Dumbo, prête moi tes oreilles…

163419_179918322042042_7870780_n

Dumbo, prête moi tes oreilles.

Le petit train transporte le cirque à travers le pays.

D’un seul coup il s’arrête car il a besoin de repos.

Monsieur Loyal, le Directeur, s’inquiète car il a une représentation le soir, à quelques kilomètres. Il longe le train et ouvre les wagons et les cages pour que chacun se détendent dans un champ proche du train.

Les animaux, les clowns, les acrobates, les dompteurs sortent.

Dumbo et sa maman boivent de l’eau fraîche dans un seau apporté par Monsieur Loyal. Un coup de tonnerre retentit alors et la pluie se met à tomber. La troupe s’abrite rapidement dans les wagons. Le vent qui accompagne l’orage se met à souffler.

Monsieur Loyal demande à Dumbo de le suivre en tête de train.

Dumbo ouvre ses grandes oreilles qui se gonflent comme des voiles de bateau et il fait avancer le petit train sur les rails.

Le petit train avance et le spectacle pourra avoir lieu.

Monsieur Loyal remercie Dumbo !

Conte écrit et publié par Chantal Flury le 02 Avril 2017, d’après une histoire de Disney.background-2008_039_thumb


Archives pour la catégorie Dumbo.

UNE BERCEUSE POUR DUMBO.

163419_179918322042042_7870780_n

UNE BERCEUSE POUR DUMBO.

Madame Jumbo voyait les autres animaux avec des bébés et elle rêvait d’en avoir un aussi. Un jour une cigogne entendant ses appels du coeur lui déposa un beau bébé. Néanmoins ce bébé avait une anomalie, il avait de grandes oreilles ! Elle réfléchit et lui donna le prénom de Dumbo.

L’amour de la mère grandissait un peu plus chaque jour. Elle jouait  avec lui, lui chantait des berceuses pour l’endormir.

Mais un soir elle trouva son petit en pleurs. Elle pensa aussitôt que les autres éléphants s’étaient encore moqués de lui à cause de ses grandes oreilles…

 » N’écoute pas les méchancetés des autres éléphants. Tu es le plus beau !  » Lui dit-elle. Et elle se mit à lui chanter sa berceuse préférée. Et il s’endormit heureux…

Elle entendit soudain des ronflements des box des autres éléphants. Sa berceuse les avait tous expédiés dans les bras de Morphée, le dieu qui procure le sommeil. Et elle les accompagna bien vite dans un profond sommeil…

Elle était soulagée d’oublier ainsi leurs méchants sarcasmes !

Ecrit et publié par Chantal Flury le 12 décembre 2014, d’après un conte de Disney.background-2008_039_thumb

 

.

 

DUMBO.

DUMBO. dans Dumbo. 163419_179918322042042_7870780_n

DUMBO.

Le printemps est là ! Dans le grand cirque, les clowns, les funambules, les dompteurs et les musiciens ont préparé leurs nouveaux numéros.

Les animaux attendent les cigognes aussi ! Pendant la nuit, elles arrivent et volent au-dessus du cirque. Elles ont un paquet, chacune, au bout de leur bec. Elles piquent sur le cirque et lâchent ces paquets qui arrivent.

L’un des paquets atterrit chez les kangourous, un autre chez les hippopotames, deux chez les ours, un chez les girafes et cinq chez les tigres…

Le lendemain, le cirque part…Les animaux montent dans les wagons. Madame Jumbo regarde le ciel angoissée ! Elle n’a pas reçu de paquet. Les cigognes l’ont oubliée.

Cependant dans le ciel, sur un nuage, une cigogne égarée cherche son chemin. Elle sait que le cirque est à proximité. Elle descend… Elle cherche Madame Jumbo…

 » Qui est la future maman?  » Demande la cigogne.

 » C’est moi !  » Répond Madame Jumbo. La cigogne lui donne son paquet et reprend la route…

Madame Jumbo ouvre vite ce paquet ! Et elle découvre un éléphanteau avec de grandes oreilles !

 » Regardez ses oreilles ! Qu’il est comique !  » Comment l’appellerez-vous ?  » Demande un éléphant.

 » Dumbo !  » Répond Madame Jumbo.

Que lui importe la taille de ses oreilles ! Il est le plus beau des bébés ! Elle le serre, avec tendresse, contre elle.

Le grand cirque arrive dans une nouvelle ville sous la pluie. Hommes et animaux montent le chapiteau, sans se soucier de cette pluie.

Le lendemain, la troupe défile dans les rues. Le directeur monte son cheval blanc. Il est suivi de l’orchestre, des clowns et des animaux enfermés dans des roulottes.

Puis viennent les éléphants et Dumbo. C’est sa première parade et il est très fier. Mais il tombe dans une flaque d’eau en s’accrochant à une de ses oreilles ! Les enfants qui l’ont vu se moquent. Il tirent sa queue et ses oreilles. Madame Jumbo les voie et pousse les enfants avec sa trompe !

Les gens du cirque accourent. Le directeur armé d’un fouet aussi. Madame Jumbo est ligotée et emmenée loin de son bébé puis enfermée dans une roulotte.

Les éléphantes se détournent aussitôt de Dumbo. Ce dernier s’éloigne très triste et se sent seul… Timothée, la souris, l’a vu. Elle lui vient en aide…

 » Vous devriez être honteuses d’abandonner ce petit !  » Crie-t-elle aux éléphantes.  Les éléphantes et Dumbo ont peur de la souris ! Dumbo se réfugie dans un coin ! Thimothée l’attire vers elle, avec une cacahuète.

 » Viens ! Nous libérerons ta mère !  » Dit Thimothée.

Dumbo suit tristement son nouvel ami… Ils passent devant la tente du directeur et l’entendent !

 » Les gens sont las de nos numéros ! Il faut en trouver des jamais vu, sinon nous les perdrons comme spectateurs !  » Dit le Directeur et il part se coucher fatigué.

Mais Timothée a une idée… Elle va à l’oreille du directeur endormi et murmure :

 » L’éléphanteau aux grandes oreilles sera la nouvelle étoile de ton cirque ! Imagine une pyramide de six éléphants, Dumbo saute et atterrit au sommet !  »

Quelques jours passent et le nouveau spectacle est prêt ! Le public est nombreux pour le regarder. La pyramide des éléphants est déjà prête. Un roulement de tambour et Dumbo s’élance vers le tremplin !

Catastrophe ! Il glisse sur ses oreilles et le gros ballon sur lequel repose la pyramide glisse. Les éléphants tombent ! Les spectateurs sont effrayés et se sauvent ! Dumbo est trop maladroit !… Le directeur est en colère !…

Dumbo est alors envoyé pour travailler avec les clowns. Il doit sauter d’une maison en flammes et les clowns font semblant de l’attraper. Puis ils le laissent tomber dans une bassine pleine de crème fouettée.

Dumbo est mécontent de son numéro. Timothée vient le réconforter. Il l’emmène devant le wagon où Madame Jumbo se trouve enfermée.

Madame Jumbo est heureuse d’apercevoir son petit ! Elle passe sa trompe à travers les barreaux et prend Dumbo et le berce.

Les clowns, dans la tente, fêtent leur succès : Ils veulent que le lendemain Jumbo tombe encore de plus haut ! L’un des clowns jettent une bouteille, par dessus son épaule, qui tombe dans un baquet rempli d’eau…

Dumbo a soif et aspire l’eau du baquet… Il se sent bizarre ! Timothée veut voir ce qu’il y a dans l’eau mais en s’approchant, il tombe dans le baquet ! Et il se sent aussi tout drôle !…

Le lendemain, Dumbo et Timothée sont réveillés par des corbeaux. Ces corbeaux se demandent ce que fait un éléphant dans un arbre ! De plus avec une souris sur sa tête !

Dumbo et Timothée regardent ! Ils sont bien dans un arbre ! Dumbo chute en perdant l’équilibre ! Et ils atterrissent dans une marre…

Les corbeaux éclatent de rire !

 » Comment sommes-nous arrivés sur cette branche ?  » Demande Timothée.

 » Il a dû voler !  » Répond un corbeau.

 » Un éléphant ne vole pas !  » Ajoute un autre corbeau.

Timothée réfléchit et pense que Dumbo vole. Ses grandes oreilles doivent lui permettre de voler !

Dumbo est poussé du haut d’une falaise. Il agite ses oreilles alors de haut en bas, le plus vite possible ! Et constatation, il vole !

 » Bravo Dumbo ! Rentrons au cirque ! Nous montrerons tes exploits !  » S’écrie Timothée.

Ainsi ce soir-là, du haut de la maison en flammes, l’éléphanteau pique vers le sol, déploie ses oreilles, vole et tombe dans la bassine…

 » Un éléphant qui vole !  » Déclament les spectateurs.

Dumbo tous les soirs est maintenant la vedette. Sa maman a été libérée et est très fière de lui !…

Ecrit et publié par Chantal Flury le 24 Novembre 2012, d’après un conte de Disney.background-2008_039_thumb20 dans Dumbo.

 

 

DUMBO-SAUVETAGE EN MONTAGNE.

DUMBO-SAUVETAGE EN MONTAGNE. dans Dumbo. 478[1]la_rhune dans Dumbo.

DUMBO – SAUVETAGE EN MONTAGNE.

Un vent du Nord souffle et le froid est présent. La neige tombe. Le petit train gravit la colline avec du mal. Le cirque est en train de se diriger vers la ville. Dumbo est blotti contre sa maman. Il sent sa douceur et sa chaleur qui le pénètre.

BING ! BANG !

Que se passe-t-il ? Les animaux font des pirouettes… Car le train a freiné brutalement.

 » Mes moustaches sont aplaties !  » grogne le lion.

 » Où est ma queue !  » demande l’otarie.

 » Ai-je perdu mes moustaches ?  » interroge la girafe.

 » On est arrivé. Il va falloir recommencer la représentation. Où est le public ?  » s’écrie Timothée.

 » Nous ne sommes pas encore en ville. Il n’y a pas de maison, ni de public, rien que de la neige !  » explique Dumbo.

Dumbo et les autres animaux sortent pour regarder le lieu où ils se sont arrêtés. Juste devant le train, il y a un amas de neige sur la voie ferrée qui l’empêche d’avancer. Les animaux doivent aider le train à repartir.

 » Un, deux, trois !  » Tous poussent de toutes leurs forces. Et ils arrivent enfin à pousser le train jusqu’au sommet de la montagne. Maintenant, il n’a plus qu’à se laisser glisser. Les animaux remontent vite tous dans le wagon. Mais maman Jumbo, en voulant monter, perd l’équilibre.

Jumbo crie effrayé ! Car Dumbo est trop petit pour la retenir seul.

Maman Jumbo dévale déjà sur le dos la colline et elle se transforme en une boule de neige de plus en plus grosse.

Maman Jumbo est depuis introuvable. Dumbo continue sa recherche.

 » Avez-vous vu maman ?  » demande Dumbo.

 » Non, mais j’ai vu glisser une grosse boule de neige !  » répondent des oiseaux.

 » C’est-elle !  » répond Jumbo.

 » Ta mère n’est pas une boule de neige !  » lui répondent-ils.

 » Vers où cette boule de neige se dirigeait-elle ?  » demande Dumbo.

 » Suis les traces dans la neige !  » lui répondent-ils ensemble.

Dumbo pleure de joie… Ses larmes gèlent sur ses joues. Soudain la boule de neige bouge… Que se passe-t-il donc ?

Dumbo descend et enlève la neige… Une trompe apparaît !

 » Maman, je t’ai enfin retrouvée !  » crie Dumbo. et il se jette dans les bras de sa mère qui s’est dégagée.

Ils s’embrassent tous les deux très fort. Ils décident ensuite de rejoindre ensemble les autres animaux.

 » Ne t’inquiète pas. Je vais te tirer le long de cette pente !  » dit Dumbo qui la traîne de toutes ses forces. Mais malgré ses efforts, maman Jumbo ne bouge pas d’un centimètre.

 » Vole, Dumbo, pour aller chercher de l’aide !  » l’incite-t-elle. 

Il doit suivre les traces sur la neige qui mène dans un chemin inverse. Dumbo n’a pas de choix. Mais le vent se lève et efface bien vite les traces. Dumbo désolé a perdu le chemin du retour !…

 » C’est par là !  » siffle d’un coup le vent.

Dumbo doit se mettre sous un amas de neige pour s’abriter. Puis Dumbo repart dans le vent pour chercher du secours. Et soudain, il entend une voix familière.  C’est Timothée qui est debout sur la tête de la girafe. A côté de lui, les animaux du cirque se déplacent. Dumbo les conduit vers maman Jumbo. Ils se demandent comment la remonter ?

 » Je sais !  » s’exclame Timothée. Il faut trouver quelque chose de long…

 » Mais quel objet prendre ?  » demande l’hippopotame.

Timothée réfléchit…

 » Il faut une grande échelle !  » constate-t-il. Mais personne n’a d’échelle.

 » Je sais !  » s’exclame à nouveau Timothée. Et chacun s’accroche par la queue…L’hippopotame se trouve devant. Il tient la queue de la girafe… Sur sa tête sont accrochés à la queue-leu-leu les singes… Puis l’otarie… Qui s’accroche à l’autruche au moyen de ses nageoires. Et l’autruche essaye d’atteindre le cou de Madame Jumbo.

 » Un, deux, trois…Tirez !  » Dit Timothée.

Quel effort ! L’autruche remonte Madame Jumbo, la trompe enroulée autour de son cou. Les animaux sont fous de joie !…Maintenant, ils vont pouvoir aller en ville pour faire leur spectacle.

Mais soudain, les animaux entendent un CRAC… sous leurs pieds et ils glissent sur la pente.

 » Au secours !  » crient-ils en coeur.

Tous les animaux roulent les uns sur les autres en formant une boule de neige géante d’où émergent des pattes, des oreilles, des museaux, des moustaches, des queues, une trompe.
Ils roulent vers la rivière.  Puis tout s’arrête…

 » On est arrivé ? Où est le public ? Pourquoi le paysage est-il à l’envers ?  » dit Timothée.

Ils ont tous atterri sur une plaque de glace !… Ils doivent se maintenir en équilibre sur celle-ci. Ils dérivent rapidement sur l’eau…Ils passent entre des rochers…

Dumbo s’envole pour regarder en aval. Et il s’aperçoit que les animaux arrivent vers une grande chute d’eau… Ils descendent tous engloutis brusquement puis remontent à la surface.

 » Je crois que nous sommes enfin arrivés !  » s’écrie Dumbo.

En effet, ils aperçoivent la ville au loin. Puis les animaux arrivent sur la berge et y montent.

Ce soir là, ils font des tours merveilleux. Avant de se coucher Dumbo a même droit à un bain chaud de la part de sa maman.

 » Merci de m’avoir sauvée, mon petit !  » dit Madame Jumbo.

 » Je n’aurais rien pu faire sans mes amis…  » répond Dumbo.

Conte écrit et publié par Chantal Flury le 20 Avril 2010, d’après un film de Disney.background-2008_039.jpg

 

L'Encre de Phoebé |
"Le regard des autres", 1er... |
Atelier permanent de lectur... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Amour, Beauté, Paroles, Mots.
| Les Ailes du Temps
| David Besschops