Une fée.

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit


Archive pour février, 2011

CAROLINE DETECTIVE.

Caroline détectiveClipart Gif loupe

CAROLINE DETECTIVE.

Pouf n’est pas dans son lit. Il n’est pas dans la cave, ni au rez-de-chaussée. C’est affreux, Pouf a disparu !

Il faut le retrouver !

Caroline se coiffe de la casquette de Sherlock Holmes.

 » Que chacun emporte une photo de Pouf. Je prends une loupe pour retrouver sa trace… » Dit Caroline.

Et l’enquête commence…

 » Monsieur le chat, avez-vous vu Pouf ?  » Demande Bobi en lui montrant une photo.

 » Non ! De plus vous me dérangez car je fais la sieste !  » Répond le chat.

 » Madame, vous n’auriez pas vu ce chat blanc?  » Demande poliment Bobi.

 » Non ! Mais il serait parfait chez moi !  » Répond la dame.

Le motocycliste, à côté, répond qu’il a failli en renverser un lui ressemblant.

Tout à coup, Boum voit une queue blanche dépassant d’un landau…Il tire dessus et il se retrouve avec une peluche…

 » En voilà de mauvaises manières !  » lui dit la maman furieuse.

A cet instant, Pipo voit Pouf assis dans un bus. Il tourne le coin de l’avenue et disparait. Il est déçu ! Mais bien vite il oublie…

 » J’ai retrouvé les traces de Pouf ! Il a marché sur le bitume tout frais !  » S’écrie Caroline.

Et loupe en main, Caroline suit les empruntes et entre dans un grand magasin. Un petit chat blanc ressemblant à Pouf descend l’escalator, pendant que Caroline et ses amis montent en sens inverse !

Pouf hurle Bobi. Mais le chat blanc ne réaggit. Fait-il semblant?

Caroline et ses amis sont encore plus surpris ! Ils voient des dizaines de chats blancs, tous avec des noeuds papillons de différentes couleurs !

 » Raisonnons maintenant ! S’ils ont tous des noeuds papillons, c’est qu’il y a une raison… » Dit-elle

 

C’est vrai ! «  Atteste Noiraud.

Une dame fait repartir l’enquête. Elle a aperçu un chat blanc sur un manège…

Youpi bondit sur le manège.

 » Ce cavalier n’est pas pouf ! Il aurait déjà sauté à notre cou !  » Conteste Caroline.

Caroline sursaute…  Elle voit le théâtre de Guignol. Elle écoute alors et interrompt le spectacle.

 » Tu parlais du célèbre Pouf ! Où est-il ?  » Demande Caroline.

 » Si je te le disais tout le Congrès le saurait !  » Répond le comédien.

 » Quel congrès ?  » Redemande Caroline.

 » Celui des chats blancs !  » Répond le comédien.

 » Pouf est mon ami ! Je veux le retrouver !  » Ajoute Caroline.

Pendant ce temps, les chats blancs sont entrain d’élire leur Président.

Arrivée à peine dans la salle, Caroline reconnait Pouf.

 » Tu aurais pu nous prévenir !  » S’écrie-t-elle.

 » Mais j’avais mis un mot sous la porte !  » Répond Pouf.

 » Et si notre Président était une présidente cette année !  » Dit Pouf au micro.

Aussitôt Caroline est élue à l’unanimité. Elle est applaudie.

Quel honneur pour la grande détective !

Ecrit et publié par Chantal Flury le 14 Février 2011, d’après un conte de Pierre Probst.background-2008_039.jpg

 

 

 

Bernard et Bianca.

    Bernard et Bianca. dans Bernard et Bianca. 342109

MARTIN ET LES TRACTEURS.

gif garçonJohn_Deere_6320,_tracteur_agricole

MARTIN ET LES TRACTEURS.

Une course est programmée sur le circuit de Radiator Springs. Flash McQueen et tous ses amis y assisteront ! Tous les spectateurs sont déjà attendus dans la ville. Néanmoins Sally est triste… Elle trouve que la route qui mène au circuit est sale… Et Sally n’a pas tort !

 » Nous devons goudronner la route.  » Dit Doc Hudson.

 » Nous ne pourrons terminer à temps !  » Se lamente Sally.

 » Tous ensemble nous y parviendrons !  » Constate Flash.

 » J’ai une idée. Tirons Bessie la goudronneuse chacun notre tour !  » Ajoute Sally.

 » Flash doit préparer sa course.  » Répond Doc.

 » Tirer Bessie sera un entraînement !  » Dit Martin la dépanneuse.

 » D’accord. Mais Flash doit s’entraîner. Et il aura besoin d’aide.  » Admet Doc.

 » Je suis une dépanneuse. Je suis faite pour tracter des engins mais non pour entraîner des voitures !  » S’écrie Martin.

 » Viens sur le circuit ! Tu tiendras le drapeau d’arrivée et tu tracteras Bessie l’entraînement de Flash terminé !  » Dit Sally.

Flash apprécie l’entraînement… De plus, il est content que Martin soit avec lui. Lorsque le soleil se couche, néanmoins il arrête cet entraînement pour se reposer. Martin lui est encore en pleine forme !

 » Viens je connais un coin pour s’amuser !  » Dit-il et il oublie qu’il doit tracter Bessie.

 » N’embête pas les tracteurs ! Tu sais que Frank, la moissonneuse, devient furieux dans ce cas !  » Dit Flash.

Aussitôt Martin passe près du champ de tracteurs et actionne sa sirène. Un tracteur panique alors et se renverse.

 » Ces tracteurs sont bêtes !  » Clame alors Martin.

 » Arrête ! Tu vas réveiller Frank !  » Ajoute Flash.

Mais Martin ne veut rien entendre. Il actionne à nouveau sa sirène. Un autre tracteur se renverse. Martin s’amuse de plus en plus… Mais Frank a entendu et arrive déjà.

 » Vite, Martin, partons ! Frank arrive !  » Constate Flash.

Martin klaxonne une autre fois. Juste à ce moment Franck arrive. Flash s’enfuit. Martin le suit et en sortant arrache la porte de la barrière du champ. Furieux Frank les poursuit.

 » Eteins tes Phares !  » dit Flash en arrivant vers la ville. Mais en entrant au centre ville…

 » Quel est ce bruit ? La route est collante !   » Constate Martin.

 » La route vient d’être goudronnée !  » S’écrie Flash.

Les deux amis regardent alors les traces qu’ils ont laissées sur le sol… Ils pensent que le lendemain on ne parlera plus que de la course, en oubliant ces traces…

Mais le lendemain les autres voitures remarquent aussitôt ces traces. Doc et Shérif sont furieux !

 » Les coupables devront réparer la route ! Que tout le monde s’aligne pour un contrôle !  » S’exclame Doc.

Doc compare alors les pneus avec les traces laissées. Flash et Martin partent discrètement pendant ce temps s’entraîner… Mais Frank la moissonneuse bloque la sortie de la ville.

 » Nous allons nous entraîner !  » Rappellent Martin et Flash à Doc.

Mais Doc ne les laisse pas passer et leur demande de retourner avec les autres voitures. La ressemblance de leurs pneus avec les traces laissées est frappante !

Découverts Flash est muet et Martin se met à pleurer.

 » Il faisait nuit et nous étions fatigués… à force de nous entraîner…  » Dit Martin.

 » Shérif, allez chercher à nouveau Bessie pour goudronner ! Et vous deux mettez vous au travail dès maintenant !  » Ordonne Doc.

Et Martin et Flash se mettent au travail…

 » Aujourd’hui, je tire et tu m’encourages !  » Dit Martin.

 » D’accord ! On réparera tous les deux la route.  » Répond Flash.

 » Mais je commence !  » dit Martin. Et il commence. Et le soir la route est réparée !…

 » Bon travail !  » constate Doc lorsqu’ils ont terminé.

 » De plus, ce soir tu vas surveiller les tracteurs ! Frank a besoin de se reposer.  » Ajoute-t-il à Martin.

 » C’est facile. Ils sont stupides !  » Confirme Martin.

 » Mais ce sont d’excellent travailleurs ! Et n’oublie pas de réparer la barrière que tu as cassée!…  » Ajoute Doc.

 » Mais ce soir là, Martin est fatigué par la réparation de la route. Il refait mal la barrière de la porte. Et les tracteurs en profitent pour sortir. Le lendemain matin Flash se lève et va retrouver Martin. Mais il cherche partout les tracteurs. 

 » Tu as mal réparé la barrière et les tracteurs se sont enfui s! Il faut les retrouver avant l’arrivée de Frank !  » Constate Flash.

Mais, après leur promenade, les tracteurs se sont endormis. Flash et Martin les rassemblent alors. Et ils sont tous rassemblés dans le champ, lorsque Frank vient les chercher pour une nouvelle journée de travail.

 » Où étiez-vous ?  » Demande Doc.

 » A la recherche des tracteurs. Ils sont sortis. Je me suis endormi. «  Avoue Martin.

Et les voitures s’écartent pour montrer les traces laissées par les tracteurs sur la route refaite la veille.

 » Peut-être voulaient-ils donner une leçon à Martin !  » S’écrie Sally.

 » Ils ne sont pas aussi bêtes que je le croyais !  » Ajoute Martin.

 » Bessie t’attend Martin ! Doc doit s’entraîner, quant à lui, pour la course de demain.  » Dit Sally.

  » Il faut être endurant pour tirer Bessie. Alors je t’aide aujourd’hui ! «   Dit Flash. Et il tracte la goudronneuse. Et demain, tu m’encourageras de toutes tes forces sur le circuit !

Le lendemain les voitures de Radiator Springs sont fières d’accueillir toutes les voitures sur leur nouvelle route…

Flash est tendu sur le circuit et la ligne de départ. Mais en regardant la foule il y voit ses amis, sauf Martin. Il se demande alors où est passé ce dernier.  Mais il l’aperçoit enfin qui arrive.  Martin a fait venir tous les tracteurs.  Le drapeau se lève : Un, deux, trois… Partez ! Flash démarre en trombe ! …

Flash est en pleine forme. Et ses amis sont là pour l’encourager. Et lorsqu’il approche de la ligne d’arrivée, il est grisé par les applaudissements de Martin et des tracteurs… Et il gagne !

 » Quelle course ! Magnifique !  » S’exclame Sally.

 » Merci !  » Répond Flash.

 » Ramenons les tracteurs ! Et réparons la barrière !  » Dit Martin, car dans le cas contraire, Frank serait en colère.

 » Nous lui dirons simplement que nous avons gagné et que nous avons travaillé dur !  » Répond Flash.

Ecrit et publié par Chantal Flury le 04 Février 2011 d’après un film de Disney.background-2008_039.jpg

 

L'Encre de Phoebé |
"Le regard des autres", 1er... |
Atelier permanent de lectur... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Amour, Beauté, Paroles, Mots.
| Les Ailes du Temps
| David Besschops