Femme arbre.

11224861_10206430872358095_4432788511077504655_n


Archive pour janvier, 2018

Winnie : Le jardin effrayant de Lapinus.

250px-ours_des_pyrenees_aspe_2002uzeg06py

mdr-cochon

200px-Kangaroo_and_joey03

 

Winnie : Le jardin effrayant de Lapinus.

Lapinus s’était fait une liste des travaux de jardinage à faire pour le lendemain. Il avait les mauvaises herbes à retirer, les vignes à tailler et des légumes à ramasser.

Au réveil, il se souvint qu’il avait prêté ses outils et qu’ils ne lui avaient pas été rendus.

De son côté Winnie et Porcelet prenaient un petit déjeuner avec maman Gourou et Petit Gourou qui venait de lui apporter un bouquet de fleurs sauvages.  Elle se souvint alors qu’elle n’avait pas rendu les cisailles de Lapinus. Elle en parla à Porcelet qui avait conservé son râteau. Quand à Winnie elle se rappela qu’elle avait sa pelle. Ils décidèrent donc tous de rapporter ces outils à Lapinus.

Ils sonnèrent à sa porte mais ce dernier ne pouvait répondre car de son côté, il était parti chez eux pour les récupérer. Ils se consultèrent et décidèrent de l’aider pour se faire pardonner.

Winnie retira les mauvaises herbes; Maman Gourou ramassa les tomates, les poivrons et les concombres mûrs qu’elle déposa dans un panier.

Les amis aperçurent des oiseaux qui guettaient les fruits et légumes presque mûrs. Ils fabriquèrent un épouvantail pour les faire fuir.

Quand Lapinus revint chez lui, il vit les fruits et légumes cueillis. Puis il prit peur en regardant cet épouvantail. Il le prit pour un fantôme qui avait fait la cueillette. Il s’enfuit en courant et en hurlant .

Les amis, toujours présents, rirent et Porcelet ajouta :  » Je savais qu’il serait surpris !  » en se moquant de lui.

 

Ecrit et publié le 19 Janvier 2018 par Chantal Flury d’après un conte de Disney.background-2008_039_thumb

 

Une fée.

625494_241575149314994_570282059_n

LE PERE NOEL.

12158_466890793357228_1843614410_n

LE PERE NOEL.

Le Père Noël est descendu par la cheminée,

Après avoir fait une grande chevauchée,

Dans le monde pour distribuer,

Aux enfants ses jouets sans s’arrêter;

Dès le réveil ces derniers accourent,

Rapidement ils cherchent,

Le regard encore ensommeillé,

Impatients et énervés,

Sous le sapin et trouvent,

Les cadeaux emballés qui cachent,

Encore le jouet tant convoité,

Dont ils ont tant rêvé.

Avec impatience ils déchirent,

Et les yeux brillants ils découvrent,

Cette merveille qu’ils saisissent,

Sous les yeux attendris des parents,

Qui les couvent d’un amour inconditionnel,

Et qui fondent et s’émerveillent,

En ce beau jour sans pareil,

De ce cadeau arrivé du ciel.

Poésie écrite et publiée par Chantal Flury le 13 Janvier 2018.bouledenoelsapinanimatirs7

 

 

L'Encre de Phoebé |
"Le regard des autres", 1er... |
Atelier permanent de lectur... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Amour, Beauté, Paroles, Mots.
| Les Ailes du Temps
| David Besschops