Tapis volant.

        hebergeur d'image


Archive pour novembre, 2010

CLOCHETTE ET L’EXPEDITION FEERIQUE.

la fée clochette en colèreCLOCHETTE ET L'EXPEDITION FEERIQUE. dans La fée clochette. s_u_01_10152_01_06

CLOCHETTE ET L’EXPEDITION FEERIQUE.

Clochette veut rapidement travailler.

Que pourrait-elle faire ?

 » Le Peint-abeilles a-t-il besoin d’être réglé ? «  demande-t-elle à une Fée des animaux.

 » Merci Clochette!  » répond-elle.

Et partout, c’est la même réponse car il n’y a rien à réparer. Clochette se met à s’ennuyer. Elle se décide donc à aller ramasser les objets trouvés.

 » Attention !  » la met en garde, la fée Vidia.

 » Il ne faut pas que les humains nous aperçoivent.  » dit la fée Iridessa.

Soudain un bruit de moteur résonne dans toute la clairière. Noa peint les ailes d’un papillon bleu. Sa peinture est gâchée… Le papillon s’envole avec une seule aile repeinte. Clochette veut savoir ce qui est à l’origine de ce bruit.

Le bruit du moteur provient d’une voiture.  Clochette la suit car elle voudrait étudier son mécanisme de près. Elle arrive jusqu’à une maison de campagne. Une fillette et son papa sortent alors de la voiture et discutent. Clochette se cache dans le cerisier et les espionne.

Les humains entrent dans la maison où se trouve déjà un chat pas très agréable. Clochette peut enfin descendre de l’arbre sans être vue. Elle se place sous la voiture pour examiner son moteur. Elle se met à pousser un levier mais elle reçoit un jet d’eau tiède…

Vidia la rejoint.

 » C’est trop dangereux de rester ici, rentre au campement !  » lui conseille Vidia.

Mais les humains reviennent pour vider le coffre de la voiture.  Soudain la petite fille qui accompagne l’homme aperçoit le papillon de Noa. Elle le montre à son père, spécialiste des insectes.

 » Les fées ont peint des ailes différentes !  » dit la fillette.

 » Les fées n’existent pas !  » conteste le scientifique.

Clochette qui l’entend est en colère.

Le scientifique part au travail. La fillette reste à s’amuser dans le jardin.

Clochette et Vidia quittent leur cachette et décident de rentrer au campement. Quand tout à coup, Clochette voit un bouton par terre, puis un autre ainsi de suite qui mènent jusqu’à une maison de poupée.

Clochette s’émerveille car elle va pouvoir visiter cette maison. Vidia lui conseille de faire attention. Mais Clochette veut découvrir son contenu…

Alors Vidia commande au vent de claquer la porte pour faire peur à Clochette. Mais cette dernière se coince et la fillette déjà approche !

Vidia s’abrite dans le jardin et tremble en voyant la fillette arriver à sa hauteur.

 » Une fée !  » s’écrie la fillette. Et elle emporte la maison de poupée dans sa chambre en y enfermant Clochette. Vidia part chercher les autres fées. Mais un orage éclate brusquement !

Vidia arrive mouillée au campement.

 » Clochette a des ennuis !  » s’écrient Clark et Gabble.

Aussitôt les fées décident de porter secours à la bricoleuse.  Elles construisent un bateau et naviguent dans l’eau laissée par l’orage. Mais le bateau s’écrase au pied d’une cascade. Quelle expédition !

Pendant ce temps, Clochette fait connaissance avec la fillette.

 » Tu t’appelles Clochette? Moi Lizzie !  » dit la fillette. Lizie adore les fées. Elle délivre Clochette.

Le père de Lizzie lui a demandé de tenir un journal de bord, pendant les vacances. Elle doit y noter les observations qu’elle a faites sur la nature.

La pluie se calme et Clochette doit rentrer à son domicile. Lizzie la laisse déçue s’en aller… Puis elle montre son journal à son père.

 » Je ne peux pas regarder ton journal ! J’ai des fuites à réparer sur le toit !  » explique le père.

La fillette retourne dans sa chambre en soupirant… Son père n’est jamais disponible pour elle. Clochette a entendu et vu le chagrin de la fillette et elle décide de rester auprès d’elle pour l’aider…

La bricoleuse se faufile dans le grenier pour réparer la fuite d’eau du toit et ainsi permettre au père de Lizzie de passer plus de temps avec sa fille.

Elle fabrique un tuyau pour évacuer l’eau. Et elle aperçoit le papillon de Noa, vivant, dans un bocal et elle le délivre. Le père de Lizzie voulait l’étudier… Puis elle regagne la chambre pour se cacher.

C’est alors que ses amies les Fées arrivent près de la maison. Vidia s’enfonce dans la boue, faite par la pluie, sur la route alors qu’une voiture arrive prête à l’écraser.

Iridessa lui renvoie la lumière de ses phares et ébloui le conducteur qui doit stopper.  Les Fées repartent et elles n’ont plus que quelques mètres pour rejoindre Clochette.

Lizzie à son réveil constate que la Fée Clochette a réparé le toit. Elle va voir son père qui la punit aussitôt pour avoir lâché le papillon de Noa. Mais elle ne raconte pas la visite de Clochette qui la remercie en lui donnant de la Poussière d’Etoile. Avec cette poussière, Lizzie s’envole dans la chambre.

Pendant ce temps, les autres Fées entrent dans la maison en passant par la cuisine. Mais le chat est présent puis les course. Vidia monte l’escalier à la recherche de Clochette. Cette situation amuse Lizzie qui rit aux éclats, ce qui fait venir son père.

 » Elle m’apprend à voler !  » lui explique Lizzie.

Son père est fâché mais il voit Clochette voler et reste bouche bée. Il veut alors enfermer Clochette dans un bocal. Mais Vidia la pousse hors de ses mains. Et c’est elle qui est faite, à sa place, prisonnière.

Le scientifique court avec le bocal dans sa voiture.  Lizzie enfile alors son imperméable et ses amies les Fées s’installent dans ses poches. Et grâce à la Poussière d’Etoile, Lizzie s’envole.

Une fois près de la voiture, Lizzie plonge pour arrêter le moteur. Le scientifique voit alors sa fille qui vole !

Il décide alors de laisser sa liberté à Vidia car il croit maintenant aux Fées. Et ils partent tous ensemble à un pique-nique. Les sciences et la magie sont enfin réunies !

Ecrit et publié par Chantal Flury le 29 Novembre 2010, d’après un film de Disney.background-2008_039.jpg

Une fée.

          hebergeur image

PETER ET ELLIOTT LE DRAGON.

 

PETER ET ELLIOTT LE DRAGON. dans Divers contes et poésies. 497922_L 

PETER ET ELLIOTT LE DRAGON.

Peter est orphelin. Son père et sa mère sont morts. Il est malheureux mais heureusement il a son ami Eliott. C’est un magnifique dragon aussi haut qu’une maison !

Elliott sait voler, cracher du feu et parler le langage des dragons mais aussi contrairement aux autres de sa race, il peut se rendre invisible.

Lorsque Peter parle à Eliott, les Gogan ne le voient pas car il est invisible.

 » Pourquoi tu parles seul, vilain garçon !  » disent les méchants Gogan.

Un jour Peter, excédé, décide de s’en aller loin avec son ami.

Sur la route un panneau :  » Pas-sa-ma-quod-dy « .

 » Rends toi invisible Elliott !  » lui dit Peter en s’approchant du village.

Et Elliott disparaît aussitôt.

 » Elliott ne laisse pas traîner ta queue !  » donne en conseil Peter.

Et Elliott balaye de sa queue, en voulant la ranger, une clôture qui s’écroule.

Et voilà qu’Elliott marche dans le ciment frais d’un maçon, posé sur le trottoir.

Le cheval du laitier se cabre sur son passage.

Tous sont mécontents de Peter car ils ne voient pas le dragon.

 » Partons vite où tu vas démolir le village !  » dit Peter.

Peter et Elliott s’enfuient. Elliott est honteux.

Lampie le gardien du phare passe et aperçoit Elliott redevenu visible :

 » Au secours, un dragon ! « 

 Il rentre à son domicile et le raconte à sa fille :

 » Tu as de la fièvre, papa, mets toi au lit ! « 

Pendant ce temps Elliott et Peter se dirigent vers la mer.

Peter trouve, dans les rochers, une grotte assez grande pour contenir Elliott et se reposer. Mais soudain une petite fille apparaît à l’entrée de la grotte.

 » Cache toi Elliott !  » suggère Peter.

 » Bonjour petit garçon ! Je t’ai vu passer du haut du phare où j’habite avec mon père.

« Que fais-tu là ? » demande la jeune fille.

 » Je suis Peter et je n’ai plus de famille. J’habitais chez des personnes méchantes et je suis ici avec mon ami Elliott.  » répond Peter.

 » Viens dîner au phare !  » ajoute-t-elle.

 » Vas, Peter …  » murmure Elliott.

 » Je veux bien… car j’ai un peu faim !  » ajoute Peter.

Peter mange une bonne soupe chaude, préparée par Nora. Nora se met tout à coup à pleurer…

 » Pourquoi es-tu triste ?  » lui demande Peter.

 » Mon fiancé Paul, le marin, a disparu en mer !  » répond Nora.

Lorsque son père arrive, il pousse un cri :

 » C’est toi qui était avec le dragon ! « 

 » Arrête de dire des bêtises !  » clame Nora.

Repus et heureux, Peter rejoint Elliott. Il lui raconte que ses nouveaux amis l’ont accueilli gentiment…Nora de plus a été charmante.

 » Elle m’a laissé la photo de son fiancé. Ne peux-tu pas le retrouver !  » lui dit-il.

 » Mais oui ! Je sais où se trouve son bateau. » répond Elliott.

 » Peter, tu dois aller à l’école et apprendre à lire comme tous les enfants. Je vais t’y emmener !  » clame Nora.

Et le lendemain Peter se dirige vers l’école.

 » J’accompagne un nouvel élève, miss Taylor.  » dit Nora à la maîtresse.

Elliott invisible s’amuse à tirer la cloche de l’école.

 » Qui a tiré la cloche ?  » demande la maîtresse.

 » C’est Elliott, mon dragon.  » répond Peter.

 » Je n’aime pas les menteurs ! vas eu coin !  » s’écrie Mademoiselle Taylor.

Elliott n’est pas content car on attaque son ami.

 » Rien de grave Elliott…  » le rassure Peter.

 » Tu parles à qui?  » demande Melle Taylor.

 » A mon dragon !  » répond Peter.

Et il prend trois coups de règle sur les doigts.

Elliott invisible est en colère. Il s’élance. Le mur s’effondre. La maîtresse perd conscience au milieu des enfants…

 » Tu es impossible Elliott ! Retournons nous cacher dans la grotte !  » gémit Peter.

Pendant ce temps le docteur Terminus arrive, dans une roulotte, avec son assistant Hoagy. Il vend des remèdes-miracles.

 » Achetez mes remèdes-miracles !  » crie-t-il.

Lampie, le gardien du phare, lui raconte qu’il a vu Peter en compagnie d’un dragon.

 » Avec la chair d’un dragon, on peut faire plein de remèdes ! «   annonce le marchand.

Les pêcheurs de Passamaquoddy sont furieux. Ils n’attrapent plus de poissons.

 » Peter, porte malheur !  » affirment-ils.

Nora est indignée et prend la défense de Peter.

 » Ne chasser pas Peter. Il vient avec moi au phare !  » leur affirme-t-elle.

 » Papa, Peter vient vivre avec nous !  » ajoute-t-elle.

 » A condition qu’il m’emmène son dragon ! «  précise son père.

 

 

 

 » Tu as rêvé papa ! «  dit Nora.

Un jour une charrette tirée par des cheveux arrive dans la ville. Ce sont les Gogan.

 » Avez-vous vu Peter ? Il s’est sauvé de notre domicile.  » clament-ils.

 » Je vais vous le retrouver ! Mais vous m’aidez à trouver son dragon !  » déclare Terminus.

 » D’accord !  » disent les méchants Gogan.

Et ils fabriquent ensemble, un énorme piège à dragon, avec un filet fabriqué avec des cordes. Il ne manque que l’appât.

 » Peter ! Ton dragon te demande !  » crie Terminus.

Aussitôt les méchants Gogan l’attrape et l’enferme dans un sac.

 » Au secours, Elliott !  » s’écrie Peter.

Aussitôt Elliott l’entend et invisible se précipite.  Il est pris dans le filet.

 » Je vais te découper en chair à pâté !  » clame Terminus.

Mais Elliott crache du feu et le filet est détruit. Puis il projette, d’un coup de queue, les Gogan dans les airs. Terminus disparaît aussi effrayé.

 » Bravo ! Elliott !  » dit Peter. Et il saute sur le dos de son ami.

Le soir, Peter est à table avec Nora, lorsqu’un terrible orage éclate. La lanterne du Phare s’éteint. Nora voit au loin un bateau sur la mer déchaînée…

 » Ce bateau va se briser sur les rochers !  » s’affolle Nora.

 » Elliott va nous aider !  » s’écrie Peter. Et il court à la grotte où Elliott est entrain de dormir.

 » Réveille-toi, Elliott ! Viens vite ! On a besoin de tes services au phare.  » lui crie Peter.

Peter monte sur le dos d’Elliott qui déploie ses ailes et vole jusqu’en haut du phare. Il gonfle ses joues et crache un jet de flammes. Aussitôt la lanterne du phare se rallume. Le bateau fait demi-tour et il est sauvé.

Nora connait maintenant Elliott.

 » Elliott, tu as été courageux. Et en plus, je pensais que tu n’existais pas !  » soupire Nora.

Le lendemain Peter et son dragon sont acclamés par les gens de la ville. Le maire décore Elliott d’une médaille de sauveteur. Et voici Paul, le fiancé de Nora. il descend du bateau et se précipite dans ses bras, car Elliott a tenu parole et l’a fait revenir chez lui !

- Bravo Elliott !  » s’écrie Peter. Tu vas vivre avec nous maintenant…

 » Je vais te dire adieu Peter !  » répond Eliott.

 » Tu es fâché contre moi?  » demande Peter.

 » Non, tu as trouvé une famille. Et je dois secourir un autre petit garçon malheureux ! « 

Peter a les larmes aux yeux mais reconnaît qu’Elliott a raison ! Il n’oubliera jamais son ami…

Ecrit et publié par Chantal Flury le 14 Novembre 2010, d’après un film de Disney.background-2008_039.jpg

 

L'Encre de Phoebé |
"Le regard des autres", 1er... |
Atelier permanent de lectur... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Amour, Beauté, Paroles, Mots.
| Les Ailes du Temps
| David Besschops