Halloween.

      hebergeur image


Archive pour octobre, 2010

TOY STORY 3

TOY STORY 3 dans Toy Story. 1278461973_toystory-3

TOY STORY 3.

Andy ne joue plus autant avec ses jouets car il est devenu un adolescent.

 » Avant de partir à l’université, trie les jouets que tu donneras à la garderie. » dit la maman d’Andy.

 » Mais maman ces vieux jouets sont bon à jeter.  » répond Andy.

Dans le coffre les jouets sont époustouflés par sa réponse. Et Woody en est encore tout surpris.

Aucun jouet n’est épargné sauf Woody qui se trouve dans un carton qu’Andy emporte à l’université.

Les autres sont mis dans des sacs-poubelle.

Woody enfin seul réussit à sortir du carton. En fait les sacs-poubelle ne seront pas jetés mais simplement portés au grenier.

Moly appelle Andy. Andy pose ces sacs à terre. Et alors sa mère les prend pensant qu’ ils doivent être jetés.

Woody court au dehors inquiet. Il essaye d’ouvrir le premier sac, pour faire sortir les jouets. Mais il est trop tard un camion d’éboueurs passe. Mais heureusement un tri sélectif se fait et les jouets sont à l’abri.

Jessie convint les jouets de monter dans un carton que la mère d’Andy emportera à la garderie. Woody rejoint ses amis dans la voiture. Les jouets sont contents de partir, car ils pensent qu’Andy a voulu les jeter.

Pendant le trajet, Woody essaye de les convaincre de retourner chez Andy mais ces derniers refusent catégoriquement !

En arrivant à la garderie les jouets sont surpris. Quel lieu magnifique !

 » Bienvenue à la garderie Sunnyside ! Voici mon ami Gros Bébé !  » dit Lotso, l’ours rose.

Lotso les conduit vers la salle des chenilles.

 » Vous verrez ici c’est le paradis !  » ajoute Lotso.

Les jouets veulent rester à la garderie, sauf Woody.

 » C’est ici qu’après avoir partagé de longs moments que nous devons nous quitter?  » leurs demande Woody. Mais il n’a aucune réponse. Il part donc seul.

En passant par la fenêtre, Woody se retrouve sur le toit. Il décide alors de s’accrocher à un vieux cerf-volant oublié. Et il y a une chute libre qui se termine hélas par l’accrochage de Woody à une branche.

Bonnie, une petite fille qui arrive à la la garderie l’aperçoit. Elle le met aussitôt dans son sac à dos…

Dans La salle des chenilles, de nombreux petits se précipitent.  Et ces enfants malmènent les jouets.

Buzz est aussi maltraité. Puis il est laissé enfin de côté.  Il regarde par la fenêtre est aperçoit dans la salle des papillons des enfants plus grands qui jouent sagement avec leurs jouets. Buzz n’en revient pas !

Le soir, à la garderie, les tous petits sont enfin partis. Buzz réconforte ses amis. Et ils pensent qu’ils devraient tous être avec des enfants plus grands.

 » Je vais aller voir Lotso !  » dit Buzz. Il grimpe à la fenêtre. Trois amis de Lotso parlent. Ils vont vers le distributeur de confiserie et Lotso les suit. Buzz comprend qu’une réunion de jouets va se tenir.

 » Que pensez-vous des nouveaux ?  » demande Ken, l’ami de Lotso.

 » Il ne tiendront pas plus d’une semaine !  » répond un autre jouet.

Buzz court prévenir ses amis.  Mais en chemin, avant d’y parvenir, il est fait prisonnier par Gros Bébé.

Dans la salle des chenilles, les jouets sont soulagés en voyant Andy contrarié car il n’a jamais eu l’intention de jeter ses jouets. Ils décident alors de rentrer. Mais Lotso refuse car s’ils partent, c’est lui qui sera relégué à la salle des chenilles !

 » Aucun de vous ne doit quitter la garderie !  » dit Lotso.

Buzz qui a été reprogrammé par Lotso arrive et enferme ses amis !

Pendant ce temps, des jouets indiquent chez Bonnie, que Lotso est devenu un jouet méchant car il s’est cru abandonné. Woody sait maintenant que ses amis sont en danger. Il retourne à la garderie avec Bonnie caché dans son sac à dos. Arrivé, il est accablé de voir comment ses amis sont traités.

Dring ! Dring ! le téléphone sonne et Woody décroche. Alors une voix lui demande de voler les clés de la garderie. Il devra ensuite rejoindre ses amis. Il imagine un plan. Mr Patate devra distraire Lotso et Jessie ouvrira la porte, tandis que Rex et Bayonne reprogrammeront Buzz.

Le moment venu, les amis parviennent à sortir. Ils se glissent dans le conduit du vide-ordures.  Ils se retrouvent dans la benne. Il faut maintenant sortir. Mais en essayant avec son ressort, Zigzag se trouve face à Lotso.

Tous les jouets sont encore dans la benne lorsqu’elle est renversée dans le camion des éboueurs.

 » Woody !  » crie Lessie en s’accrochant à sa main. Mais tous sont emportés parmi les déchets. Lotso également. Sa collecte terminée, le camion vide son contenu au centre de tri. Un bulldozer les pousse sur un tapis roulant.

 » Au secours !  » crie Lotso.

Buzz et Woody arrivent et le sauvent.

Le tapis se dirige vers un incinérateur !  Lotso aperçoit l’arrêt d’urgence et hissé par les autres, il appuie sur ce bouton. Les jouets sont sauvés !

Sortis, les jouets sont en sécurité. Ils partent en direction de la maison d’Andy, dans le camion poubelle de leur quartier. Quant à Lotso, il est récupéré par le chauffeur et attaché à une grille d’aération du camion.

Les jouets entrent chez Andy qui va partir à l’université. Ils se glissent dans le carton destiné au grenier. Woody colle un mot sur le carton. Pendant que Woody retourne lui dans le carton destiné à l’université.

A son retour de l’université, Andy est heureux. Il a retrouvé ses jouets. Il découvre le mot collé sur le carton. Et il le lit. Il part alors chez Bonnie.

 » Quelqu’un m’a dit que tu t’occupais bien des jouets !  » dit Andy. En lui donnant son cow-boy préféré, il a un pincement au coeur. Mais il comprend que Bonnie l’aime déjà et il accepte de lui tendre !

Avant de quitter ses jouets;, Andy leur fait un signe  » Au revoir « . Les jouets réalisent que leur vie avec Andy n’existe plus et qu’ils vont vivre de nouvelles aventures avec Bonnie !

Ecrit et oublié par Chantal Flury le 29 Octobre 2010, d’après un film de Disney.background-2008_039.jpg

toystory3(2) dans Toy Story.

 

UN LUTIN.

hebergeur d'image

FRANKLIN ET SON DOUDOU.

FRANKLIN ET SON DOUDOU. dans Franklin. franklin3

FRANKLIN ET SON DOUDOU.

Franklin sait nager. Il s’habille seul et sait faire plein d’autres choses. Il s’endort comme un grand avec un câlin et sa couverture-doudou bleue.

Au début, cette couverture était grande et bordée de satin. Maintenant Franklin ne la quitte plus et elle a des trous un peu partout.

D’habitude Franklin range cette couverture dans un des tiroirs de la commode, mais ce soir là, il ne la trouve pas. Il cherche partout dans sa chambre, rien… Il regarde sur les étagères et dans le placard, rien… Il ne la retrouve pas !…

Il va chercher son père et sa mère qui lui demandent de retourner au lit mais il se met à pleurer car il cherche son doudou.

Alors ses parents se mettent à rechercher avec lui son doudou dans toute la maison.

«   Essaye de te souvenir où tu l’as rangé la dernière fois !  » dit sa mère.

Il essaye de se souvenir :

- Ce matin Franklin s’est disputé avec Martin l’ourson et il a pris, après son départ pour se consoler son doudou.

- Cet après-midi, il y a eu un orage, il l’a mis sur sa tête pour ne pas voir les éclairs et entendre le bruit du tonnerre.

Il regarde à nouveau dans le tiroir de la commode de sa chambre avec ses parents. Il n’y est pas.

Je ne pourrai jamais dormir sans mon doudou gémit Franklin…

Papa a une idée, il sort de la chambre et revient avec une couverture Jaune usée.

«  C’était mon doudou lorsque j’avais ton âge.  » lui dit son père.

Franklin prend la couverture, mais s’endort difficilement car ce n’est pas son doudou !

Le lendemain Franklin continue ses recherches. Il se rend chez Martin, l’ourson.

 » J’ai perdu mon doudou et je le cherche !  » déclame-t-il.

 » Il n’est pas ici. D’ailleurs ma mère me dit que les grands ours comme moi sont trop vieux pour avoir des couvertures de bébé !  » répond Martin.

 » Et ton lapin?  » renchérit Franklin.

 » Les lapins, c’est différent ! » répond Martin.

Franklin sort et court chez Lili, le castor. Lili n’a rien trouvé mais elle voit son ami si troublé qu’elle lui propose de lui prêter son nounours.

 » Merci lili.  » dit Franklin en le serrant dans ses bras. Et il l’emporte.

Le lendemain, son père sent une drôle d’odeur :  » Vous ne sentez rien.  » dit-il en se pinçant le nez.

Et tout à coup, Franklin se souvient.

 » Je sais d’où ça vient !  » dit-il.

Il regarde sous la chaise et tire sa couverture bleue. Une poignée de choux de Bruxelles s’en échappe.

 » Regardez, j’ai retrouvé mon doudou ! J’avais oublié l’endroit où je l’avais déposé.  » s’écrie Franklin.

 » Oui et tu as oublié aussi de manger tes choux !  » ajoute sa maman.

Franklin rougit !

 » Ils sentent mauvais ces choux froids !  » clame son père.

 » Tous les choux sentent mauvais!  » constate Franklin.

Puis Franklin regarde son doudou bleu.

 » Je me moque que tu sois vieux et plein de trous. Mais tu as besoin d’un bon bain ! « 

Et Franklin part le laver !

Ce soir là, Franklin range la vielle couverture jaune dans le coffre du salon. Il n’en a plus besoin.

 » On ne jette pas les vieux doudous ici !  » s’exclame-t-il en rangeant le doudou de son père.

Ecrit et publié par Chantal Flury le 27 Octobre 2010, d’après un conte de Paulette Bourgeois et Brenda Clark.background-2008_039.jpg

 

 

WINNIE ET PORCELET.

           hebergeur d'image

HIAWATHA ET LE GROS POISSON.

 

gifs et photos indiensHIAWATHA ET LE GROS POISSON. dans Hiawatha. f0hzjc6c

HIAWATHA ET LE GROS POISSON.

Hiawatha rentre de la forêt. Tous les hommes du village sont entrain de danser de joie. Ils tournent et retournent autour d’un feu. Hiawatha se demande le motif de cette danse qui doit être important.

Alors, il se précipite chez son père, le chef de la tribu qui lui explique :

 » Je lance demain, un concours de pêche et les braves dansent la danse du poisson. Celui qui attrapera le plus gros poisson pourra porter ma coiffe de plume et être le chef pour une journée. « 

Le visage d’Hiawatha s’illumine. Sa petite soeur qui est là aussi écoute avec intérêt.

Hiawatha a pris aussitôt la décision de participer au concours.

 » Je veux gagner !  » dit-il à sa petite soeur.

 » Et comment un petit comme toi pourrait gagner en attrapant le plus gros poisson ?  » lui répond-elle.

Hiawatha déteste que sa soeur lui rappelle qu’il est petit.

 » Tu n’es qu’une fille et tu ne connais pas la pêche et le travail des hommes ! Vas faire la cuisine et la lessive !  » renchérit-il.

Il est furieux !

La nuit Hiawatha rêve qu’il attrape le plus gros poisson…. Il a la coiffe de son père sur la tête. Il donne des ordres à tous et surtout à sa soeur…

Le lendemain, Hiawatha se lève tôt et va au bord du lac. Il monte dans son canoë qui est attaché sur la rive. Il se dirige au milieu du lac. Ce matin, les poissons ont très faim. Il peut les voir bondir hors de l’eau à la recherche de nourriture.

Il se penche et alors il aperçoit le plus gros des poissons. Il nage et tourne autour du canoë. Hiawatha remarque alors que sa canne à pêche est bien trop fine pour l’attraper. Il doit trouver rapidement une solution avant que ce gros poisson ne s’échappe.  Tout à coup, il a une idée. Il prend un lasso et le fait tournoyer en l’air, à chaque fois que le gros poisson sort de l’eau.

Hiawatha le manque plusieurs fois mais le poisson est curieux. Il est certain de pouvoir l’attraper !  La boucle tout à coup s’enroule autour de la queue du poisson et le petit indien tire pour ramener sa prise.

Le poisson se met à nager vite, surpris par cette attache, et tire le canoë dans l’eau. Courageusement Hiawatha se tient à la corde. Après plusieurs tours, le gros poisson est fatigué. A coup de pagaie, Hiawatha regagne la rive du lac tirant le poisson épuisé. Il sait qu’il a gagné le concours !  Mais il n’a rien pour transporter son poisson. Il l’abandonne quelques instants et part vers le village.

Il croise alors sa soeur qui va vers la rivière une lessive à la main. Mécontent encore, il tourne la tête comme s’il ne la voyait pas et ne dit mot. Elle aussi l’ignore…

Le gros poisson, pendant ce temps a retrouvé des forces. Il essaye en bondissant de se dégager de la corde.

Petite fleur a commencé à faire sa lessive dans le lac. Et en se retournant au milieu du panier, elle aperçoit le poisson qui vient d’y sauter en essayant de retirer la corde!

 » C’est certainement le poisson de Hiawatha !  » pense-t-elle. Il va sûrement gagner le concours ! Mais pourquoi avoir laissé ce poisson ? Si je le ramenais au village, il ne serait plus en colère après moi… Elle détache le poisson et le met sous une couverture dans le panier où il se trouve maintenant. Il est très lourd à porter…

Lors de son trajet, elle croise à nouveau son frère. Hiawatha l’ignore toujours et poursuit sa route. Cette fois Petite Fleur perd patience. Elle décide d’apporter le panier à son père et déclare avoir attrapé le gros poisson.

Au bord du lac, Hiawatha regarde sa corde au bout de laquelle le poisson n’est plus attaché… Il pense qu’il n’a pas de chance !… Il saute dans son canoë et parcourt le lac. Mais il ne remonte qu’avec un minuscule poisson …

Au village tous les braves acclament Petite Fleur. Le chef pose sa coiffe à plume sur sa tête.

 » Sois fier de ta soeur. Elle a attrapé le plus gros poisson !  » dit-il à son fils qui arrive.

Petite fleur sourit.

 » Mon poisson est trois fois plus gros que le tien !  » s’exclame-t-elle.

 » J’en avais attrapé un trois fois plus gros ! Mais il s’est échappé !  » ajoute Hiawatha.

 » Tu es meilleur en vantardise qu’en pêche ! Maintenant je t’ordonne d’aller laver le linge ! Tu verras comme le travail des femmes est simple !  » lui répond Petite Fleur.

Elle est devenue le chef pour la journée et Hiawatha n’a plus qu’à obéir.

 » Quelle horrible journée !  » marmonne-t-il en s’exécutant.

A la fin de la journée, Hiawatha rentre et trouve sa soeur entrain de parler à son père.

 » Hiawatha, tu as eu une leçon ! Je viens de dire à père que c’était toi qui avait attrapé le poisson. Je suis fière de toi.  » lui dit-elle en embrassant son frère.

Hiawatha est heureux. Il a gagné le concours de pêche ! Maintenant, il est le chef pour la journée. Il donne à sa soeur une énorme part de gâteau au miel. Elle mérite pour sa franchise d’être récompensée !

Conte écrit et publié le 26 Octobre 2010 par Chantal Flury, d’après un film de Disney.background-2008_039.jpg

Les crayons.

    voir l'image en taille réelle

BECASSINE.

BECASSINE ET SA COUSINE.

Vous la connaissez ??????????? C'est BECASSINE

Bécassine et sa cousine jouent à la marchande.

 » Bonjour. « 

 » Je veux achetter cette serviette!  » dit Marie.

Bécassine essaye de grimper en haut de l’armoire et tombe en agrippant le tas de serviettes.

Alors elle doit les rammasser et les ranger mais s’en amuse.

  » Viens jouer au tennis.  » demande Marie.

Et en jouant Bécassine prend la balle dans l’oeil !

 » Grimpe sur l’âne du fermier maintenant Bécassine. « 

Bécassine y monte mais Marie tape sur le derrière de l’âne qui part au galop !

A ces jeux Marie s’amuse de plus en plus et Bécassine de moins en moins.

 » Jouons à cache-Cache !  » propose Bécassine.

 » D’accord va te cacher  » ajoute Bécassine.

Soudain Marie se sauve en hurlant :

 » Au secours, un fantôme! « 

Bécassine s’était cachée sous un drap pour lui faire une farce !

 » Ouf, je suis tranquille maintenant. elle ne reviendra pas aussitôt !  » pense Bécassine.

BECASSINE ET SON PETIT PARAPLUIE.

Vous la connaissez ??????????? C'est BECASSINEGif parapluie

 

Bécassine est heureuse. Elle aime tout le monde et plus particulièrement sa maman.

Elle adore son papa qui lui apparait très grand.

 Son chien qui lui fait des lèchouilles.

Elle aime êtrte avec sa cousine Marie-Qui-louche….sauf lorsque Marie lui joue des tours !

Mais elle aime en ce moment particulièrement son petit parapluie rouge.

Elle attend que la pluie tombe pour le prendre et aller se promener.

Mais un jour de ces sorties, il y a une tempête;

Et son petit parapluie s’envole !

Marie court derrière lui !

Heureusement…Ouf…Elle a réussi à le rattraper. Elle a eu peur de ne pas y parvenir.

Depuis , elle ne se promène avec son parapluie que lorsqu’il y a du soleil !…

Ecrit et publié par Chantal Flury d’après un conte de Caumery et Pinchon.background-2008_039.jpg

 

BERNARD ET BIANCA AU PAYS DES KANGOUROUS.

BERNARD ET BIANCA AU PAYS DES KANGOUROUS. dans Bernard et Bianca. 342109

BERNARD ET BIANCA AU PAYS DES KANGOUROUS.

Cody Vivait en Australie. Il passait son temps à se promener dans le désert. Il y rejoignait ses amis, les animaux et il s’était mis à apprendre leur langage.

Ce jour là il vit Fallou, le Kangourou se précipiter vers lui d’un air soucieux.

« Je t’en prie, viens sur mon dos et partons vite. Marahute, l’aigle est en difficulté ! Tu vas pouvoir le délivrer !  » dit Fallou.

 Cody monta sur le dos de Fallou et ils prirent le chemin de la falaise. Et lorsqu’ils arrivèrent ils virent Marahute ficelé dans un piège. Et quand Cody le délivra son aile se détendit et précipita Cody dans le vide.

Il allait se fracasser sur les rocher et cria :  » Au secours, sauve moi, Marachute ! « 

L’aigle arracha le reste de ses liens, s’envola et le prit sur son dos. Ainsi Cody visita le canyon. Il lui montra ensuite son nid et ses oeufs et lui offrit en remerciements, une de ses plumes dorées.

Puis remis à terre et repartit seul Cody, sur son chemin, rencontra une petite souris. Il voulut l’aider aussitôt. Mais il tomba dans un gros trou masqué.

Du haut de ce trou, un individu agressif et son lézard se penchaient sur lui.

 » Un gamin attrapé avec une plume d’aigle !  » s’écria le sinistre individu. C’était le braconnier qui avait attrapé Marachute !

 » Si tu me donnes la cachette de l’aigle, tu pourras t’en aller !  » lui cria-t-il.

Cody se garda bien de lui dévoiler.

 » Bon, si tu ne parles pas, je te laisse ici !  » ajouta-t-il.

Mais la petite souris pendant ce temps s’était libérée. Elle adressa un télégramme à SOS Société.

A l’autre bout du monde, à New-York, Bernard et Bianca dînaient au restaurant.  Bernard voulait la demander ce soir là en mariage. Mais au moment où il voulut lui remettre en cadeau une bague, elle roula sur le sol. Il la ramassa, se releva et vit Bianca entrain de lire un message, remis par le serveur. Elle se rendit aussitôt à SOS Société. Elle savait maintenant que Cody avait besoin d’aide…

La compagnie Albatros pouvait les emmener en Australie et ils partirent aussitôt. Wilbur, l’albatros, leur proposa un écureuil volant pour les transporter.

En Australie, Cody faisait la connaissance de ses compagnons en cage, attrapés comme lui : Red, un Kangourou triste, Krebbs, un koala déprimé, Franck un lézard à collerette. Ils cherchaient tous un moyen de s’échapper ! Et Franck soudain parvint à sortir. Il essaya d’attraper la clef. Mais Léonard, le méchant lézard qui accompagnait le braconnier, le vit et le remis en cage.

 

 

Heureusement Bernard, Bianca et la souris Australienne, Jake qui devait leur indiquer le chemin, approchaient. La petite souris en Australie, sur le télégramme leur avait indiqué le lieu de captivité de Cody sur un plan.

Quand Bernard, Bianca et Jake arrivèrent, ils entendirent le braconnier rendre sa liberté à Cody.

 » Je n’ai plus besoin de toi car l’aigle vient d’être tué d’un coup de fusil. Ses oeufs vont prendre froid et personne ne pourra s’en occuper ! « 

Le braconnier avait menti ! Ce n’était qu’une ruse pour que Cody les emmène à la cachette de l’aigle.

 » Il faut que je sauve les oeufs de Marabu !  » pensait Cody en se précipitant vers le nid de l’aigle.

Mais Bernard, Bianca et Jake coururent pour le prévenir.

 » Attention, C’est une ruse pour attraper Marahute!  » s’écrièrent-ils.

Mais trop tard, un filet s’abattit sur Marahutte. Cody pleurait car c’était de sa faute. Il sauta alors du nid et se tint au filet. Jake lança une corde aussi qui s’accrocha au filet et ainsi Jake et Bianca furent emportés.

Bernard resta près du nid pour garder les oeufs.

 » On dirait que j’ai attrapé deux drôles d’oiseaux !  » dit le braconnier en les réceptionnant. Et il prit l’aigle et Cody et les enferma dans une cage. Puis il retouna au nid.

 » Mange les oeufs !  » dit-il  à son lézard.

Mais Bernard présent près du nid Avait caché les oeufs et les avait remplacé par des cailloux. Le lézard arrivé, mordit dans un oeuf et ne put le casser ! Furieux il les précipita tous du haut de la falaise.

Pendant ce temps, Wilbur, l’albatros rejoignait ses amis. Et il atterrit près du nid.

 » Bravo !  » lui dit Bernard en sortant les oeufs de leur cachette.

 » Tu vas pouvoir les couver !  » ajouta Wilbur à Bernard.

Le braconnier n’avait pas perdu de temps. Pour se débarrasser de Cody, il l’avait suspendu au-dessus de la rivière infestée de crocodiles. Il tira sur la corde et Cody tomba à l’eau.

Mais le braconnier tomba aussi bousculé par son serpent. Il arriva également à l’eau. La rivière plus loin se changeait en rapides. Cody et le braconnier y arrivaient. Mais Marahute qui avait été libéré par Bianca se pressait. Il se saisit de Cody qui vit le braconnier, lui, emporté par le courant.

Maintenant Cody et ses amis volaient dans les airs sur le dos de Marahute.

Wilbur, l’albatros qui couvait les oeufs avait hâte de les voir arriver et sourit en les apercevant.

Bernard pendant le voyage avait demandé la main de Bianca :  » Quel bonheur ! Enfin tu te décides !  » lui répondit-elle.

Ecrit et publié par Chantal Flury le 19 Octobre 2010, d’après un film de Disney.background-2008_039.jpg

 

Bon mercredi.

     voir l'image en taille réelle

12

L'Encre de Phoebé |
"Le regard des autres", 1er... |
Atelier permanent de lectur... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Amour, Beauté, Paroles, Mots.
| Les Ailes du Temps
| David Besschops