OLIVER ET COMPAGNIE.

Dessin oliver et compagniePDVD_000

OLIVER ET COMPAGNIE.

Oliver est un petit chat abandonné et les journées ne sont pas toujours drôles pour lui. De plus, il vit à New-York qui est une ville froide et inhospitalière. Oliver, en se promenant ce jour là parmi les piétons, se dit qu’il aimerait beaucoup avoir une maison et des amis en soupirant…

Oliver est très fatigué et il a une grosse faim. Tandis qu’il erre sur le trottoir sans savoir où aller, un homme le dépasse. Oliver hume alors l’air et s’aperçoit que c’est un marchand de hot-dogs. Quelle bonne odeur !…

Mais oliver est un chat bien élevé et il n’a jamais volé. Néanmoins la faim le fait céder et il décide d’emprunter une saucisse ou deux.

Malheureusement le vendeur de hot-dogs s’en aperçoit. Et il attrappe le petit chat par la peau du cou et le fait rouler sur ce trottoir comme une boule !

Etourdi par sa chute, le petit chat ouvre un oeil et il aperçoit un gros chien qui lui dit :  » Tu t’y prends mal pour voler une saucisse. Je m’appelle Roublard et rassure toi, je ne mange pas les chats. Ils ont trop de poils ! « 

Et Roublard ajoute en souriant :  » Allez chaton, je vais te montrer comment voler des saucisses… »

 » Je ne veux pas y retourner ! «  répond le chat encore sous le choc.

 » C’est ce que tu crois !  » Et le disant Roublard se met à aboyer si fort que le chaton détale très vite.

Roublard poursuit le petit chat en le repoussant vers le marchand de hot-dogs. Le chaton apeuré s’agrippe au dos de l’homme qui surpris tente de s’en débarasser. Roublard pendant ce temps s’empare d’un chapelet de saucisses et l’emporte.

 » Tu as compris, petit chat ? Je t’avais dit de me faire confiance.  » crie Roublard en prenant la fuite.

 » Attends-moi ! Pas si vite !  » hurle le chat.

Mais Roublard ne l’attend pas et il poursuit sa route en riant.

 » Salut le chat, ravi de t’avoir connu !  » crie Roublard.

 » Attends-moi ! Reviens ! Ces saucisses sont aussi à moi ! C’est grâce à moi que tu as pu les prendre ! Tu n’es pas règlo !  » miaule le chat en poursuivant maintenant le chien.

 » Il n’y a que les touristes qui respectent les règles aujourd’hui !  » lui rétorque Roublard en se faufilant entre les voitures et en disparaissant dans la circulation.

Mais la chaton décide de suivre la piste de ce chien effronté et ainsi il arrive jusqu’au port. Il repère Roublard qui porte toujours son chapelet de saucisses autour du cou. Il s’engage sur la passerelle d’une péniche délabrée. Le chat grimpe aussi, d’abord sur le toit pour repérer l’endroit avant de s’engager à l’intérieur. Il entend alors une voix forte :

 » Regardez les copains ce que Roublard nous apporte ! « 

Et Roublard, pour se montrer le plus fort, dit que celà a été dur à accomplir. Il a du affronter un monstre avec de grandes griffes et des dents acérées !

Les amis de Roublard, après l’avoir écoûté, s’apprêtent à se jeter sur les saucisses lorsqu’ils entendent un bruit de vitre cassée. Ils lèvent les yeux et voient une boule de poils qui tombe sur eux.

 » Au secours ! Sauvons nous ! Le monstre nous a retrouvé !  » hurle Tito le plus petit des chiens. Ils courrent tous se mettre à l’abri. Ils aperçoivent alors un chaton, tout surpris par sa chute, au milieu de la pièce.

Rita, la chienne à poils longs s’approche du chaton en grognant.

 » Que fais-tu ici ? Tu nous espionnes ? Personne n’a jamais vu de chat ici !  » lui dit-elle.

François le bouledog, Einstein le danois et Tito le chihuahua la rejoignent en grondant aussi.

Tandis que les chiens le reniflent, le chat répond avec colère :  » Non, je ne suis pas un espion. Je viens juste récupérer ma part de saucisses. Votre copain, Roublard m’a volé ! « 

Tito, éclate de rire et dit  :  » C’est le vilain monstre avec lequel tu t’es battu Roublard ? « 

Roublard reste calme et ajoute :  » Salut petit ! Tu en as mis du temps pour venir ! « 

Un homme entre alors dans la pièce. Il est très sale.

 » Fagan est un ami et nous l’aidons à gagner sa vie.  » dit le danois à l’oreille du chaton.

Fagan se dirige vers une boîte et se met à examiner son contenu.

 » Pas question de donner ces objets à Sykes ! C’est du fric qu’il veut, cet escroc !  » dit-il aux chiens.

C’est alors que Fagan aperçoit le petit chat :  » Nous n’avons jamais eu de chat dans la bande. Bienvenue à toi ici. « 

Puis après avoir mangé, le petit chat s’endort heureux car il a enfin trouvé une maison et des amis !…

Le lendemain, Fagan et la bande partent chaparder dans la ville à bord d’une mobylette transformée en charette pour contenir les animaux.

 » Nous y sommes les amis !  » dit Fagan. Et il ajoute :  » Séparez-vous et rapportez moi tout ce qui peut se vendre. J’ai besoin d’argent pour Sykes ! « 

Les chiens se dispercent dans la rue. Le petit chat fait équipe avec Tito. Tous deux aperçoivent un chauffeur qui descend d’une grosse limousine. Mais ils ne remarquent pas la petite fille assise au fond de la voiture.

Lorsqu’il voit le chauffeur s’éloigner, Tito dit :  » A nous maintenant ! Surveille le chauffeur pendant que je vole le poste de radio ! « 

Le chaton s’apprête à bondir hors de la voiture lorsqu’une voix douce lui murmure :  » Oh, le joli petit chat ! Je m’appelle Jenny !  » C’est la petite fille, surnommée Jenny. Et il ne se sauve pas…

Lorsque le chauffeur revient Jenny lui dit :  » Ce petit chat est seul. Nous devons lui trouver une bonne maison. « 

Roublard et Tito regardent stupéfaits démarrer la voiture qui s’éloigne rapidement. Après quelques kilomètres, elle s’arrête devant une grande maison. Jenny offre au petit chat une assiette remplie d’une délicieuse nourriture. Oliver se régale.

 » Tu sais, je prendrai soin de toi !  » lui dit-elle. Et elle le serre dans ses bras avec tendresse.

Le chaton apprécie sa nouvelle maison… et Jenny. Cette dernière lui met un collier autour du cou.

 » Je te donne ton nom. Tu es Oliver. Regarde c’est écrit sur ta médaille !  » ajoute Jenny.

Pendant ce temps, Fagan et les chiens sur la péniche s »ennuient d’Oliver. Roublard est triste. Il pense qu’il n’aurait jamais imaginé pouvoir s’attacher à un chaton. Et Rita aussi...

 » C’est de ta faute Tito ! Si tu avais fait attention à lui on ne l’aurait pas Kidnappé !  » s’écrie Roublard.

Tito n’est pas content de cette accusation. Et Rita est obligée d’intervenir car les deux chiens commencent à se montrer les dents, prêts à se battre.

 » Arrêtez de vous disputer. Mettons nous plutôt à sa recherche.  » dit Rita.

Aussitôt les chiens décident de quadriller les rues de la ville pour retrouver Oliver. Ils reniflent partout pour sentir son odeur. Et ils arrivent enfin devant la maison de Jenny.

 » Vous voyez, la fenêtre du 2ème étage est ouverte !  » susurre Tito. Ils peuvent ainsi pénétrer dans la maison. Roublard enveloppe le chaton endormi dans une taie d’oreiller et ils s’en vont tous sans bruit. Lorsqu’ils arrivent sur la péniche Fagan ne dissimule pas sa joie. Et il remarque la médaille d’oliver.

 » Tu habites dans le quartier des riches !  » dit-il à Oliver.

Oliver est heureux de revoir ses amis. Mais il veut retourner chez Jenny qui le cajole et il s’est mis à l’aimer.

Pendant ce temps, Fagan a une idée. Il écrit une lettre aux parents de Jenny. Ce soir là, Jenny est seule à la maison et ouvre cette lettre.

 » On a kidnappé, mon petit Oliver !  » s’exclame-t-elle.

La nuit venue, Jenny prend sa tirelire et se faufile hors de la maison. Elle veut se rendre au port et rentrer avec Oliver. Lorsqu’elle y arrive, Fagan est surpris !

 » La maîtresse d’Oliver est une petite fille !  » dit Fagan. Et il remet aussitôt Oliver dans ses bras. Il est désolé et il n’a envoyé cette lettre que parce qu’il devait de l’argent à Sykes. Il s’excuse auprès de Jenny. Il ne voudrait jamais l’argent d’une petite fille !

Mais Sykes arrive à cet instant en voiture et il remarque Jenny habillée comme une princesse. Il est maintenant à la hauteur de Jenny qui marche sur le trottoir. D’un coup, il l’attire dans la voiture avec Oliver après avoir au préalable ouvert la portière.

 » Lachez-moi, méchant !  » crie Jenny furieuse.

 » Sûrement pas. Je te lâcherai pour te revendre gamine à tes parents puisqu’ils sont riches !  » ajoute-t-il en éclatant de rire.

Oliver est fou de rage. Il bondit sur la main de Sykes et le mord de toutes ses forces. Par la douleur, Sykes lâche le bras de Jenny qui s’enfuit. Elle rejoint Fagan et les chiens dans son véhicule de fortune.

Sikes attrape Oliver pour le donner à manger à ses cruels chiens de garde qui se trouvent sur la banquette à l’arrière de la voiture. Le voyant faire, Roublard bondit pour sauver son ami. Les deux molosses sont grands et forts ! Mais Roublard est courageux et les attaque. Bientôt Sykes géné par le combat perd le contrôle de son véhicule. La voiture quitte la route, plonge et sombre dans l’eau froide du fleuve. Jenny, Fagan et les chiens ont assisté à la scène…

 » Je suis désolé, petite fille ! C’est fini pour Oliver ! Et pauvre Roublard !  » dit Fagan en larmes, les croyant morts .

Soudain Jenny crie de joie: «  C’est Roublard qui ramène Oliver. Il a réussi à s’extraire avec lui de la voiture !  »

Oliver est maintenant en sécurité dans les bras de Jenny.

 » Roublard et Oliver, vous m’avez sauvé la vie !  » s’exclame Jenny.

Quelques jours plus tard, Jenny fête son anniversaire et elle invite ses amis. Fagan apporte des cotillons et des chapeaux. L’horrible Sykes a disparu définitivement et ses ennuis sont terminés !

 » Désormais, nous n’aurons plus à voler ! Merci à mes amis Oliver et Jenny !  » déclare Fagan heureux.

C’est le plus bel anniversaire de Jenny !…

Conte écrit et publié par Chantal Flury le 11 Novembre 2009 d’après un film de Disney.background-2008_039.jpg

PDVD_002


Archives pour la catégorie Oliver et compagnie.

OLIVER ET COMPAGNIE.

Dessin oliver et compagniePDVD_000

OLIVER ET COMPAGNIE.

Oliver est un petit chat abandonné et les journées ne sont pas toujours drôles pour lui. De plus, il vit à New-York qui est une ville froide et inhospitalière. Oliver, en se promenant ce jour là parmi les piétons, se dit qu’il aimerait beaucoup avoir une maison et des amis en soupirant…

Oliver est très fatigué et il a une grosse faim. Tandis qu’il erre sur le trottoir sans savoir où aller, un homme le dépasse. Oliver hume alors l’air et s’aperçoit que c’est un marchand de hot-dogs. Quelle bonne odeur !…

Mais oliver est un chat bien élevé et il n’a jamais volé. Néanmoins la faim le fait céder et il décide d’emprunter une saucisse ou deux.

Malheureusement le vendeur de hot-dogs s’en aperçoit. Et il attrappe le petit chat par la peau du cou et le fait rouler sur ce trottoir comme une boule !

Etourdi par sa chute, le petit chat ouvre un oeil et il aperçoit un gros chien qui lui dit :  » Tu t’y prends mal pour voler une saucisse. Je m’appelle Roublard et rassure toi, je ne mange pas les chats. Ils ont trop de poils ! « 

Et Roublard ajoute en souriant :  » Allez chaton, je vais te montrer comment voler des saucisses… »

 » Je ne veux pas y retourner ! «  répond le chat encore sous le choc.

 » C’est ce que tu crois !  » Et le disant Roublard se met à aboyer si fort que le chaton détale très vite.

Roublard poursuit le petit chat en le repoussant vers le marchand de hot-dogs. Le chaton apeuré s’agrippe au dos de l’homme qui surpris tente de s’en débarasser. Roublard pendant ce temps s’empare d’un chapelet de saucisses et l’emporte.

 » Tu as compris, petit chat ? Je t’avais dit de me faire confiance.  » crie Roublard en prenant la fuite.

 » Attends-moi ! Pas si vite !  » hurle le chat.

Mais Roublard ne l’attend pas et il poursuit sa route en riant.

 » Salut le chat, ravi de t’avoir connu !  » crie Roublard.

 » Attends-moi ! Reviens ! Ces saucisses sont aussi à moi ! C’est grâce à moi que tu as pu les prendre ! Tu n’es pas règlo !  » miaule le chat en poursuivant maintenant le chien.

 » Il n’y a que les touristes qui respectent les règles aujourd’hui !  » lui rétorque Roublard en se faufilant entre les voitures et en disparaissant dans la circulation.

Mais la chaton décide de suivre la piste de ce chien effronté et ainsi il arrive jusqu’au port. Il repère Roublard qui porte toujours son chapelet de saucisses autour du cou. Il s’engage sur la passerelle d’une péniche délabrée. Le chat grimpe aussi, d’abord sur le toit pour repérer l’endroit avant de s’engager à l’intérieur. Il entend alors une voix forte :

 » Regardez les copains ce que Roublard nous apporte ! « 

Et Roublard, pour se montrer le plus fort, dit que celà a été dur à accomplir. Il a du affronter un monstre avec de grandes griffes et des dents acérées !

Les amis de Roublard, après l’avoir écoûté, s’apprêtent à se jeter sur les saucisses lorsqu’ils entendent un bruit de vitre cassée. Ils lèvent les yeux et voient une boule de poils qui tombe sur eux.

 » Au secours ! Sauvons nous ! Le monstre nous a retrouvé !  » hurle Tito le plus petit des chiens. Ils courrent tous se mettre à l’abri. Ils aperçoivent alors un chaton, tout surpris par sa chute, au milieu de la pièce.

Rita, la chienne à poils longs s’approche du chaton en grognant.

 » Que fais-tu ici ? Tu nous espionnes ? Personne n’a jamais vu de chat ici !  » lui dit-elle.

François le bouledog, Einstein le danois et Tito le chihuahua la rejoignent en grondant aussi.

Tandis que les chiens le reniflent, le chat répond avec colère :  » Non, je ne suis pas un espion. Je viens juste récupérer ma part de saucisses. Votre copain, Roublard m’a volé ! « 

Tito, éclate de rire et dit  :  » C’est le vilain monstre avec lequel tu t’es battu Roublard ? « 

Roublard reste calme et ajoute :  » Salut petit ! Tu en as mis du temps pour venir ! « 

Un homme entre alors dans la pièce. Il est très sale.

 » Fagan est un ami et nous l’aidons à gagner sa vie.  » dit le danois à l’oreille du chaton.

Fagan se dirige vers une boîte et se met à examiner son contenu.

 » Pas question de donner ces objets à Sykes ! C’est du fric qu’il veut, cet escroc !  » dit-il aux chiens.

C’est alors que Fagan aperçoit le petit chat :  » Nous n’avons jamais eu de chat dans la bande. Bienvenue à toi ici. « 

Puis après avoir mangé, le petit chat s’endort heureux car il a enfin trouvé une maison et des amis !…

Le lendemain, Fagan et la bande partent chaparder dans la ville à bord d’une mobylette transformée en charette pour contenir les animaux.

 » Nous y sommes les amis !  » dit Fagan. Et il ajoute :  » Séparez-vous et rapportez moi tout ce qui peut se vendre. J’ai besoin d’argent pour Sykes ! « 

Les chiens se dispercent dans la rue. Le petit chat fait équipe avec Tito. Tous deux aperçoivent un chauffeur qui descend d’une grosse limousine. Mais ils ne remarquent pas la petite fille assise au fond de la voiture.

Lorsqu’il voit le chauffeur s’éloigner, Tito dit :  » A nous maintenant ! Surveille le chauffeur pendant que je vole le poste de radio ! « 

Le chaton s’apprête à bondir hors de la voiture lorsqu’une voix douce lui murmure :  » Oh, le joli petit chat ! Je m’appelle Jenny !  » C’est la petite fille, surnommée Jenny. Et il ne se sauve pas…

Lorsque le chauffeur revient Jenny lui dit :  » Ce petit chat est seul. Nous devons lui trouver une bonne maison. « 

Roublard et Tito regardent stupéfaits démarrer la voiture qui s’éloigne rapidement. Après quelques kilomètres, elle s’arrête devant une grande maison. Jenny offre au petit chat une assiette remplie d’une délicieuse nourriture. Oliver se régale.

 » Tu sais, je prendrai soin de toi !  » lui dit-elle. Et elle le serre dans ses bras avec tendresse.

Le chaton apprécie sa nouvelle maison… et Jenny. Cette dernière lui met un collier autour du cou.

 » Je te donne ton nom. Tu es Oliver. Regarde c’est écrit sur ta médaille !  » ajoute Jenny.

Pendant ce temps, Fagan et les chiens sur la péniche s »ennuient d’Oliver. Roublard est triste. Il pense qu’il n’aurait jamais imaginé pouvoir s’attacher à un chaton. Et Rita aussi...

 » C’est de ta faute Tito ! Si tu avais fait attention à lui on ne l’aurait pas Kidnappé !  » s’écrie Roublard.

Tito n’est pas content de cette accusation. Et Rita est obligée d’intervenir car les deux chiens commencent à se montrer les dents, prêts à se battre.

 » Arrêtez de vous disputer. Mettons nous plutôt à sa recherche.  » dit Rita.

Aussitôt les chiens décident de quadriller les rues de la ville pour retrouver Oliver. Ils reniflent partout pour sentir son odeur. Et ils arrivent enfin devant la maison de Jenny.

 » Vous voyez, la fenêtre du 2ème étage est ouverte !  » susurre Tito. Ils peuvent ainsi pénétrer dans la maison. Roublard enveloppe le chaton endormi dans une taie d’oreiller et ils s’en vont tous sans bruit. Lorsqu’ils arrivent sur la péniche Fagan ne dissimule pas sa joie. Et il remarque la médaille d’oliver.

 » Tu habites dans le quartier des riches !  » dit-il à Oliver.

Oliver est heureux de revoir ses amis. Mais il veut retourner chez Jenny qui le cajole et il s’est mis à l’aimer.

Pendant ce temps, Fagan a une idée. Il écrit une lettre aux parents de Jenny. Ce soir là, Jenny est seule à la maison et ouvre cette lettre.

 » On a kidnappé, mon petit Oliver !  » s’exclame-t-elle.

La nuit venue, Jenny prend sa tirelire et se faufile hors de la maison. Elle veut se rendre au port et rentrer avec Oliver. Lorsqu’elle y arrive, Fagan est surpris !

 » La maîtresse d’Oliver est une petite fille !  » dit Fagan. Et il remet aussitôt Oliver dans ses bras. Il est désolé et il n’a envoyé cette lettre que parce qu’il devait de l’argent à Sykes. Il s’excuse auprès de Jenny. Il ne voudrait jamais l’argent d’une petite fille !

Mais Sykes arrive à cet instant en voiture et il remarque Jenny habillée comme une princesse. Il est maintenant à la hauteur de Jenny qui marche sur le trottoir. D’un coup, il l’attire dans la voiture avec Oliver après avoir au préalable ouvert la portière.

 » Lachez-moi, méchant !  » crie Jenny furieuse.

 » Sûrement pas. Je te lâcherai pour te revendre gamine à tes parents puisqu’ils sont riches !  » ajoute-t-il en éclatant de rire.

Oliver est fou de rage. Il bondit sur la main de Sykes et le mord de toutes ses forces. Par la douleur, Sykes lâche le bras de Jenny qui s’enfuit. Elle rejoint Fagan et les chiens dans son véhicule de fortune.

Sikes attrape Oliver pour le donner à manger à ses cruels chiens de garde qui se trouvent sur la banquette à l’arrière de la voiture. Le voyant faire, Roublard bondit pour sauver son ami. Les deux molosses sont grands et forts ! Mais Roublard est courageux et les attaque. Bientôt Sykes géné par le combat perd le contrôle de son véhicule. La voiture quitte la route, plonge et sombre dans l’eau froide du fleuve. Jenny, Fagan et les chiens ont assisté à la scène…

 » Je suis désolé, petite fille ! C’est fini pour Oliver ! Et pauvre Roublard !  » dit Fagan en larmes, les croyant morts .

Soudain Jenny crie de joie: «  C’est Roublard qui ramène Oliver. Il a réussi à s’extraire avec lui de la voiture !  »

Oliver est maintenant en sécurité dans les bras de Jenny.

 » Roublard et Oliver, vous m’avez sauvé la vie !  » s’exclame Jenny.

Quelques jours plus tard, Jenny fête son anniversaire et elle invite ses amis. Fagan apporte des cotillons et des chapeaux. L’horrible Sykes a disparu définitivement et ses ennuis sont terminés !

 » Désormais, nous n’aurons plus à voler ! Merci à mes amis Oliver et Jenny !  » déclare Fagan heureux.

C’est le plus bel anniversaire de Jenny !…

Conte écrit et publié par Chantal Flury le 11 Novembre 2009 d’après un film de Disney.background-2008_039.jpg

PDVD_002

L'Encre de Phoebé |
"Le regard des autres", 1er... |
Atelier permanent de lectur... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Amour, Beauté, Paroles, Mots.
| Les Ailes du Temps
| David Besschops