PACAHONTAS.

PACAHONTAS. dans Pocahontas. 527055_10151202276158828_1937935416_n-300x175

PACAHONTAS.

Il y a quatre cents ans Londres était le plus grand port du monde. Le  » Susan Constant  » part de son port pour un nouveau monde, l’Amérique. John Smith, un grand jeune homme blond, s’apprête à faire la traversée.  John et Thomas sont des colons aux ordres du Gouverneur Ratcliffe qui partent aussi. Son chien Percy et son serviteur Wiggings les accompagnent.

En mer, le  » Susan Constant  » se trouve pris dans une grosse tempête. Soudain une grosse vague emporte Thomas par dessus bord !

 » Le malheureux est perdu !  » Constate un marin.

C’est alors que John Smith plonge dans la mer déchaînée. Ils luttent ensemble et des marins réussissent à les hisser à bord !

Le gouverneur Ratcliffe a entendu parler des dangereux indiens d’Amérique… Pourtant certains sont pacifiques comme le chef Powhatan et sa tribu ainsi que sa fille Pacahontas.

Pacahontas se promène en forêt et au bord des rivières en compagnie de Rato le raton laveur et de Flit le colibri actif… Pacahontas est jeune mais bientôt femme. Son père veut la marier au guerrier Kocoum. Mais il ne lui plait pas trop …

Pacahontas court chez Grand-Mère Feuillage, un arbre centenaire que l’on consulte, pour lui parler de Kocoum. Grand-Mère Feuillage répond :

 » N’épouse pas Kocoum si tu ne l’aimes pas ! Ecoute les esprits du ciel, de la terre et du vent ! Ils te montreront le chemin à suivre… »

Pacahontas décide alors d’écouter son coeur et elle entend :

 » Etranges nuages, étranges nuages !…  » Elle se demande ce que cela signifie ?…

Pacahondas surveille le ciel, mais c’est sur la mer que des nuages… Des voiles blanches apparaissent ! Un vaisseau !… Elle voit quatre hommes descendre d’un canot bizarrement vêtus ! Elle est effrayée mais captivée ! Elle s’approche d’eux car elle n’a jamais vu d’étrangers…

John Smith explore les abords de la plage. Il a confie son bâteau à Thomas, son ami et à Ben et lon d’autres marins.

John Smith parcourt la forêt. Pacahondas et Meiko l’observent de loin. Des feuilles bruissent près d’elle soudain. L’étranger peut la découvrir ! Le jeune homme a la peau claire et est très beau. Meiko est si curieux qu’il s’approche complètement de l’étranger. John Smith se met à genoux pour l’observer à son tour.

 » Aimes-tu les biscuits, drôle d’animal !  » Dit John Smith. Pacahontas préfère rester cachée…

Kekara, l’homme médecine, a de mauvaises nouvelles, en rentrant, pour son peuple et au Chef Powhatan, il dit :

 » La fumée dit que des étrangers dangereux, armés de bâtons qui crachent le feu, approchent ! « 

John Smith explore toujours. Il y a de magnifiques chutes d’eau sur cette terre.

 » Que cet endroit serait merveilleux pour bâtir des maisons !  » Pense-t-il. Il ne remarque pas Pacahontas qui le suit…

En passant devant une chute d’eau, il entend des pas derrière lui et se retourne. Il y a une silhouette derrière le rideau d’eau :

 » Sortez ou je tire !  » S’écrie-t-il. Pacahontas sous ses cris, avance intimidée… 

 » Une jeune fille ! «  S’écrie John Smith. Et il pense qu’elle est très jolie…

Sur le rivage, Kocoum et ses compagnons observent les marins. Ils travaillent sous le commandement de Ratcliffe.

 » Nous devons construite un fort pour nous protéger de ces sauvages ! Ensuite, seulement, nous creuseront le sol pour chercher l’or !  » Annonce Ratcliffe.

Kocoum se précipite pour rapporter ce qu’il a entendu au Chef Powhatan.

 » Les visages pâles vont détruire nos terres ! Que nos braves se préparent à la guerre !  » S’exclame le Chef Powhatan.

Powhatan envoie un messager au village proche aussi pour demander une aide.

Pendant ce temps, John Smith essaye de devenir ami avec Pacahontas. Il prend sa main dans la sienne et l’agite. Elle est étonnée car les indiens ne serrent jamais la main.  John Smith la touche et elle perçoit le sens de ses paroles. Il en est de même pour John qui comprend son langage. Il lui parle de l’Angleterre, un lointain pays.

 » Chez moi, il y a de belles maisons !  » Dit John Smith.

 » La vie est merveilleuse dans nos forêts !  » Répond Pacahontas.

 » Si nous abattons la forêt et construisons des villes, vous deviendrez civilisés !  » Ajoute John Smith.

 » Abattre les forêts ! Ce sont nos amies ! Je dois rentrer à présent !  » Annonce Pacahontas.

Les jours passent et John Smith rêve de la revoir. Il revient la regarder cueillir du maïs à l’orée du village…

Pacahontas le sait en danger et l’emmène près de Grand-Mère Feuillage. John lui montre les pièces d’or :

 » Ces pièces sont en or. Il doit y en avoir d’autres ici ! Tu deviendras riche ! « 

En échange, Pacahontas montre un épis de maïs et dit :

 » Il a la même couleur ! Il sort de terre ! Mais il vaut plus que l’or car il nous nourrit !  » John doit admettre qu’elle a raison…

Soudain une voix ! C’est l’arbre qui parle ! John est surpris ! Grand-Mère Feuillage signale :

 » J’aime ce John Smith. Son âme est pure ! Et il est beau ! « .

Pacahontas sourit car Grand-Mère Feuillage a raison !

Des voix s’élèvent :  » John où es-tu ?  » John pousse Pacahontas derrière le tronc d’arbre pour la dissimuler.

Grand-Mère Feuillage étend ses racines, sous les pas des anglais et les fait trébucher. Ils tombent. Pacahontas peut s’éclipser discrètement.

John Smith décide de retrouver dans la forêt Pacahontas. Il la prend dans ses bras. Mais Kocoum l’a suivie… Il croit qu’il veut lui faire du mal ! Il l’attaque donc !

John aussi a été suivi par thomas. Quand il voit l’indien attaquer son ami, il lève son fusil sur lui. John lui hurle d’arrêter mais il est déjà trop tard…

Les indiens ont entendu le coup de feu et accourent. Ils aident Kocoum, le porte sur une civière et font John Smith prisonnier. Ils l’attachent à un poteau. Pacahontas se glisse auprès de lui et jure qu’elle voudrait ne jamais l’avoir rencontré.

Il lui répond :

 » Je préfère mourir demain que dans cent ans sans t’avoir connue ! « 

Le lendemain matin, John Smith est emmené sur un rocher sacré.

 » Kocoum est mort par ta faute ! » Dit Powhatan et il s’apprête à abattre sur lui une massue.

 » Non, pas cela père car je l’aime !  » S’écrie Pacahontas. Ratcliffe et ses hommes arrivent aussi prêts à tirer.

 » Pacahontas parle avec la voix de la sagesse ! Nous ne voulons pas la guerre ! Nous voulons la paix ! «  Conclut Powhatan.

La paix est la dernière chose souhaitée par Ratcliffe… Il doit s »emparer de la terre des Indiens pour trouver l’or ! Il arrache un fusil à un de ses hommes pour tirer. John Smith voit son geste ! Il se précipite sur Powhatan pour le protèger. La balle le frappe au lieu du Chef et il s’écroule grièvement blessé ! Pacahontas pleure…

Thomas et ses compagnons se jettent sur Ratcliffe. Ils le ligotent.

Pacahontas et John ont réussi à arrêter la guerre. John blessé est ramené en Angleterre. Il doit y être soigné. Les indiens offrent des vivres aux marins pour la traversée.

Pacahontas est montée sur le grand rocher qui surplombe l’océan. Elle voit s’éloigner le bâteau et John. Elle sait que sa place est auprès de son peuple. Un jour, elle devra à nouveau lutter !

John est triste de la quitter ! Il songe qu’il pourra peut-être la revoir un jour et il sait surtout qu’il ne l’oubliera jamais ! Ni la beauté des terres indiennes ! …

Ecrit et publié par Chantal Flury le 22 novembre 2012, d’après un film de Disney.background-2008_039_thumb17 dans Pocahontas.

 

 

 

 

 

 


Autres articles

Répondre

L'Encre de Phoebé |
"Le regard des autres", 1er... |
Atelier permanent de lectur... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Amour, Beauté, Paroles, Mots.
| Les Ailes du Temps
| David Besschops