BRUNO ET SA DISPUTE AVEC ANDRE.

BRUNO ET SA DISPUTE AVEC ANDRE. dans Bruno découvre le monde. 2r0lbhvg 

BRUNO ET SA DISPUTE AVEC ANDRE.

Bruno sait compter. Il met aussi rapidement les lacets à ses chaussures. Il a beaucoup d’amis et le meilleur s’appelle André. Ils sont toujours contents de se rejoindre. Ils jouent alors aux billes, à la marelle, au base-ball, à chat perché.  Pourtant un jour Bruno et André se disputent…

Bruno un beau jour de l’été propose à tous ses amis de faire une partie de billes. Aporès la partie, Bruno leur demande de faire une course pour se détendre.

C’est toujours toi l’initiateur des jeux, grogne André. Mais Bruno fait semblant de ne pas l’entendre. La course commense… André est en tête, Sophie suit. Bruno devine qu’il va perdre et crie en franchissant la ligne d’arrivée :   » Le dernier arrivé a gagné ! « 

 » Le dernier arrivé a gagné !  » Ce n’est pas du jeu ! «  s’écrie André. Bruno l’ignore et s’empresse de dire :  » Les courses c’est annuyeux, allons jouer au base-ball !  » Seulement cette fois ses amis ne le suivent pas  ! … 

André n’enfile pas son gant et ne met pas sa casquette. Il est écoeuré par l’attitude de Bruno.

 » Il fait trop chaud, je n’ai plus envie de ce jeu !  » dit Bruno.

 » Si, répond André. »

 » Non, s’entête Bruno ! »

 » De toute façon, je ne veux plus jouer avec toi, Bruno !  » dit André.

 » Moi non plus !  » réplique Bruno. Puis il rentre à son domicile en râlant.

 » Tu as des problèmes ?  » demande Papa.

 » Il n’y a personne pour jouer avec moi.  » répond Bruno.

 » Tes amis joueront peut-être plus tard.  » ajoute Papa.

Dans sa chambre Bruno construit un château. Il se fabrique un bouclier, une épée. Il dessine. Il lit des livres. Il joue ainsi seul pendant une heure. Mais maintenant il ne sait que faire…Alors Bruno part à la recherche de ses amis. Il les retrouve à la rivière entrain de se baigner.

 » Vous avez toujours chaud ?  » leur demande Bruno.

 » Non ! » répondent-ils en souriant.

 » Alors jouons au base-ball !  » s’exclame Bruno. Puis Bruno recommence à donner des ordres. Il affecte impérativement chaque personne à un poste dans ce jeu.

 » Pas question ! Je ne joue pas avec toi ! Tu peux toujours commander !  » l’interrompt André. Et tous les amis de Bruno l’approuvent.

Cette fois encore Bruno rentre à la maison. Il n’a personne pour jouer et pas grand chose à faire. Alors il aide Papa tout l’après midi. Il s’occupe avec lui du jardin. Il prépare une soupe pour madame Goujon qui est malade.

 » Merci .  » dit cette dernière. Sur le chemin du retour Bruno dit à Papa :  » T’es tu déjà disputé avec tes amis ? « 

 » Parfois, répond Papa. Mais on s’est toujours réconciliés. »

Bruno joue seul la journée entière suivante. André lui manque. Il décide d’aller le voir pour lui faire des excuses. Ils se rencontrent en chemin par hazard.

 » J’allais chez toi ! » lui dit Bruno.

 » Et moi j’allais chez toi !  » dit André.

 » Je suis désolé, ! Ce qui est arrivé est de ma faute. « 

 » Non la mienne !  » dit André.

 » Non la mienne !  » s’entête Bruno. Stoppez s’écrie Sophie qui écoûtait la conversation.

 » On fait la paix !  » demande Bruno.

 » On fait la paix !  » répond André.

Maintenant les amis veulent bien jouer au base-ball. Ils commencent à constituer les équipes quand Bruno insiste pour être lanceur… Encore une fois !

Tous ses amis s’écrient :  » Chacun son tour !  »

Bruno sait qu’ils ont raison. C’est son tour d’être défenseur… Finalement être défenseur, c’est bien !

Conte écrit et publié le 25 Avril 2009 par Chantal Flury.background-2008_039.jpg

 


Archives pour la catégorie Bruno découvre le monde.

BRUNO EST DESORDONNE.

 

   BRUNO EST DESORDONNE. dans Bruno découvre le monde. 123gifs006         2r0lbhvg dans Bruno découvre le monde.123gifs004

BRUNO EST DESORDONNE.

Bruno est désordonné et il a du mal à retrouver ses affaires. Même quand c’est important…

Un jour, Bruno cherche son jeu d’échec. Il en a besoin pour jouer avec ses amis. Il le cherche partout. Il retrouve un sac de billes qu’il croyait avoir perdu et même sa casquette préférée qu’il ne retrouvait plus. Mais il ne cherche en vain son jeu d’échec.

 » As-tu vu mon jeu d’échec ? » demande-t-il à sa maman. Celle-ci regarde sa chambre et hausse les épaules.  » Tout ce que je vois, c’est une chambre en désordre et je te somme de la ranger avant d’aller jouer ! « 

Bruno ne peut s’empêcher de marmonner, mécontent. Il pense :  » Pourquoi tant d’histoires pour si peu de désordre ?  » Il a d’autres préoccupations en tête. Il rique de ne pas pouvoir aller jouer avec ses amis…

Il ouvre son placard pour y jeter vite des livres, il entasse tous ses légos ou milieu de sa chambre. Il jette sa casquette dans un coin.  » Et voilà !  » dit-il  » C’est fini ! « .

Bruno sort en courant. Il arrive juste à temps pour rejoindre ses amis. Dépêche toi crie Matthieu en voyant arriver Bruno.

Quand Bruno revient à la maison, son papa a l’air très en colère.  » J’ai trouvé cette casquette par terre, ce n’est pas l’endroit où elle devrait être.

 » Pourquoi toutes ces histoires pour un peu de désordre ?  » pense Bruno.

Le soir , Karine vient chercher un puzzle qu’elle a prêté à Bruno. La chambre de Bruno est si dérangée qu’il n’y a pa moyen de retrouver le puzzle au milieu des livres et des jouets. Et soudain, craaack ! Bruno entend un gros bruit sous ses pieds.

Ses parents arrivent aussitôt.  » Tout va bien ? «  demandent-ils. Mais un de ses jouets est cassé. Bruno ramasse les débris.  » Quel bazard !  » dit-il tristement.

 » Peut être as-tu besoin d’un peu plus de place pour ranger tes affaires ,  » demande sa maman. 

Ses parents vont chercher quelques cartons vides et les peignent de couleurs différentes. Ils inscrivent dessus : cartons à jouets, carton à légos. Papa et maman rangent ses livres dans la bibliothèque. Papa ajoute un crochet aussi derrière la porte pour accrocher sa casquette.

Le rangement a pris beaucoup de temps. Mais ce n’est pas grave car Bruno a retrouvé plusieurs jouets qu’il avait perdus dont son jeu d’échec complet ainsi que le puzzle de Karine.

Bruno sort pour jouer. Il est fière d’avoir une chambre qui n’est plus en désordre…

Conte écrit et publié par Chantal Flury le 17 Janvier 2009.background-2008_039.jpg

 

BRUNO ET LE PERE NOEL

BRUNO ET LE PERE NOEL dans Bruno découvre le monde. 556250     2r0lbhvg dans Bruno découvre le monde.

BRUNO ET LE PERE NOEL.

Ce matin Matthieu est tout excité :  » Devine qui nous rend visite la semaine prochaine. »

 » Dis moi le vite !  » s’impatiente Bruno.

Le Père Noël !  » dit Matthieu.

Bruno croit avoir mal entendu. Il fait entrer Matthieu Chez lui et lui prépare une tasse de cacao.

Le Père Noël vient inspecter les jouets qu’il donnera aux enfants. « Tu n’auras qu’à ce jour là me conduire chez mon frère, fabriquant de jouets après le dîner.

Marché conclu ! A présent pas une minute à perdre ! Tu m’emmènes chez la couturière afin qu’elle me fasse un habit pour cette occasion.  » ajoute Matthieu.

Arrivé chez la couturière, Sylvie, il lui indique : « Mon dîner a lieu mercredi… Il faudrait me livrer mon habit confectionné, dès mardi soir. »

Sylvie lui promet qu’il sera à cette date terminé.

Les jours suivants, Bruno lave ses habits. La voisine lui recoud un de ses boutons. Bruno dit à la voisine  » Je vais voir le Père Noël. De son côté, je crois qu’il ne me verra pas mais on ne sait jamais. »

Ensuite Bruno s’occupe de sa voiture. Il la repeint en jaune et rouge. Il est tout joyeux.

C’est enfin le grand jour. Matthieu se rend chez son ami, Bruno pour lui faire admirer son magnifique costume.

Tout à coup Matthieu dit à Bruno :  » Ecoute…ce bruit de grelot : c’est le Père Noêl Qui arrive !  »

 » Hourra ! Hourra ! Vive le Père Noël ! »

Bruno et Matthieu l’aperçoive en même temps. Sa bonne figure est souriante.

 » J’aimerais tant lui parler ! «  murmure  Bruno. « 

 » Tu sais, répond Matthieu, le voir est déjà une grande chance !  » Bruno le sait bien. Il s’émerveille en le regardant.

Le soir venu Matthieu vient chercher Bruno pour qu’il l’accompagne en voiture. Matthieu est magnifique dans ses nouveaux habits.

 » Et maintenant, allons vite chez ton frère, à la fabrique de jouets !  » dit Bruno. Matthieu sort de la voiture, sonne à la porte de la maison qui se referme sur lui.

Pauvre Bruno ! Il se retrouve tout seul dehors. A 8 Heures Bruno entend tous ses amis arriver. Il brandit une baguette et tous chantonnent après chaque phrase dite par Bruno en coeur une chanson de Noël. Bruno est émus mais pas question de le montrer. Alors il se passe une chose extraordinaire. Le Père Noël en personne vient le féliciter.

Le Père Noël ajoute :  » Cette chanson me ravit. Qui l’a composée ?  » « C’est Bruno répondent ses amis.  » Il serre la main de Bruno.

Le Père Noël regarde la voiture de Bruno.  » Quelle belle auto ! Je rêverais de me promener dedans ! « 

Bruno est enchanté de conduire le Père Noël.  » Viens me chercher demain à 6 H ! lui dit le Père Noël. »

Le lendemain, Bruno est à l’heure.  » Allons d’abord au village des Cent Mille ballons !  » Il paraît que certains ballons que j’ai offert l’an dernier ne rebondissaient pas bien. »

Le maire du village promet de donner de sérieuses leçons aux ballons qui seront envoyés sur terre pour les enfants.

Le Père Noël a un peu faim et il emmène Bruno manger une grosse glace à la fraise. Bruno est émerveillé en comprenant que le Père Noël est aussi gourmand que lui !

Le Père Noël doit maintenant repartir à la recherche d’autres jouets. Arrivé à la maison de Bruno, il lui demande d’organiser une grande fête. Matthieu est alors revenu et se trouve donc là aussi.

« Je m’en occupe ! « propose Matthieu.

Aussitôt dit, aussitôt fait ! Il y a beaucoup de monde à cette fête. Bruno chantonne alors la chanson du Père Noël !…

Conte écrit et publié par Chantal Flury le 13 décembre 2008.background-2008_039.jpg

Bonjour13photo0529.jpgblinkie_129

BRUNO ET LE PLUMIER PERDU.

 BRUNO ET LE PLUMIER PERDU. dans Bruno découvre le monde. 2r0lbhvg           simpsons dans Bruno découvre le monde.       

BRUNO ET LE PLUMIER PERDU.      

Bruno est entrain de prendre son café quand son ami André vient frapper à sa porte.  » J’ai besoin que tu m’écoutes.  » lui dit André. Bruno accepte et André commence à raconter son histoire.

 » Je suis allé hier manger chez ma grand mère et elle m’a offert un plumier garni de crayons de couleur. Comme je n’en avais pas l’utilité et qu’il m’aurait encombré, j’ai revendu ce plumier à Matthieu.

Comme ma grand mère vient demain à la maison et m’a demandé à voir ce que j’avais dessiné avec ce plumier, je suis très ennuyé.  » André est si contrarié par ce qu’il a fait que Bruno veut bien l’aider.

Ils partent tous deux en voiture et arrivent chez Matthieu. Ce dernier vient à leur rencontre.  » Je voudrais que tu me rendes le plumier que je t’ai vendu. Voilà ton argent !  » dit André. Il ajoute :  » Ma grand mère vient demain et elle veut voir les dessins que j’ai pu faire au moyen des crayons que contient ce plumier.  »

 » Comme tu voudras mais j’ai donné la moitié des crayons à une amie Sandrine.  » rétorque Matthieu. Bruno et André récupèrent déjà le plumier et la moitié des crayons. Il reste encore l’autre moitié des crayons à trouver…

Sur la place de la ville, André voit Sandrine. André lui demande les crayons.  » « C’est un cadeau de Matthieu,  » répond Sandrine « et je n’ai pas l’intention de m’en séparer !  » Mais elle cède enfin.

Sandrine regarde dans son sac. Mais ce dernier est percé et elle ne s’en était pas rendu compte.  » J’ai perdu mes crayons mon sac était percé et je ne m’en suis pas rendu compte ! « dit-elle.

Pour les récupérer répondent les deux amis écrit sur une affiche que tu donnes une grande récompense en échange de ces crayons.

L’idée porte ses fruits un Monsieur élégant vient dire que son fils a trouvé les crayons. Néanmoins il faut l’accompagner en voiture car il est parti dans la ville d’à côté.

Les amis et le Monsieur partent en voiture et y arrivent. Ils demandent à des personnes présentes si elles ont vu le petit garçon. Il est parti là-bas répondent-elles. Allez y à pied car vous ne pourrez pas passer en voiture.

Ils rencontrent enfin le petit garçon que leur a désigné son père. Il se prénomme Jules. Je les ai échangés leur dit-il contre une glace à la vanille. Mais c’est à mon voisin qui est marchand de glaces!… Bruno est consterné, il a fait tout ce chemin pour rien ! Il habite la maison toute proche de celle de Bruno.

Ils repartent en voiture. En arrivant ils frappent à la porte de la maison du marchand de glace. Son épouse lui répond qu’il vient de partir en train et qu’il a même cherché Bruno pour l’accompagner à la gare. Il ne le voyait pas et il a donc appelé un taxi.

Bruno se retient , mais il est tellement énervé qu’il a envie d’éclater en sanglots. Les crayons lui ont encore échappés!

 » Regardons nous même dans la maison de notre voisin.  » Bruno et Matthieu observent pour entrer par la fenêtre de la cuisine mais Maxime leur fils est là. Avec les crayons il écrit partout sur les murs.  » Vite, il faut l’arrêter !  » s’écrie Bruno. Maxime les voyant leur demande s’ils veulent jouer avec lui.  » C’est un cadeau de mon papa !  » Et hop, il trace un nouveau trait de couleur…

 » Il faut entrer . »dit Bruno.  »  » Rends moi ces crayons ! » Il maîtrise le garnement qui est en pleurs et reprennent les crayons.

Arrivés chez Bruno, André est tellement fatigué qu’il s’endort.  Bruno lui met les crayons dans sa poche. Lorsqu’André se réveille il lui dit :  » C’est grâce à toi que ma grand mère sera contente et que je ne serai pas puni ! « .

 » J’ai passé une excellente journée ! » rétorque Bruno.

Tout est bien qui finit bien. Avec l’argent qu’André lui a donné pour le convaincre de l’emmener Bruno a acheté de la peinture pour repeindre sa belle auto.

Conte écrit et publié par Chantal Flury le 16 Novembre 2008.background-2008_039.jpg

11garcon_fleurs            2r0lbhvg               simpsons

BRUNO VEUT UN ANIMAL.

Poisson rouge commun         BRUNO VEUT UN ANIMAL. dans Bruno découvre le monde. 2r0lbhvg

BRUNO VEUT UN ANIMAL.

Bruno est hanté par le désir d’avoir comme compagnon un animal. Il le voudrait petit. Mais à chaque fois qu’il demande à ses parents :  » Est-ce que je pourrais avoir un animal ? « Ils lui répondent :  » Un jour peut-être … » Mais le temps passe… Parfois Bruno parle seul et fait semblant d’en avoir un. Il prend ses animaux en peluche et fait comme s’ils étaient bien réel.

Un jour Bruno demande à nouveau à ses parents : « Est-ce que je pourrais avoir un animal ?  » Ses parents lui disent qu’ils vont y réfléchir.
Bruno est satisfait parcequ’ils n’ont pas refusé. Mais il se demande malgré tout combien de temps vont-ils devoir réflèchir.

L’après midi, il rend visite à son ami André. Ce dernier lui dit que s’il avait un animal ce serait un poisson. Pourquoi lui demande Bruno. Parceque j’aime les regarder nager avec agilité.

Bruno attend le lendemain pour demander à ses parents s’ils ont réfléchi à sa dernière demande.  » Pas encore. «  dit sa mère.  » Sauras-tu t’en occuper ? » demande son père. Bruno répond par l’affirmative.

Une autre fois Bruno demande à ses parents s’ils ont réflèchi.  » Pas encore.  » renouvellent-ils. Ce n’est pas une question facile Bruno. Ce dernier propose de donner de l’argent de sa tirelire. Il compte l’argent dont il dispose.

Il voit Béatrice une amie. Il lui demande quel animal elle voudrait .  » Moi, je voudrais un chat. «  répond Béatrice. J’aime bien les voir jouer et les caresser. De plus contents, ils ronronnent.

Après trois autres journées, Bruno se lasse d’attendre la réponse de ses parents. Il réflèchit. Il apporte son chien en peluche Eléais avec lui au petit déjeuner. Je m’occupe d’Eléais depuis très longtemps. Si j’avais un animal vivant je m’en occuperais autant, voir plus. Et s’il tombait malade, il y a le vétérinaire.  » On dirait que tu y as réfléchi toi aussi .  » disent ses parents.

Alors est-ce que je pourrais avoir un vrai animal. Ses parents se parlent à l’oreille puis font un signe oui de la tête.  » Oh ! merci ! » s’exclame Bruno, mais je ne veux pas de chien.  »  » J’aime bien les chiens, mais je veux un animal silencieux. » dit-il.

Son père lui demande s’il veut un hamster? Bruno dit non. Je vous dirai ce que je veux demain.

Il montre le lendemain du doigt un poisson.  » Je veux un poisson rouge » dit-il. Alors Bruno ajoute qu’il aime les regarder faire des ronds dans l’eau et suivre leur jolie couleur.

Ses parents lui achètent donc ce poisson rouge tant désiré. Il décide d’appeler ce poisson : Rougeais.  Il s’occupe de lui tous les jours comme il l’a promis.

Chaque matin il regarde Rougeais se promener dans son bocal. Il lui envoie des baisers en lui disant  » Je t’aime Rougeais. « 

Conte écrit et publié le 15 Novembre 2008 par Chantal Flury.background-2008_039.jpg

f0hzjc6c dans Bruno découvre le monde.

 

L'Encre de Phoebé |
"Le regard des autres", 1er... |
Atelier permanent de lectur... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Amour, Beauté, Paroles, Mots.
| Les Ailes du Temps
| David Besschops