NENUPHAR LE CHIMPANZE.

 

singes_farceurs

 

NENUPHAR LE CHIMPANZE.

Sur le grand bleu qui arrive d’Afrique, il y a trois cheminées, mille passagers et cent hommes d’équipage. Il y a aussi bien caché, un petit chimpanzé.

Son nom est Nénuphar. Il est né près d’un grand étang où les fleurs naissent chaque printemps. Et il vient en France pour travailler.

Nénuphar est fatigué et il voudrait bien se reposer une nuit dans un hôtel.

 » Bonsoir, Monsieur. avez vous une chambre à louer. Je suis un chimpanzé bien sage !  » dit Nénuphar au portier de l’hôtel.

On lui donne une chambre. il y rentre avec un code qui lui a été communiqué. Il arrive dans cette chambre et se met dans un lit. Avec son beau chapeau, il coiffe la chandelle. Et le bonnet de papier ne tarde pas à s’enflammer ! Nénuphar est effrayé. Vite un broc d’eau. Il éteind l’incendie. Mais hélas, il a détruit son châpeau ! Nénuphar est trop fatigué pour trop y penser. Il se glisse sous la couette et rêve, rêve… d’un grand bonnet d’argent.

Dès son réveil, Nénuphar prend une douche. Il se savonne et se frotte en chantant. Il fait en même temps cent bulles de savon.

Il sort et achète un journal. Il voudrait travailler mais il ne connaît aucun métier. Il se fait un chapeau avec ce journal.

Nénuphar pense : « Ainsi, je serai bien habillé. Je pourrai trouver facilement du travail ! « 

Puis il va dans un restaurant, demande une table. Il mange de bon appétit deux tartes, trois croissants, une brioche, un éclair, six petits fours et boit une grande tasse de lait.

Après avoir cherché, Nénuphar a trouvé un métier. Il sera peintre en bâtiments. Il s’en va donc portant une échelle sur l’épaule, des peintures et des pinceaux.

Mais le joyeux chimpanzé, après avoir travaillé, voudrait s’amuser. Sautant, dansant, il couvre les murs et les carrelages de pleins de gribouillages : du bleu, du jaune, du rouge, du vert, toutes les couleurs se mélangent !

Maintenant la nuit tombe, il fait froid et le singe voudrait trouver un toit. Il aperçoit un chien, nommé Azor,  dans sa niche. Mais le chien ne veut pas partager son lit de paille bien fraîche. Il s’élance sur Nénuphar qui lui montre un os dans la cour.

Le chien dissipé se précipite aussitôt, fouille, gratte et jappe, aboie et finit par trouver un bel os tout blanc. Pendant qu’il le croque, Nénuphar s’installe dans la niche abandonnée. Et le chimpanzé, son chapeau posé par terre s’endort. Il fait de beaux rêves. Le chien, qui n’est pas rancunier, se couche sagement dans l’allée…

Nénuphar et Azor deviennent vite des amis. Ensemble sur les places publiques, ils font des tours et des jongleries ! Ce sont de vrais acrobates ! Les deux compères dansent et la foule se dit :  » Ce singe et ce chien sont assurément très savants !  »

Mais Nénuphar aime faire des métiers nouveaux. Il achète une bicyclette pour faire des livraisons dans la ville, de piles de journaux.

 » Journaux du matin et du soir !  » crie-t-il en passant. Puis il distribue ce qu’il n’a pas vendu aux chiens du quartier.  » Tenez mes amis, amusez-vous bien ! « 

Mais Nénuphar ne peut résister de découper les pages imprimées. Il les transforme en bonhommes, en cocottes, en bonnets, en avions et cochonnets. Oh ! qu’ils sont merveilleux !

Pour finir, il construit une cocotte immense en papier journal ! Il plie, taille et colle si bien que c’est lui qui a créé la plus belle cocotte en papier que vous pouvez imaginer.

Conte écrit et publié par chantal flury le 02 Octobre 2009 d’après une histoire de Hachette.background-2008_039.jpg   Nénuphar Le Chimpanzé - Livre797586cc

 


Archives pour la catégorie Nenuphar.

NENUPHAR LE CHIMPANZE.

 

singes_farceurs

 

NENUPHAR LE CHIMPANZE.

Sur le grand bleu qui arrive d’Afrique, il y a trois cheminées, mille passagers et cent hommes d’équipage. Il y a aussi bien caché, un petit chimpanzé.

Son nom est Nénuphar. Il est né près d’un grand étang où les fleurs naissent chaque printemps. Et il vient en France pour travailler.

Nénuphar est fatigué et il voudrait bien se reposer une nuit dans un hôtel.

 » Bonsoir, Monsieur. avez vous une chambre à louer. Je suis un chimpanzé bien sage !  » dit Nénuphar au portier de l’hôtel.

On lui donne une chambre. il y rentre avec un code qui lui a été communiqué. Il arrive dans cette chambre et se met dans un lit. Avec son beau chapeau, il coiffe la chandelle. Et le bonnet de papier ne tarde pas à s’enflammer ! Nénuphar est effrayé. Vite un broc d’eau. Il éteind l’incendie. Mais hélas, il a détruit son châpeau ! Nénuphar est trop fatigué pour trop y penser. Il se glisse sous la couette et rêve, rêve… d’un grand bonnet d’argent.

Dès son réveil, Nénuphar prend une douche. Il se savonne et se frotte en chantant. Il fait en même temps cent bulles de savon.

Il sort et achète un journal. Il voudrait travailler mais il ne connaît aucun métier. Il se fait un chapeau avec ce journal.

Nénuphar pense : « Ainsi, je serai bien habillé. Je pourrai trouver facilement du travail ! « 

Puis il va dans un restaurant, demande une table. Il mange de bon appétit deux tartes, trois croissants, une brioche, un éclair, six petits fours et boit une grande tasse de lait.

Après avoir cherché, Nénuphar a trouvé un métier. Il sera peintre en bâtiments. Il s’en va donc portant une échelle sur l’épaule, des peintures et des pinceaux.

Mais le joyeux chimpanzé, après avoir travaillé, voudrait s’amuser. Sautant, dansant, il couvre les murs et les carrelages de pleins de gribouillages : du bleu, du jaune, du rouge, du vert, toutes les couleurs se mélangent !

Maintenant la nuit tombe, il fait froid et le singe voudrait trouver un toit. Il aperçoit un chien, nommé Azor,  dans sa niche. Mais le chien ne veut pas partager son lit de paille bien fraîche. Il s’élance sur Nénuphar qui lui montre un os dans la cour.

Le chien dissipé se précipite aussitôt, fouille, gratte et jappe, aboie et finit par trouver un bel os tout blanc. Pendant qu’il le croque, Nénuphar s’installe dans la niche abandonnée. Et le chimpanzé, son chapeau posé par terre s’endort. Il fait de beaux rêves. Le chien, qui n’est pas rancunier, se couche sagement dans l’allée…

Nénuphar et Azor deviennent vite des amis. Ensemble sur les places publiques, ils font des tours et des jongleries ! Ce sont de vrais acrobates ! Les deux compères dansent et la foule se dit :  » Ce singe et ce chien sont assurément très savants !  »

Mais Nénuphar aime faire des métiers nouveaux. Il achète une bicyclette pour faire des livraisons dans la ville, de piles de journaux.

 » Journaux du matin et du soir !  » crie-t-il en passant. Puis il distribue ce qu’il n’a pas vendu aux chiens du quartier.  » Tenez mes amis, amusez-vous bien ! « 

Mais Nénuphar ne peut résister de découper les pages imprimées. Il les transforme en bonhommes, en cocottes, en bonnets, en avions et cochonnets. Oh ! qu’ils sont merveilleux !

Pour finir, il construit une cocotte immense en papier journal ! Il plie, taille et colle si bien que c’est lui qui a créé la plus belle cocotte en papier que vous pouvez imaginer.

Conte écrit et publié par chantal flury le 02 Octobre 2009 d’après une histoire de Hachette.background-2008_039.jpg   Nénuphar Le Chimpanzé - Livre797586cc

 

L'Encre de Phoebé |
"Le regard des autres", 1er... |
Atelier permanent de lectur... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Amour, Beauté, Paroles, Mots.
| Les Ailes du Temps
| David Besschops