il se met à courir très rapidement. Il se promène, seul, dans les rues, sur les trottoirs, traverse la chaussée…

Mais sa laisse s’accroche à une borne d’incendie et il manque de s’étrangler. Scamp s’énerve et sa tête sort du collier…

Scamp aperçoit le zoo. Il se rappelle ce qu’a dit son père et veut s’y promener. Le gardien est occupé avec une petite fille et Scamp se précipite pour passer sur le côté, sans être vu. A la porte est accroché un panneau  » interdit aux chiens « .

 » Salut les gros chats !  » Crie Scamp en passant devant les lions. Ces derniers sont vexés.

Scamp aboie les singes qui rigolent et lui font des grimaces !

L’éléphant, pour s’amuser, douche Scamp qui s’enfuit vite !…

Le gardien s’interroge sur le motif qui rend alors les animaux aussi bruyants. D’un coup, il aperçoit Scamp !

 » Viens vers moi, petit, je ne te ferai aucun mal.  » Dit le gardien.

Scamp confiant saute dans ses bras. Le gardien appelle l’employé de la fourrière…

 » Peux-tu emmener ce chien qui traîne au Zoo?  » Lui demande-t-il.

Scamp est chargé dans son fourgon grillagé…

Tante Sarah arrive à la maison, très contrariée.

«  Scamp s’est échappé. Je l’ai cherché partout sans le retrouver.  » Dit tante Sarah.

Darling est triste et inquiète.

 » Je t’avais prévenu Clochard. Tu donnes des idées d’indépendance à ton fils ! Il est peut-être en danger ! « 

Clochard décide d’aller à sa recherche. Il a un excellent flair et pense le retrouver.

 » Scamp est très malin, ne te fais pas de souci.  » Dit Clochard.

Il part avec Jim à la recherche de Scamp. Clochard flaire une piste… Il s’arrête et voit la laisse accrochée à la borne d’incendie où Scamp a retiré son collier… Il reprend la piste. Le gardien va fermer le zoo.

Jim demande au gardien s’il n’a pas aperçu un petit chien. Le gardien lui explique qu’il l’a remis à la fourrière. Jim est inquiet et repart vite. Il appelle un taxi.

 » Nous ne reverrons pas notre chiot si une famille l’adopte ! De plus, il n’a ni collier, ni pièce d’identité. Darling et Lady auraient du chagrin !  » Dit Jim.

Clochard reconnait la voix de Scamp parmi les aboiements des chiens de la fourrière. L’employé ouvre la porte du chenil et Scamp est derrière le grillage. Il attend, confiant, son père.

Jim paye l’amende. Puis il reprend le taxi avec les deux chiens. Jim en arrivant à la maison tend le chiot à Darling.

«  Tu nous as inquiétés. Tu as écouté les folles histoires de ton père; Tu es trop jeune pour faire la même chose que lui.  » Gronde Lady.

«  je ne me sauverai plus « . Rétorque penaud Scamp.

Jim passe un collier au cou de Scamp où figure son nom et son adresse. La famille est réunie…

 » Notre chiot est intrépide ! Nous ne sommes pas au bout de nos peines !  » Dit Lady.

 » Je crois qu’il a eu peur et qu’il ne recommencera plus !  » Répond Clochard.

Conte écrit et publié par Chantal Flury d’après un film de Disney, le 13 Octobre 2012.background-2008_039_thumb2 dans La Belle et le Clochard.

 


Archives pour la catégorie La Belle et le Clochard.

SCAMP UN CHIEN TOUT FOU.

Gif animé Chien gratuit    a2442.gif

SCAMP UN CHIEN TOUT FOU.

Belle et le Clochard ont quatre chiots. Trois d’entre eux ressemblent à leur mère, Lady. Ils sont aussi adorables, mignons et bien élevés. Le quatrième, Scamp, est aussi fripon que son père.

Scamp est curieux. Il veut tout connaître et découvrir. Par exemple le goût des chaussures et de leurs lacets ! Tout ce qui est inconnu, jeté dans les poubelles.

Il vide le panier à linge et déchiquette les chemises. Il tire sur la nappe et fait tomber la vaisselle !

C’est ainsi qu’il explore le monde qui l’entoure. Et en faisant toutes ces bétises, il s’attire beaucoup d’ennuis.

Sa maman, Lady, essaye d’enseigner à ses enfants les bonnes manières. Quand ils se promènent dans le parc, trois chiots trottinent gentiment à ses côtés et Scamp est occupé à chasser les oiseaux !

Scamp éprouve beaucoup d’admiration pour son père qui parfois aime bien aussi s’amuser. Par exemple, il fait la course avec les voitures. Il grogne méchamment lorsqu’il voit un autre chien. Il hurle pendant des heures au clair de lune. Et Scamp pense que papa est le plus courageux de tous les chiens.

Pourtant, Darling et Jim aiment beaucoup Clochard qui le leur rend bien. Il leur apporte le journal le matin. Il retrouve les jouets d’Eric perdus dans le jardin !

Scamp souhaiterait ressembler à son père !

Scamp est sa famille vivent avec Darling, Jim et leur petit garçon. Scamp cherche à ressembler à son père mais à chaque fois qu’il essaye,  il se fait réprimander par Jim et Darling.

Un jour tante Sarah vient les voir et apporte un cadeau pour Eric. Eric avant d’ouvrir son paquet veut montrer ses adorables chiots à sa tante.

 » Tante Sarah, vient dire bonjour à Lady dans la cuisine.  » demande Eric.

Scamp seul dans le salon joue avec le paquet cadeau. Que peut il contenir ? Il veut l’ouvrir.

 » Non Scamp, il ne faut pas aboyer ainsi !  » disent-ils.

Pendant ce temps heureuse et vigilante, Lady surveille ses chiots qui jouent avec une balle bleue.

 » Ne sont-ils pas adorables ? «  interroge Eric.

 » Personnellement, je pense que les chiots n’entrainent que des ennuis !  » répond tante Sarah.

De son côté, Scamp a réussi à ouvrir la boîte. Il tient le ruban entre ses dents et examine curieusement un tigre en peluche aussi grand que lui.

 » Je vous le disais bien, les chiots ne font que des bétises. Regardez, il a ouvert le cadeau d’Eric !  » constate tante Sarah.

Quand tante Sarah repart, elle est encore très en colère.

 » Ce chiot est trop turbulant, vous devriez le donner ! »

Scamp est tout penaud.

En fin d’après midi, tante Sarah rentre à la maison agitée et triste. Scamp agite la queue pour la saluer. Mais tante Sarah, préoccupée, ne le remarque même pas.

 » Que se passe-t-il, tante Sarah ?  » demande Darling voyant le visage inquiet de sa tante.

 

 » J’ai perdu ma petite rose ! C’est terrible !  » répond-elle en sanglotant.Scamp réfléchit : C’est pour lui l’occasion de devenir un héros ! Il doit retrouver cette petite rose. Ainsi, il décide de s’aventurer vers le monde qu’il ne connaît pas encore. Il longe des clôtures. Soudain un écureuil surgit. Scamp le suit. Mais l’animal apeuré bondit au sommet d’un arbre.

Scamp arrive dans une rue animée. Il y a beaucoup de monde. Il entend crier :  » Des roses, achetez mes belles roses ! « 

Scamp observe les fleurs. Si seulement il arrivait à en attraper une ! Mais soudain, il reçoit un méchant coup de balai !

Scamp se sauve à toute vitesse. Il se cache derrière une clôture. Il a peur.

Au bout d’un moment, Scamp sort de sa cachette. L’homme au balai a disparu. Il aperçoit une grosse boule de poils à côté d’une écuelle remplie de lait.

Scamp ne sait pas que c’est un chat !

Scamp s’approche et lui donne un coup de patte affectueux. Mais le chat n’est pas content d’être réveillé brusquement ! A la vue du chiot, il bondit toutes griffes dehors. Il siffle et crache sur le chiot affolé.

Scamp détale et file par une brèche qu’il aperçoit dans la clôture. Il se fait petit et se cache derrière un tonneau. Et il commence à s’arrêter de trembler…

Il entend alors un drôle de cri très doux.

 » Miaou…Miaou… »

En tournant la tête il aperçoit un chaton.

 » Oh ! Une bête plus petite mais identique à l’autre ! « 

Mais le petit chaton pleure , il est désespéré, petit et inoffensif !

Le chiot remue la queue et jappe gentiment pour le distraire. Mais le bébé est inconsolable.

Scamp pense que le bébé a peut-être soif !

 » Il y a une écuelle remplie de lait près de la bête qui grognait tout à l’heure !  » pense-t-il.

Et malgré sa peur, il va jusqu’au jardin. Il apporte l’écuelle au chaton qui lappe le lait avec faim.

Scamp est ravi et le contemple.

Il se fait tard, il va falloir rentrer ! De plus après ses aventures Scamp est fatigué ! Il a envie de retrouver sa maison et sa famille. Il ne se retourne pas une fois. Tant pis pour la rose de tante Sarah !

Scamp retrouve son chemin sans encombre. Mais en montant les marches, il entend un drôle de bruit derrière lui :

 » Miaou…Miaou… »

Le petit animal l’a suivi jusque la maison !

Scamp pense qu’il va être grondé d’avoir ramené ce chaton !

Mais quand Darling ouvre la porte, elle appelle joyeusement tante Sarah.

 » Tante Sarah, tante Sarah, venez voir ! Scamp a retrouvé petite Rose ! « 

Ce soir là une fête est donnée en l’honneur de Scamp à la maison. Darling a préparé des gâteaux. Lady et Clochard sont fier de leur fils.

 » Tu es un vrai héros ! Tu as retrouvé ma petite chatte que je croyais perdue !  » le félicite tante Sarah.

Scamp est content : il voudrait tellement être aussi doué que son père !

Conte écrit et publié le 02 Mars 2010 par Chantal Flury, d’après une histoire de Disney.background-2008_039.jpg

LA BELLE ET LE CLOCHARD 2

     LA BELLE ET LE CLOCHARD 2 dans La Belle et le Clochard. 492[1]                       494[1] dans La Belle et le Clochard.             495[1]  

LA BELLE ET LE CLOCHARD 2.

 

Dans la maison, maintenant Matthieu, le bébé a bien grandi. Il s’amuse avec Eléais, et ses trois petite soeurs, Luna, shopi, Wilma. Eléais déteste prendre un bain et obéir. Quand il fait des bétises, on l’attache à la niche au fond du jardin. Il rêve d’être vagabond. Il ne pense qu’à jouer.

Quand Matthieu met un canotier, Eléais attrape le chapeau et le déchicte. Bruno confisque le canotier lorsqu’il le peut. Ce jour là Matthieu jette la balle par la fenêtre. Eléais saute par cette dernière, va chercher la balle et revient couvert de boue.

Eléais sait qu’il a mal fait et qu’il va être puni. Bruno l’attache à la niche au fond du jardin et il déteste cela. Quand Clochard lui apporte son repas, Eléais lui dit qu’il veut vivre dans la rue. Clochard lui répond :  » dehors la vie est dangereuse.  » Il est seul dans la niche lorsqu’il aperçoit Coquette qui pointe le bout de son nez à travers la palissade. Eléais est séduit mais Coquette est déjà partie. Eléais finit par casser sa chaine et la rejoint.

Le lendemain lorsque belle sort avec le repas d’Eléais, il a disparu. Belle ne comprend pas pourquoi Eléais s’est enfui.

Eléais a suivi Coquette jusqu’à un terrain vague. Eléais peut jouer, se salir, baver, c’est un vrai paradis. Mais un gros chien méchant se pose devant lui.   » Quel est ton nom ? »lui dit il.  » Je m’appelle Eléais « .

Bruno et Karine se sont, à la maison,  maintenant aperçu de la disparition d’Eléais.  » Comment le retrouver ? » Tu as appelé la fourrière pour savoir s’il y était, dit Karine. Bruno part à sa recherche avec Belle et Clochard.

Pendant ce temps Eléais a suivi le gros chien. Pour le mettre à l’épreuve,  le gros chien lance une boite à travers une palissade et demande à Eléais d’aller la chercher. Eléais réussit à récupérer la boite en passant à côté de méchants chiens sans les réveiller. Mais il fait tomber en sortant une poubelle. Les chiens sont réveillés.

Pendant ce temps l’homme de la fourrière a attrapé Coquette. Le gros chien  nargue l’homme de la fourrière qui l’attrape dans son filet. Le gros chien arrive à briser le manche et à se sauver. Coquette est libre. L’homme voit Eléais qui affolé par les chiens arrive et passe en courant.

Toute la troupe va au parc se remettre de leurs émotions. Fier Eléais dit qu’il sera le meilleur chien de tous les temps. Les chiens lui disent qu’il ne pourra jamais se comparer à Clochard qui vivait autrefois dans la rue. Il en est parti car il a rencontré cette fille, Belle.

Eléais est surpris et pense étonné que  son père était un chien de la rue… Encore ébahi, Eléais part et Coquette le suit. Elle ne comprend pas pourquoi Eléais préfère la rue à sa famille. Elle a connu cinq familles. A chaque fois qu’il y avait un bébé, elle était mise à la rue.

Pendant ce temps, Bruno, Karine, Belle et Clochard sillonnent les rues. Aucune trace d’Eléais. Le soir Eléais et Coquette manquent de se faire écraser par une voiture en traversant une route. Coquette lui crie  » Attention ! » Elle a compris combien Eléais comptait déjà pour elle. Elle l’emmène dans un restaurant qu’ elle connait et ils mangent tous deux à leur faim. Coquette pose un baiser sur le museau d’Eléais.

Eléais et Coquette repartent.   » Regarde ma maison  » dit Eléais. Juste à ce moment Clochard et Belle, Bruno et Karine arrivent bredouille de leur recherche. Clochard a l’oreille basse.  » Clochard est ton père ?  » lui demande Coquette. Elle court vers la maison, Eléais lui emboite le pas. Par la fenêtre, Eléas voit toute sa famille mais il dit à coquette qu’il a besoin de vivre libre.  » Comment peut on quitter une telle famille ?  » dit Coquette.

Eléais et Coquette retrouve le lendemain la bande de chiens au parc. Bruno, Karine, Clochard et Belle, tante Martine et ses deux chats mangent avec une nappe sur l’herbe. Tante Martine essaye de les réconforter.  » Eléais va être retrouvé, j’en suis sûre.  » Le gros chien sait alors que clochard est son père. Il est furieux.  » Tu vois les gens là bas vas y et vole le rôti  qui est sur cette nappe !  »

Eléais, dans un passage éclair, vole le rôti. Espèce de monstre crie tante Martine. Clochard mécontent s’élance à la poursuite de son fils. Clochard rattrape rapidement Eléais. Clochard s’excuse de ne pas avoir dit la vérité à son fils.  » J’ai trouvé l’amour.  » lui dit-il. Clochard essaye de résonner Eléais lorsque le gros chien arrive furieux.   » Tu connais le chemin de la maison Eléais « , dit Clochard. Il sait que ça ne sert à rien d’insister. Le gros chien retire son collier à Eléais et tous le félicitent.

Clochard s’explique avec Belle. Il espère qu’Eléais deviendra raisonnable.  Coquette est fâchée.  » Comment as -tu pu faire celà ?  » C’est ton père, va avec lui. Eléais ne veut rien entendre.  Alors Coquette part seule. Eléais ne veut pas la perdre.  » Coquette, revient ! « lui crie-t-il. Coquette est surprise par son appel.

C’est alors que surgit l’homme de la fourrière. Il attrape Eléais. Ce dernier appelle au secours le gros chien. Le gros chien s’éloigne indifférent. « ¨Pas de collier ton sort est bon.  » dit l’homme de la fourrière. Et en route !Coquette va prévenir Belle et Clochard de ce qui vient d’arriver. Clochard s’élance avec elle vers la fourrière.

Une mauvaise surprise attend Eléais. Le méchant chien est là et reconnait Eléais. Il grogne prêt à sauter sur lui. Au moment où il va l’attraper, Clochard arrive. Il ouvre la porte, attire le méchant chien au fond de la cage. Puis ressort en claquant la porte. Le méchant chien reste prisonnier à l’intérieur de la cage.

Eléais en chemin se tourne vers son père et lui dit  » Je n’aurais pas dû partir !  » Il remercie Coquette de l’avoir sorti de là. Toute la famille est dans le jardin pour saluer Eléais à son retour. Bruno et Karine rient heureux ainsi que Matthieu.

Coquette est restée à la grille.  Soudain Eléais l’aperçoit et aboye.  Alors Bruno va chercher Coquette et lui demande de vivre avec eux.   » Bienvenue, Coquette !  » .La famille s’est agrandie…

Conte écrit et publié le 27 Septembre 2008 par Chantal Flury d’après le film de Disney. background-2008_039.jpg

qepvjvtd

Belle et Eléais.                                                        

 

LA BELLE ET LE CLOCHARD 1.

                   LA BELLE ET LE CLOCHARD 1. dans La Belle et le Clochard. 492[1]                           493[1] dans La Belle et le Clochard.                      Present

LA BELLE ET LE CLOCHARD 1.

    

Bruno un jour de Noël offre en cadeau à Karine un bébé cocker ainsi qu’un beau collier et un panier pour la belle petite chienne. Elle est appelée Belle. Elle grandit vite. Elle est très aimée, sa famille adoptive s’occupe d’elle et elle s’amuse beaucoup.

Un après midi Belle aperçoit un chien inconnu. Il a un poil revèche et ne porte pas de collier.  » que vient-il faire ?  » se demande belle.

 » Je m’appelle Clochard «  lui dit-il. Il tombe amoureux et décide qu’il va la revoir.  » Nous allons nous revoir, Belle. »

Le jour suivant en entrant dans la chambre Belle voit un berceau. Tout se passe bien avec le bébé, nouvel arrivé dans la famille. Quelques mois plus tard,  Bruno et Karine veulent partir en vacances et demande à leur tante Martine de venir garder Belle et le bébé. Elle apporte avec elle deux chats siamois Si et Am. Ils disent en arrivant à Belle qu’ils n’aiment pas les chiens. Tante Martine n’aime pas également les chiens.

Dès que tante Martine quitte le salon, les deux chats  sautent à travers la pièce. Tante Martine accuse Belle des dégats occasionnés et la chasse à coups de balai au dehors.

Belle décide de s’enfuir. Mais dans la rue, elle rencontre de méchants chiens qui sont prêts à la dévorer. Clochard apparaît  et se bat pour elle contre ces brutes . Belle est contente d’avoir été secourue.

Clochard l’emmène dans un restaurant qu’il connait. Belle mange à sa faim. Après le diner, ils s’endorment dans un parc au dehors.

En compagnie de Clochard, Belle visite la ville. Clochard s’élance d’un seul coup au milieu d’un poulailler. Furieux, le propriètaire appelle la fourrière. Clochard s’échappe mais Belle est capturée et enfermée. Elle est emmenée à la fourrière. Le lendemain Belle est ramenée chez elle. En effet le numéro de téléphone de son domicile est inscrit sur son collier. Tante Martine appelée par la fourrière est en colère contre Belle. Elle l’attache au dehors près d’une niche.

Belle a du mal à dormir. Tout à coup la nuit elle voit un rat se faufiler dans la chambre du bébé. Par chance la porte de la cuisine est ouverte et Clochard qui était à proximité, appelé par Belle, le voit et  grimpe les escaliers jusqu’à la chambre du bébé. Belle brise sa chaîne et le suit. Clochard attrape l’énorme rat et le tue.

La tante réveillée par le bruit ne voit que les chiens et les chasse à coups de balai. Tante Martine appelle la fourrière qui emmène Clochard. Quant à Bruno et Karine, ils  arrivent de voyage.

Belle montre le rat qui voulait attaquer le bébé. La tante Martine dit  » J’ai pensé que Belle et Clochard voulaient attaquer le bébé.  » Elle a été injuste et s’en repend.

Vite, je dois récupèrer Clochard, dit Bruno avant son arrivée à la fourrière.  Bruno et Karine prennent la voiture et  y parviennent. Délivré,  Clochard est invité à venir vivre avec eux. Belle pense que c’est une très bonne idée.

Quand Noël arrive quatre chiots sont sous le sapin…

Conte écrit le 27 Septembre 2008 par Chantal Flury, d’après un film de Disney.background-2008_039.jpg

 

       51A3JSF6HFL._SL500_SS100_          51B3ENYSEGL._SL500_SS100_

                                 

L'Encre de Phoebé |
"Le regard des autres", 1er... |
Atelier permanent de lectur... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Amour, Beauté, Paroles, Mots.
| Les Ailes du Temps
| David Besschops