TROIS SOUHAITS BIEN FAITS.

utfeu66[1]genie

TROIS SOUHAITS BIEN FAITS.

Des années avant la naissance de Jasmine, d’Aladdin et du Sultan, un marchand ambulant Hassan avait acheté la lampe magique auprès d’un marchand qui méconnaissait sa valeur.

Il se mit à l’astiquer pour que la poussière parte et qu’elle devienne plus belle. C’est alors que le génie apparut.

 » Je suis le génie de la lampe ! « 

Hassan crut qu’il devenait fou et avait des hallucinations. Mais il se ravisa et dû constater que le génie était bien réel.

 » Je m’appelle Hassan dit le marchand « .

Mais le génie savait déjà qui il était …

 » Tu vends du fromage dans ta boutique ! « 

Le marchand renchérit :

 » C’est la réalité. Mais c’était facile à deviner puisqu’il y a des fromages sur les étalages ! « 

 » Néanmoins rajouta le génie , je suis ici pour exercer trois de tes voeux ! « 

Hassan chercha ce qu’il désirait le plus…

 » Je veux du bon lait pour avoir de délicieux fromages, des brebis qui produiront ce lait, et avoir le plus grand magasin du monde ! « 

Des brebis arrivèrent alors par millier et son magasin se mit à grandir ! …

 » Arrête génie ! Ce magasin est devenu beaucoup trop grand.  Je voulais juste fabriquer le meilleur fromage de la ville d’Agrabah.

Le génie disparut alors et tout redevint comme au départ de ses voeux. Les brebis s’étaient aussi volatilisées. Alors Hassan chercha sa lampe mais un petit garçon l’avait déjà emportée dans sa poche.

 » Ce n’était qu’hallucination ou rêve.  » pensa Hassan. « 

Et Hassan continua de faire le meilleur fromage de sa ville.

Histoire écrite et publiée le 11 décembre 2014  par Chantal Flury, d’après un conte de Disney.background-2008_039_thumb

 


Archives pour la catégorie Alladin et la lampe magique.

ALADIN ET LE PETIT DROMADAIRE BLANC.

Aladdin Et Le Petit Dromadaire Blanc de Walt Disney - LivreALADIN ET LE PETIT DROMADAIRE BLANC. dans Alladin et la lampe magique. 0005[7]s_m_01_10612_01_02 dans Alladin et la lampe magique.

ALADIN ET LE PETIT DROMADAIRE BLANC.

Aladin vivait avec son singe dans la cité d’Agrabah. Jaffar, un méchant génie, lui demandait de lui rapporter une lampe magique qui se trouvait dans une caverne masquée dans le désert. Aladin et Abu y rencontrèrent un Tapis volant qui leur indiqua où se trouvait cette lampe. Lorsqu’Aladin la trouva, il se demanda pourquoi Jaffar s’intéressait à un tel objet ! Et par mégarde, il caressa cette lampe. Aussitôt un génie sortit et lui proposa de réaliser ses voeux. Ainsi, ils sortirent tous les deux facilement de la caverne.

Puis Aladin demanda au génie de le transformer en Prince pour plaire à Jasmine, la Princesse. Jasmine dès qu’elle le vit aima Aladin et leurs noces furent proclamées. La vie était mouvementée dans la ville où passait des caravanes et des marchands qui vendaient toutes sortes d’objets. A l’occasion du mariage d’Aladin et de Jasmine, des rois et des sultans voisins leurs adressaient des objets précieux. Et au milieu de ces cadeaux ils trouvèrent un petit dromadaire blanc.

Jasmine aperçut le dromadaire du haut de son balcon.  » Comme il est mignon ! Bienvenue dans ce royaume !  » s’écria Jasmine. Mais dans la foule un voleur observait aussi et admirait le dromadaire.

 » Cet animal doit valoir très chers !  » pensa le voleur;

Pendant ce temps, Jasmine entraînait l’animal dans le parc du Palais. Elle le caressa et lui offrit de succulents fruits. Mais rien ne lui plaisait.

 » Son pays doit lui manquer !  » dit Aladin en sortant une flute. Puis il lui joua une mélodie. Aussitôt l’animal dansa en rythme. La nuit arrivée, le dromadaire dormait tranquillement dans le parc. Mais une ombre s’y glissa.

Le lendemain, Aladin fut réveillé par Abu. Le singe essayait de lui montrer quelque chose. Il le suivit. Et il s’aperçut que quelqu’un avait volé l’animal pendant la nuit.

 » Jasmine va avoir le coeur brisé ! Je dois le retrouver !  » dit Aladin à Abu. Et il demanda au Tapis volant de survoler, avec lui et Abu, le désert. Ils virent des traces sur le sable doré et descendirent. Un homme petit et gras, qui était sous une tente, vint à leur rencontre.

 » J’ai perdu mon petit dromadaire blanc. Est-ce-que vous l’auriez vu !  » demanda Aladin.

 » Ici tous les dromadaires sont blanc.  » le renseigna l’homme en leurs montrant des dizaines de dromadaires blancs dans un enclos.

Alors Aladin pensa, découragé, qu’il aurait du mal à le retrouver. Mais il remarqua un pot de farine et comprit que l’homme avait blanchi tous ses dromadaires. Et d’un coup,  il lui vint une idée et il commença à jouer de la flute. Et le petit dromadaire se mit à danser. Lorsqu’Aladin voulut l’emmener, l’homme attrapa Abu par la queue et le menaça de son sabre. Il demande à Aladin de partir s’il ne voulait pas qu’il tue Abu.

 » Je pars ! Tu as gagné !  » lui dit Aladin ne voulant pas mettre en danger la vie de son ami. L’homme libéra aussitôt Abu et ils s’envolèrent tous les deux. Puis ils se posèrent dans une oasis. Aladin se demandait quoi faire. C’est alors que le génie de la lampe apparût.

 » Vous avez besoin de mon aide ?  » demanda le génie.

 Aladin le remercia.  » J’ai promis de ne pas revenir mais toi tu peux y aller !  » ajouta Aladin au génie.

Arrivé à l’enclos du marchand, le génie transforma le dromadaire blanc en dromadaire bleu !  Puis il le fit courir autour de la tente du bandit.

 » Ce champion me ferait gagner toutes les courses !  » pensa l’homme méchant. Puis l’animal ralentit sa course et s’arrêta. Il l’invita à monter. Mais lorsqu’il fut sur son dos, il reprit sa course folle. Enfin le dromadaire grandit et s’allongea. C’était maintenant un énorme serpent des sables qui se déplaçait en plongeant sa tête sous le sable.

 » Arrête !  » dit l’homme en crachant du sable. Mais le serpent ne l’écoutait pas et arrivait dans la mer.

 » Arrête! Je ne sais pas nager !  » hurlait le voleur. Mais le serpent plongeait dans les vagues. Puis il se transforma en dragon et il emporta l’homme dans les airs en le tenant par ses griffes.

 » Tu veux roujours descendre ?  » lui demanda le dragon.  » Si tu le veux rend le petit dromadaire blanc!  » ajouta-t-il.

 » Pose moi à terre et je vais le rendre !  » répondit le voleur.

Arrivé près d’Aladin, le dragon reprit sa forme de bon génie.

 » Il ne te reste qu’une chose à faire ! nettoyer tous les dromadaires !  » ordonna-t-il au voleur.

Et l’homme furieux s’exécuta. Jasmine fut heureuse de retrouver le petit animal. Aladin lui offrit une musique pour le faire danser. Tous les amis d’Aladin et Jasmine étaient enfin réunis pour leur mariage !

Ecrit et publié par Chantal Flury le 14 Décembre 2010, d’après un film de Disney.background-2008_039.jpg

 

LE RETOUR DE JAFAR.

LE RETOUR DE JAFAR. dans Alladin et la lampe magique. 127681.810005[7] dans Alladin et la lampe magique.

LE RETOUR DE JAFAR.

Loin de la ville d’Agrabah, des malfaiteurs examinent les objets qu’ils ont volé… un énorme trésor !

 Abis Mal, le chef de la bande leur dit :  » Ne vous avais-je pas promis une belle récompense si vous m’obéissiez ? « 

Mais pendant qu’il admirent leur butin, deux silhouettes les observent. Et brusquement, lorsque les malfrats s’apprêtent à se partager ce trésor, une petite main sortie de l’ombre s’empare d’un bijou en forme de fleur ! C’est Abu, le singe d’Aladin…

Un bandit dégainant son épée demande à l’intrus de lâcher ce bijou :  » Ce que je déteste le plus au monde, ce sont les voleurs !  » dit-il.

A cet instant, Aladin sort de sa cachette, sur son tapis volant. Il attrape son ami Abu et le sauve des mains des bandits en même temps que le trésor ! … La bande d’Abis Mal en hurle de colère, sans résultat !…

Puis Aladin distribue les pièces et les pierreries au peuple de la ville. Il ne garde que la fleur qu’il veut offrir à Jasmine, sa princesse bien-aimée !

Pendant ce temps… Dans le désert, le sable découvre une lampe ancienne peu à peu. Un perroquet en sort soudain tandis qu’une voix méchante lui ordonne :  » Sors-moi de cette maudite lampe Logo ! « 

Mais le perroquet, excédé de devoir toujours obéir, prend la lampe dans son bec et la jette dans un puits !  Cette voix n’est autre que celle du terrible Jafar. Cette lampe est celle qu’Aladin avait trouvée enfouie dans une grotte remplie d’or, il y a bien longtemps. Elle était alors habitée par un bon Génie qui est devenu son ami. Aladin et le Génie avait uni et concentré leurs forces pour empêcher Jafar de détrôner le Sultan, père de Jasmine.

Jafar transformé en génie s’était retrouvé enfermé dans cette lampe à la place du bon génie avec son ami Logo. Aussitôt, Aladin avait demandé au puissant Génie de jeter la lampe très loin en espèrant ne jamais revoir les deux coquins !…

Mais aujourd’hui… Jafar qui croupit au fond de la lampe,  rumine sa colère.

De son côté… Aladin a mis ses plus beaux habits pour se promener en ville. Et quelle surprise! lorsqu’il découvre Logo caché sous une tenture du marché. Il lui demande alors : Que fais-tu ici, oiseau de malheur ? « 

Mais avant que Logo n’ait pu répondre, une voix cruelle s’écrie derrière eux :  » Débarassez-moi de ce garçon qui a volé notre or !  » C’est Abis Mal et ses hommes qui ont retrouvé par hasard Aladin et son ami Abu.

Logo ne connaît pas ces hommes mais il les voit brandir leurs épées tranchantes contre Aladin.  Il se fâche et jette une lourde plante sur la tête d’Abis Mal qui tombe assomé ! Les voleurs le potent et s’enfuient alors hors de la ville. Aladin est content !

Aladin remercie chaleureusement Logo :  » Je m’étais mépris sur toi, Logo, tu es un brave perroquet ! Soyons amis ! « 

Logo est ému. Il n’a jamais entendu des paroles si douces… surtout pas par Jafar, son maître ! « 

Aladin offre le précieux bijou à la princesse Jasmine. Il lui raconte son aventure et l’intervention de Logo. Tout à coup, ils entendent un rire derrière eux et se retournent : c’est leur ami, le bon Génie qui rentre d’un voyage lointain. Il raconte aux amoureux toutes les merveilles qu’il a vues !

Pendant ce temps… Abis Mal, qui s’est réfugié dans le désert fait une découverte : il trouve une lampe dans un puits.  » Que fait cette lampe au fond d’un puits ?  » s’étonne-t-il. Et il la nettoye vigoureusement. Il est alors surpris de voir Jafar sortir de la lampe, sous la forme d’un terrifiant génie.

Puis Jafar reprend son apparence humaine et dit à Abis Mal :  » A cette minute, tu es mon maître, un sourire méchant aux lèvres ! j’exaucerai trois de tes souhaits !  »

Abis Mal réflèchit et lui demande un navire plein de trésors !

Jafar éclate de rire et ajoute :  » Que ton premier souhait soit réalisé !  » Et il envoie, grâce à ses pouvoirs magiques, le voleur au fond de la mer !

 » Au secours! Je ne peux plus respirer ! ramène moi à la surface !  » a pu crier Abis Mal.

Pendant ce temps… Au Palais, Aladin essaye de demander au Sultan de pardonner à Logo :  » Votre Altesse, Logo m’a sauvé la vie !  » supplie Aladdin.

 » Si tu es sûr que logo a changé, je veux bien lui pardonner d’avoir servi Jafar.  » répond enfin  le Sultan.

A la nuit une silhouette courte et trapue se glisse furtivement dans le Palais, la lampe magique cachée dans le plis de son vêtement.

A l’abri des regard indiscrets, Jafar sort de la lampe et dit au Perroquet : Ton maître est de retour, Logo ! Si tu tiens à la vie, voici ce que tu dois faire… « 

 » Tu insinueras habilement à Aladin que le Sultan apprécierait une promenade en Tapis volant !  » ajoute Jafar.

Aladin trouve l’idée de Logo très bonne et il emporte le Sultan qui est ravi, au dessus du désert.

Jafar espère profiter de leur absence pour s’installer au Palais. Heureusement le bon génie veille et fait appel à tous ses pouvoirs pour chasser Jafar.

Mais hélas ! Jafar en tant que Génie possède aussi de grands pouvoir. Le bon Génie est finalement vaincu au combat. Grâce à un sortilège, Jafar emprisonne le bon Génie dans une boule de verre. Il enchaîne aussi Abu au mur ! Logo est très ennuyé. Abandonnerait-il ses nouveaux compagnons alors qu’ils courent un danger ?

Logo a raison de s’inquièter. Abis Mal et sa bande arrivent avec de rapides chevaux noirs, cadeaux de Jafar. Ils ont ordre de s’emparer du Sultan et de se débarasser d’Aladin.

Aladin essaye de protèger le père de Jasmine de ses assaillants. Mais ils sont trop nombreux ! Aladin est jeté dans la rivière !

Maintenant qu’il a capturé le Sultan et Jasmine, Jafar demande à Logo :  » Aide moi à prendre ma revanche sur Aladin ! « 

Jafar attend Aladin. Il sait qu’il réussira à sortir des flots de la rivière. Il arrivera au Palais et voudra l’affronter. Mais Jafar sait ce que feront les gardes en l’apercevant sans leur souverain : ils le soupsonneront de vouloir détrôner le Sultan et ils l’arrêteront ! « 

Et c’est ce qui se passe… Dès qu’Aladin franchit les portes du Palais, les gardes s’emparent de lui et refusent d’écoûter ses explications…

Logo en voyant tout le désastre engendré par Jafar, lance avec force la boule de verre où est enfermé le Génie, sur le sol. Le bon Génie est libéré, s’envole et sauve juste à temps Aladin du bourreau qui allait lui couper la tête.

Jafar entre dans une terrible colère. Il attaque, effrayant, le bon Génie. Ses forces sont décuplées par cette colère !

Pendant ce temps… Aladin se bat contre Abis Mal pour lui arracher la lampe magique ! Aladin sait que la destruction de la lampe entraînerait celle du génie qui l’habite. Mais Jafar a senti le danger et jette des éclairs! Aladin essaye désespérément d’atteindre la lampe!… Le sol, par la chaleur, fond autour de lui…

Mais soudain, Logo s’élance. Il attrape la lampe dans son bec et la laisse tomber sur le sol brûlant. La lampe commence à fondre en même temps que le corps de Jafar.

 » Non arrête Logo !…  » hurle Jafar terrifié. Mais bientôt il a complètement disparu, en même temps que la lampe !

Un peu plus tard au Palais… Le Sultan remercie Aladin en le nommant Grand Vizir. Le jeune homme refuse et demande d’abord à voyager avec Jasmine à travers le monde.

Quand à Logo, il prend un repos bien mérité sur les moelleux coussins de soie du Palais ! Il a vaincu sa peur contre son ancien maître et a pu agir enfin selon son coeur !…

Histoire écrite et publiée le 13 Octobre 2009 par Chantal Flury d’après un conte des Mille et Une Nuits. background-2008_039.jpgs_m_01_10612_01_02

 

ALADIN ET LA LAMPE MAGIQUE.

 

 

ALADIN ET LA LAMPE MAGIQUE.

AladdinDisney

 

Dans les pays où il fait très chaud, il y avait un vilain Monsieur magicien, un vizir nommé Jafar, avec un turban et une pierre bleue sur le front et une moustache noire pointue,  qui voulait avoir toujours plus d’argent. Il aimait l’or, il était même prêt à tuer pour en récupérer.

On avait dit à Jafar qu’une lampe magique existait et qu’elle avait le pouvoir d’exercer trois voeux à celui qui l’avait trouvée. Elle était dans une caverne et il ne fallait pas être méchant et avoir un coeur pur pour pouvoir y entrer.

Jafar voulait utiliser ses pouvoirs magiques pour récupèrer la lampe.

Aladin était un jeune homme très pauvre, il avait faim car il n’avait pas d’argent pour s’acheter à manger. Mais il était gentil et honnête.

Le Sultan qui dirigeait le pays était très inquiet. Sa fille Badroulboudour refusait d’épouser l’homme que son père avait choisi. Badroulboudour parlait à son tigre Rajah en lui demandant ce qu’elle devait faire. Je ne veux, dit-elle, me marier que par amour. Elle prit les vêtements d’une jeune servante et s’enfuit du palais. Elle laissa son tigre qui était triste. Elle allait découvrir hors du palais un monde qu’elle ne connaissait pas…

Badroulboudour prit une pomme sur un étalage et la donna à un petit garçon affamé. Le marchand lui dit:  » as-tu de quoi payer ? « Je n’ai pas d’argent mais le sultan m’en donnera.

Jafar, le vizir pendant ce temps demanda à la magie de lui faire voir le jeune homme qui pourrait entrer dans la grotte et il vit l’image d’Aladin. Jafar découvrit le lieu où Aladin habitait et il le fit capturer pour se servir de lui.

Badroulboudour qui était là ordonna aux gardes de le relâcher. Les gardes reconnurent la princesse. Ils dirent que cet ordre venait de Jafar et qu’ils étaient obligés de se saisir de lui. Ils emmenèrent Aladin. Elle courut chez Jafar. Je suis désolé, répondit-il,  mes hommes l’ont pris pour un voleur et tué. Badroulboudour partit dans sa chambre et pleura.

Jafar avait menti Aladin était vivant. Il était enfermé dans une prison du palais. Jafar se fit passer pour un prisonnier et lui dit qu’il pouvait l’aider à sortir vers la liberté. Aladin accepta. Quand il fut au-dehors, Jafar le conduisit à la caverne et lui demanda d’aller pour lui chercher la lampe. Service que bien sûr Aladin accepta.

Aladin entra avec son singe. Il vit des bijoux et de l’or. Il rechercha la lampe dont Jafar lui avait parlé. Il se saisit de la lampe en la voyant. Mais lorsqu’il arriva près de Jafar, ce dernier lui arracha la lampe des mains. Son singe sauta sur Jafar et le mordit. Jafar lâcha la lampe et la caverne se referma sur Aladin et son singe.

Pour essayer de voir dans le noir de la caverne Aladin s’empara de la lampe et un génie en sortit. » Ai-je le droit de faire trois voeux dit Aladin.  » Oui  » lui répondit le génie. » Je voudrais être prince » dit Aladin.

Aladin fut aussitôt changé en prince. Il alla voir le roi et lui demanda d’épouser sa fille dont il était tombé amoureux. Badroulboudour ne le reconnut pas avec ses beaux habits. Aladin lui demanda de venir en promenade sur un tapis magique. Badroulboudour était séduite et trouvait que ce prince était beau et ressemblait à Aladin.

Pendant ce temps,  Jafar voulait attraper Aladin. Il y réussit. Mais Aladin put frotter la lampe et appeler à son secours le génie qui y était enfermé.

Alors, Aladin arriva au secours du roi que Jafar avait aussi saisit. Cependant, il fit tomber la lampe et Jafar s’en empara.  » Dorénavant vous serez mes esclaves » dit Jafar. Ce dernier  frotta la lampe et demanda à être le plus puissant du monde. Mais Aladin lui dit que c’était le génie qui était le plus puissant du monde.  » Tu as raison  » dit l’orgueilleux Jafar et je souhaite devenir un génie. Jafar avait oublié qu’il serait enfermé dans la lampe et qu’il devrait servir un maître.

Jafar fut absorbé lors de son souhait par la lampe. Aladin avait gagné. Le génie qui s’y trouvait retrouva sa liberté et pu parcourir le monde.  Le roi accepta la demande en mariage d’Aladin qui épousa la princesse. Aladin pria le génie avant qu’il parte d’accéder à son troisième et dernier voeu…

ALADIN ET LA LAMPE MAGIQUE. dans Alladin et la lampe magique. utfeu66[1]                s_m_01_10612_01_02 dans Alladin et la lampe magique.

 Lampe d’Aladin.

Histoire écrite et publiée le 21 Septembre 2008 d’après un conte des Mille et Une Nuits.        

background-2008_039.jpg

 

 

L'Encre de Phoebé |
"Le regard des autres", 1er... |
Atelier permanent de lectur... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Amour, Beauté, Paroles, Mots.
| Les Ailes du Temps
| David Besschops