Une poupée.

          voir l'image en taille réelle


Archive pour mars, 2010

MINI-LOUP ET LE LAPIN DE PÂQUES.

Mini-Loup et le lapin de PâquesMINI-LOUP ET LE LAPIN DE PÂQUES. dans Mini-Loup. paques2

 

MINI-LOUP ET LE LAPIN DE PÂQUES.

Mini-Loup ne s’ennuie jamais lorsqu’il est avec ses amis Anicet et Mini-Pic. Ce matin, ils partent dans la forêt pour jouer au Gromine, un monstre de la forêt.

 » Celui qui l’attrape sera le roi !  » s’écrie Mini-Loup.

Puis d’un seul coup, on entend un énorme vacarme.

  » Le Gr…Gr…Gro…gromine !  » hurle Mini-Pic apeuré.

Heureusement les trois amis sont plus curieux que peureux.

 » Allons regarder d’où vient ce bruit !  » propose Mini-Loup. Et à la place de l’effrayant monstre, Anicet, Mini-Pic et Mini-Loup découvre un faible lapin. Il a eu un accident avec sa mobylette et sa remorque est renversée.

 » Au-secours ! Aidez-moi ! Je dois avoir la patte cassée !  » geint le lapin.

 » Emportons-le chez le docteur !  » réplique Mini-Loup.

Anicet préférerait s’occuper de la remarque car elle est pleine de barres de chocolat.

Le docteur les reçoit. Et il examine le lapin blessé.

 » Belle fracture ! Vous devez rester un mois allongé, sans bouger ! « 

 » Un mois ! Impossible ! J’ai du travail !  » se lamente le lapin.

 » Le travail passe après la santé !  » réplique le médecin et il termine son pansement.

 » Ne soyez pas inquiet, nous t’aiderons !  » promis Mini-Loup.

Et les amis retournèrent dans le bois et installèrent le lapin sur une civière. Mini-Loup prend la mobylette.

«  Voilà, je suis arrivé !  » s’écrie le lapin qui se trouve devant l’entrée cachée de sa tanière.

Et le lapin téléphone à son cousin pour qu’il lui vienne en aide. Il explique aussi à Mini-Loup, Mini-Pic et Anicet comment nourrir ses pondeuses.

 » Donnez leur le chocolat de la remorque !  » dit le lapin aux trois amis qui pénètrent dans une salle remplie de drôles d’oiseaux.

 » Il est lourd ! Le pansement de plâtre pèse lui aussi !  » dit Mini-Pic en déposant la civière.

Les trois amis portent le lapin à l’intérieur de la tanière et s’émerveillent. C’est plein d’oeufs, de lapins, de poules etc… en chocolat !

 » Vous êtes très gourmand !  » dit Mini-Pic.

 » Ces chocolats ne sont pas pour moi ! Je suis le lapin de Pâques !  » avoue le lapin.

 » Le lapin de Pâques ?  » Mini-Loup, Mini-Pic et Anicet sont surpris.

 » On mange le chocolat en tablettes, puis l’on pond de beaux oeufs !  » caquettent les poules.

 » C’est moi qui pond les plus gros !  » affirme l’autruche.

 » Mini-Loup n’a pas vu où il posait ses pieds et il trébuche et tombe dans la marmite de chocolat. Mini-Pic et Anicet lui tendent une corde pour le sortir de là. Et avec les conseils du lapin, il lui ôtent sa carapace de chocolat !

Remis de ses émotions, Mini-Loup aide Anicet et Mini-Pic à décorer les oeufs. Mini-Pic peint, Anicet les entoure de rubans multicolores. Mini-Loup les range dans des boîtes.

Plus tard, j’aimerais devenir un loup de Pâques !  » annonce Mini-Loup à moitié sérieux.

Il fait presque nuit lorsque Mini-Loup rentre à son domicile. Papa et Maman Loup sont très en colère !

 » Euh…On a poursuivi un lapin et l’on s’est perdu…  » bredouille Mini-Loup.

Finalement les parents lui pardonnent.

 » Il est tard ! Maintenant au lit !  » dit Papa.

Le lendemain, c’est Pâques ! Réveillés tôt Mini-loup, Mini-pic et Anicet se précipitent dans le jardin pour découvrir les cadeaux du lapin de Pâques.

 » Tiens… cet animal me rappelle quelqu’un !  » s’écrie Mini-loup amusé. Ce n’est que le moule en chocolat, l’emprunte de Mini-Loup…

 » A toi les oreilles, à moi la queue ! « prévient Mini-Pic .

Puis un bruit de voiture se fait entendre. C’est le cousin du lapin qui arrive.

 » Vous m’avez bien aidé !  Vous avez bien mérité quelques chocolats !  » remercie le lapin de Pâques. Et avant qu’ils partent les trois amis doivent lui promettre qu’ils ne trahiront pas son secret !

Conte écrit et publié par Chantal Flury le 27 Mars 2010, d’après une histoire de Philippe Matter.background-2008_039.jpg

Les ours.

         voir l'image en taille réelle

FRANKLIN A PEUR DE L’ORAGE.

Franklin a peur de l'orageFRANKLIN A PEUR DE L'ORAGE. dans Franklin. franklin3

FRANKLIN A PEUR DE L’ORAGE.

Franklin sait compter jusqu’à cent et nouer ses lacets. Il récite tous les mois de l’année et même les saisons. Il lit la température sur le thermomètre et il regarde chaque jour le baromètre. Si Franklin s’intéresse autant à la météo, c’est parce qu’il a peur de l’orage.

Aujourd’hui, il a prévu de retrouver ses amis chez Raffin le renardeau. Au-dehors, le ciel est de plus en plus noir avec des nuages bas.

«  Je réfléchis, vu le temps, peut être ne devrais-je pas y aller.  » dit Franklin à maman.

 » La pluie ne doit pas tomber tout de suite, tu as largement le temps d’arriver chez Raffin avant qu’il pleuve. » répond- elle.

Franklin prend donc la route mais pas rassuré. Et il met ses bottes et prend son parapluie.

Quand il arrive chez Raffin, il trouve son ami jouant dehors.

 » Tu ne penses pas que l’on devrait rentrer ?  » Lui demande Franklin en regardant le ciel inquiet.

Raffin n’a pas peur et l’air paniqué de Franklin l’amuse…

 » Pas maintenant. J’adore regarder les nuages et sentir le vent souffler. C’est drôle !

 » Moi, j’ai peur. » avoue Franklin.

Lili le castor, Arnaud l’escargot et Hubert le faucon les rejoignent pour jouer.

 » Regardez, je suis tout ébouriffé !  » s’écrie Raffin.

 » Et j’ai les plumes toutes gonflées !  » dit Hubert en riant.

 » Hum…hum… je sens l’orage…  » dit Lili le nez au vent.

Franklin ne trouve pas cela drôle. Le vent est de plus en plus violent.

 » Wouaou !  » s’écrie Hubert qui s’envole et fait des loopings dans l’air.

Franklin retient son chapeau en tremblant.

Il fait sombre et les premières grosses gouttes s’écrasent sur le sol.

 » On ferait mieux de rentrer.  » dit Franklin.

 » Oh non, suivez moi !  » ajoute Raffin.

Vite, ils se réfugient dans la cabane, construite dans un gros arbre du jardin, pour être au sec. La maman de Raffin les appelle :

 » Il faut rentrer ! « 

 » Ne t’inquiète pas, on est dans l’arbre.  » crie Raffin.

Mais sa maman les rejoint aussitôt.

 » Il ne faut pas rester près d’un arbre pendant un orage. La foudre tombe d’abord sur ce qui est haut. Vous pourriez être foudroyés ou blessés.  » explique maman.

De l’arbre jusqu’à la maison, Franklin court sans lâcher la main de maman Raffin.

Ils rentrent juste dans la maison lorsqu’une lumière traverse le ciel en zigzaguant.

 » Un éclair !  » crie Franklin. Il a très peur…

BAAOOUUUM !

Il hurle :  » Le tonnerre ! « 

 » Ne t’inquiète pas, Franklin, on est en sécurité ici.  » lui disent ses amis.

Mais Franklin s’est caché au fond de sa carapace.

Soudain après un gros coup de tonnerre, la lumière s’éteint.

 » Ne soyez pas inquiet. J’allume une lampe-torche et des bougies. Tu ne veux pas sortir de ta carapace Franklin ?  » demande maman Raffin.

 » Non, merci.  » confirme-t-il.

 » Ne t’inquiète pas, ce bruit ce ne sont que des nuages géants qui jouent de la batterie. » indique Hubert.

 » C’est vrai ?  » demande Franklin en montrant le bout de son nez.

 » Bien sûr que non. Ce bruit c’est quand les géants jouent du bowling.  » précise Arnaud.

 » Et les éclairs alors ?  » demande Franklin en sortant de sa carapace.

 » Et bien, ce sont les géants des nuages qui n’arrêtent pas d’allumer et d’éteindre la lumière. » dit Hubert.

 » A mon avis, ils se balancent plutôt aux lustres.  » rétorque Raffin.

Et Franklin rit aux éclats.

 » Des géants ! N’importe Quoi !  » s’écrie Lili. M. Hibou a dit qu’un éclair était une grosse décharge électrique qui vient du ciel vers la terre. La décharge est tellement forte que l’air qui l’entoure fait BOUM !  Et c’est ça le tonnerre.  » s’écrie Lili.

 » C’est bizarre !  » répond Franklin.

Franklin n’a plus peur maintenant. Il joue à faire des ombres avec la lampe-torche. Petit à petit, les éclairs s’éloignent. Le tonnerre n’est plus qu’un grondement lointain. La pluie s’arrête de tomber. La lumière revient.

 » L’orage est terminé. On va jouer dehors ?  » demande Franklin.

 » Regardez ! Un arc-en-ciel !  » s’écrie Franklin.

 » Je sais pourquoi l’orage est fini. Les géants savent bien qu’il y a toujours un trésor au pied d’un arc-en-ciel. Ils sont partis à sa recherche.  » L’explication de Franklin fait sourire ses amis… même Lili.

Ecrit et publié le 21 Mars 2010, d’après une histoire de Paulette Bourgeois et Brenda Clark.background-2008_039.jpg

Un lutin apporte un cadeau.

                                               Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

A LA DECOUVERTE DE LA NUIT.

Ursus arctos ; Aspe, Pyrénées, FranceImage hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

A LA DECOUVERTE DE LA NUIT.

Quand la nuit tombe on voit les étoiles qui brillent et la lune qui apparaît toute ronde.

PROMENADE NOCTURNE.

A LA DECOUVERTE DE LA NUIT. dans Porcelet, Bourriquot, Tigrus, Lapinus, Winnie. tigre_04

 » Quand la nuit tombe, je me mets à courir dans les bois et à bondir aussi haut que possible pour effrayer la lune ! «  s’écrie Tigrus.

BONNE NUIT PETIT OURSON.

250px-ours_des_pyrenees_aspe_2002 dans Porcelet, Bourriquot, Tigrus, Lapinus, Winnie.

 » Dès que la nuit tombe, je me couche dans mon lit chaud et douillet !  » dit Winnie.

UNE PLUIE D’ETOILES.

 Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

 » La nuit je cherche des étoiles filantes. On dit qu’elles portent bonheur !  » ajoute Maître Hibou.

 

 

 CÂLIN DU SOIR.

200px-Kangaroo_and_joey03

 » Tous les soirs, ma maman me fait un câlin et me raconte une histoire avant que je m’endorme.  » dit Petit Gourou.

DES MONSTRES TERRIFIANTS.

Monsters Inc

 » Parfois la nuit, j’ai peur car il y a plein de monstres bizarres !  » s’écrie Porcelet.

LE JOUR ET LA NUIT.

Quand le jour finit, la nuit tombe.

Quand la nuit finit, le jour se lève et ainsi de suite.

IL FAIT JOUR.

Ursus arctos ; Aspe, Pyrénées, France   dyn004_original_115_115_gif_2523935_cae2d2575bb378155dbdd6f7808efe9ayie_trefle20[1]

Pendant la journée, Winnie profite de tous les plaisirs que la nature lui offre.

IL FAIT NUIT.

uzeg06py Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuitGIFS ETOILES

Quand la nuit est limpide, que c’est agréable de regarder les étoiles avec ses amis !

A LA TOMBEE DU JOUR.

Au crépuscule le soleil disparaît peu à peu. La lune se lève et bientôt la nuit.

Ursus arctos ; Aspe, Pyrénées, France

Après le coucher du soleil, Winnie se lève et regarde par la fenêtre : Tout devient de plus en plus sombre.

QUE VOIT- ON LA NUIT.

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuitImage hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

La nuit on peut voir briller les étoiles et la lune.

 bougie » J’allume une bougie et après je n’ai plus peur.  » dit Porcelet.

LA LUNE.

La lune est aussi ronde qu’un ballon mais certaines nuits, on ne la voit pas toute entière.

Pleine lune.250px-wac_nearside

Demi-lune.220px-demi-croissant_de_lune_2

Croissant de lune.220px-lune_du_19_12_2011

LES ETOILES.

GIFS ETOILES

Les étoiles brillent dans le ciel comme le soleil. Mais elles sont plus éloignées et paraissent plus petites.

LA GRANDE OURSE.

Ursus arctos ; Aspe, Pyrénées, France  290px-Ursa_major_constellation_map-fr

Les étoiles déssinent des images dans le ciel. Winnie reconnait facilement la grande ourse.

 COMMENT VOIR DANS L’OBSCURITE.

 Je vois le jour et la nuit. Mais ma maison est plus jolie lorsque j’allume une lampe.

LES OBJETS AVEC LESQUELS NOUS VOYONS DANS L’OBSCURITE.

La bougie.bougie

La lampe.UNE LAMPE AMBIANCE BORD DE MER

La lampe à pétrole.Lampes à pétrole

IL PEUT VOIR LA NUIT.

Gecko

Le gecko est un petit lézard qui ne sort que la nuit. Avec ses gros yeux, il voit tous les petits insectes.

TROUVER SON CHEMIN DANS LE NOIR.

papillon_nuit1

Les papillons de nuit sont guidés par la lune et les étoiles. Lorsqu’ils sont attirés par la lumière, ils peuvent voler des heures.

BONNE NUIT.

Ursus arctos ; Aspe, Pyrénées, France

Quand la nuit tombe Winnie se prépare pour aller se coucher.

WINNIE FAIT UNE PETITE TOILETTE.

djbc03

Winnie avant de se coucher passe un gant mouillé sur son museau.

VETEMENTS DE NUIT.

Pyjama.pyjama-88755

Chaussons.

Chemise de muit.Chemise-de-nuit-photo-02

AU LIT.

miel1.jpg

 » Parfois je me réveille dans la nuit parce que j’ai faim. Alors je mange du miel !  » dit Winnie.

CHAQUE NUIT UN NOUVEAU NID.

singes001.gif

Chaque nuit avant de s’endormir, le chimpanzé construit un nouveau nid de brindilles, qu’il installe en haut d’un arbre.

ILS DORMENT BEAUCOUP.

a306.gif

Chaque matin, l’odeur du miel réveille Winnie. Mais elle se réveille tard.

LE LION.

__Leo9

Les lions peuvent dormir 20 heures par jour.

LE CHAT.

chat-a4-t

Les chats dorment plus de 16 heures par jour.

ILS DORMENT PEU.

tigre_04

Tigrus passe son temps à jouer, à bondir et à inventer de nouvelles cabrioles. Il n’a pas beaucoup de temps pour dormir.

LA GIRAFE.

Giraffa camelopardalis

La girafe est toujours aux aguets et se réveille souvent.

LE CHEVREUIL.

chasse-au-chevreuil

Le chevreuil est toujours sur ses gardes et ne dort que deux heures par jour.

DRÔLES DE REVES.

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Parfois Winnie rêve d’une abeille de la taille d’un être humain.

CE QUI SE PASSE LA NUIT.

tigre_04

La nuit tout semble endormi mais la nature est pleine d’activé.

LA MUSARAIGNE MANGE BEAUCOUP.

180px-Deer_mouse%2C_Peromyscus_maniculatus_8360_lores

La musaraigne ne pèse que 2 grammes mais chaque nuit, elle consomme deux fois son poids en nourriture.

LES OISEAUX MIGRATEURS.

Hirondelle de fenêtre (Delichon urbica)

Tout au long de leur voyage les hirondelles volent jour et nuit. La nuit elles se laissent guider par les étoiles.


RENARD RUSE.1597701-300x216 Il chasse la nuit grâce à ses grandes oreilles, il entend sa proie même loin.

 

LE COIN DES MOTS.La nuit est noire, Bourriquot est content de voir des lumières briller dans le ciel. ane-ventre-blanc-300x225

 

QUE VOIT-ON LA NUIT.Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuitGIFS ETOILESLa nuit de jolies lumières brillent sur terre et dans le ciel.

 

LE CLAIR DE LUNE.Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuitLorsque la lune est claire et ronde, nous voyons aussi bien qu’en plein jour.

 

SOLEILS LOINTAINS.GIFS ETOILESLes étoiles paraissent minuscules. En réalité ce sont d’énormes soleils.PORTE BONHEUR.

GIFS ETOILES

Lorsqu’une étoile filante traverse le ciel, il faut faire un voeu !

PRUDENCE !

2CV

La nuit un automobiliste doit allumer ses phares pour voir ou être vu.

MAISONS ALLUMEES.

maison_noel

Comme c’est gai de voir les fenêtres des maisons allumées à la tombée du jour et surtout à Noël !

LA NUIT ILS DORMENT.

bonnuitreve009.gif

La nuit, Winnie dort dans son lit.

DORMIR DEBOUT.

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

L’âne a l’habitude de dormir debout et malgré celà, il se repose.

LA NUIT ILS VEILLENT.

tigre_04

Certains animaux se cachent pour dormir la journée et ils ne sortent que la nuit.

ESPION DE LA NUIT.

250px-asio_otus1-225x300

 Le hibou peut voir et entendre tout ce qui se passe la nuit.

UNE VISION DE CHAMPION.

papillon_nuit1

Les yeux des papillons de nuit sont munis de facettes qui captent toute la lumière.

AU LOUP, AU LOUP !

loup_05

A la nuit, les loups partent chasser en bande, menés par leur chef.

UN PETIT CREUX.

uzeg06pyblaireau-face

Parfois la nuit, Lapinus rencontre un blaireau en quête de nourriture.

Quoi de plus agréable que de sortir la nuit pour sentir le vent sur sa peau et regarder les étoiles. Mais lorsqu’il est tard, Winnie et ses amis se couchent et dorment dans leurs lits douillets.

Histoire écrite et publiée par Chantal Flury le 12 Mars 2010, d’après une histoire de chez Hachette.background-2008_039.jpg

 

 

Un tapis volant.

                                 hebergeur d'image

LES ARISTOCHATS ET L’ONCLE ANTOINE.

LES ARISTOCHATS ET L'ONCLE ANTOINE. dans Les Aristochats. 64[1]57[1] dans Les Aristochats.60[1]

LES ARISTOCHATS ET L’ONCLE ANTOINE.

 » Allez venez les enfants! Vous ne pouvez pas attendre l’oncle Antoine, en regardant par la fenêtre toute la journée !  » appella Duchesse.

Les trois enfants Aristochats Toulouse, Berlioz et Marie étaient très impatient de voir leur oncle arriver.

L’oncle Antoine, un aventurier, devait venir chez Madame, aujourd’hui, accompagné de Pierre, son maître.

Duchesse avait raconté aux chatons tous les exploits de l’oncle Antoine et de son propriétaire durant leurs fabuleux tours du monde. Thomas O’Malley, le chat de gouttière, attendait également le frère de Duchesse.

 » Le voila ! » s’écria Marie.

« Waouh ! on dirait un véritable aventurier… » ajouta Toulouse.

Sur le bord de la fenêtre, les chatons regardaient Antoine se diriger vers la porte d’entrée de Madame. Puis ils dévalèrent l’escalier pour accueillir leur oncle.

 » Bonjour petite soeur !  » s’écria l’oncle Antoine de plaisir en apercevant Duchesse.

Toulouse rit en entendant appeler ainsi sa mère.

 » Certainement tes enfants ?  » ajouta Antoine.

 » Voici Toulouse, et voilà Berlioz et enfin Marie :  » répondit Duchesse en les présentant.

 » Ils étaient impatients de te rencontrer !  » précisa-t-elle.

Puis O’Malley tendit la patte pour le saluer, mais Antoine lui tapota la tête.

 » Ravi de te connaître !  » s’écria Antoine. Ce qui fit rire à nouveau les enfants.

 » Oncle Antoine peux-tu nous raconter tes aventures ?  » demanda Toulouse.

 » D’accord ! Vous voulez que je vous parle de mon expédition sur l’Everest, la montagne la plus haute du monde ?  » répondit Antoine.

 » Oh ! Oui !  » dirent en coeur les trois chatons.

Tout le monde s’installa auprès du feu pour l’écouter.

 » Le vent glacé soufflait si fort que j’ai failli perdre mes moustaches. Mais avec acharnement nous grimpions toujours plus haut. Et soudain, près du sommet, le pied de Pierre glissa…Heureusement, j’ai réussi à le rattraper avant qu’il ne tombe dans une profonde crevasse. Malgré la fatigue et le froid, arrivé au sommet, j’ai planté le drapeau français. « 

 » Ouah !  » s’exclama Berlioz.

 » Quelle histoire extraordinaire !  » ajouta Toulouse.

 » Les enfants, il est l’heure de se coucher!  » annonça Duchesse.

«  Encore une histoire, maman… » demanda Marie.

 » Pas ce soir !  » répondit Duchesse.

Les chatons partirent donc se coucher en rêvant de ces histoires fantastiques !

Le lendemain, les chatons se levèrent tôt pour écouter de nouvelles aventures. L’oncle Antoine s’était engagé à leur raconter son expérience de cow-boy de rodéo.

 » Big Red était un cheval indomptable… Personne n’avait réussi à le dresser. Sitôt qu’on le montait, il se cabrait. Pierre qui était un grand aventurier, avait décidé de le monter. Mais je savais que ce cheval l’éjecterait immédiatement… J’ai donc sauté avec lui sur sa monture pour attraper les rennes. Big Red devint aussitôt doux comme un agneau ! « 

 » Quelle histoire extraordinaire !  » s’écria Toulouse.

 » Quand je serai grand, je serai aussi un aventurier ! «   ajouta-t-il.

 » Tu sais Toulouse, tu n’as pas besoin d’attendre… Tu peux vivre chaque jour une grande aventure !   » ajouta en souriant, Antoine.

Toulouse décida donc de partir en expédition avec Berlioz et Marie.

 » Venez… Nous seront de grands aventuriers… » dit-il.

 » Où allons nous ? «  demanda Marie.

 » Suivez-moi ! Nous allons gravir une montagne !  » lança Toulouse en prenant un petit drapeau dans le coffre à jouets.

Toulouse, Berlioz et Marie arrivèrent alors aux pieds de Montmartre, la plus haute colline de Paris.

 » Es-tu certain que nous pourrons grimper là-haut ?  » demanda Marie.

 » Evidemment ! Nous sommes forts et courageux comme l’oncle Antoine !  » répondit Toulouse.

Les chatons commencèrent à grimper la colline.

 » Je suis fatiguée… » dit Marie.

 » J’ai faim…  » ajouta Berlioz.

 » Courage ! Nous sommes presque arrivés !  » répondit Toulouse.

Epuisés les chatons arrivèrent, enfin, au sommet de la colline.

 » On a réussi !  » s’écria Toulouse. Et il planta le drapeau français qu’il avait apporté.

 » Allons raconter notre exploit à l’oncle Antoine !  » ajouta-t-il.

Quand les enfants rentrèrent à la maison, Antoine faisait la sieste.

 » Vous raconterez plus tard vos exploits à votre oncle. Il est en train de dormir.  » dit Duchesse.

 » Encore ! Mais je suis certain qu’il sera debout pour le dîner ! ajouta O’Malley.

Puis Toulouse décida de se lancer dans un rodéo. Il imita son ami Roquefort le souriceau.

 » Tu viens jouer avec nous ? « 

 » Je suis Big Red !  » hurla Toulouse.

Marie grimpa sur son dos et il commença à imiter un galop.

Roquefort grimpa sur la queue de Berlioz

 » Yaouh ! je suis un cow-boy !  » cria Roquefort.

Ce soir là tout le monde s’installa près de la cheminée pour écouter les aventures d’Antoine en Egypte.

 » Pierre et moi, naviguions sur le Nil… Lorsque notre bateau chavira ! Soudain des yeux inquiétants sortirent de l’eau. Nous étions cernés par des crocodiles ! Le bateau coula rapidement… Heureusement je vis un arbre et sautai sur une branche. Pierre me suivit. Et au moment où il levait les jambes, un crocodile ouvrit ses mâchoires prêt à le dévorer ! Pour sauver Pierre, j’ai miaulé très fort en direction de la vilaine bête ! Le crocodile a eu si peur, qu’il s’est enfui à toute vitesse !  » raconta Antoine.

 » Tu n’as pas été effrayé ?  » demanda Toulouse.

 » Peur ! Moi ? Mes enfants un grand aventurier comme moi, n’a peur de rien !  » s’exclama Antoine.

 » Ah ! Je suis fatigué, je vais faire une bonne sieste…  » ajouta-t-il.

 » Laissez votre oncle se reposer, les enfants !  » dit Duchesse.

 » Hum ! Peur de rien ! Les histoires de ton frère sont trop belles pour être vraies ! ‘ dit O’Malley.

 » Il exagère peut-être un peu… «  ajouta Duchesse.

 » Un peu ! Un crocodile qui a peur d’un chat, c’est ridicule !  » répondit O’Malley.

 » Mais les enfants l’adorent… Surtout Toulouse ! Je ne l’ai jamais vu aussi émerveillé !  » répliqua Duchesse.

 » J’ai juste l’impression que ce chat est un imposteur !  » ajouta O’Malley.

 » Un imposteur ! Menons l’enquête !  » dit Roquefort.

Roquefort enfila son costume de détective et commença à enquêter sur les activités d’Antoine. Mais les journées d’Antoine étaient très ordinaires.

 » Quel ennui ! Ce chat passe ses journées à manger et à dormir !  » constata Roquefort.

 » Venez ! Ce soir oncle Antoine va raconter son expédition dans un temple perdu au Pérou ! « 

Duchesse et O’Malley suivirent les enfants dans la chambre d’Antoine. En arrivant, ils trouvèrent le gros chat endormi…

 » Quelle surprise !  » s’écria O’Malley.

 » Maman peut-on le réveiller ?  » demanda Toulouse.

 » Non ! Laisses le dormir.  » répondit Duchesse.

Roquefort s’approcha doucement d’Antoine pour enquêter.

La souris examina le chat avec sa loupe. Antoine ouvrit lentement les yeux. En apercevant le souriceau, il eut très peur et se réfugia près de la fenêtre.

 » Au secours ! chassez ce rongeur !  » appela Antoine.

 » Mais Antoine, c’est notre ami Roquefort !  » dit Duchesse en essayant de le rassurer.

 » Vous le voyez ! Notre héros a peur d’un petit rongeur !  » s’écria O’Malley.

Depuis le couloir Toulouse avait suivi la scène.

 » Quel spectacle ! Quand votre oncle a aperçu Roquefort, il a failli sauter par la fenêtre, effrayé par une souris !  » raconta O’Malley.

Marie et Berlioz riaient aux éclats. Leur oncle, un grand aventurier avait peur d’une souris ! « 

 » Cessez de vous moquer d’oncle Antoine !  » s’écria Toulouse.

 » Mais il a peur de Roquefort !  » répondit Berlioz.

 » Oncle Antoine n’a pas peur. Il a juste été surpris. «   justifia Toulouse.

 » Les enfants votre oncle n’est peut-être pas un aventurier, mais c’est un grand conteur d’histoires. C’est grâce à lui que vous avez pu grimper en haut de la colline !  » rétorqua Duchesse.

 » C’est vrai !  » reconnait Toulouse.

Le lendemain Pierre et l’oncle Antoine partirent pour de nouvelles aventures.

 » Au-revoir ! Ne sois pas triste, mon petit aventurier. Je serai bientôt de retour. Et j’aurai de nouvelles aventures à te raconter !  » dit Antoine à Toulouse.

 » Reviens vite, oncle Antoine ! «  répondit Toulouse.

Et Antoine après avoir dit Au-revoir à tous partit…

 » Maman, oncle Antoine est le meilleur des conteurs d’histoires du monde ! C’est toujours mon héros !  » ajouta Toulouse.

Conte écrit et publié le 06 Mars 2010 par Chantal Flury, d’après une histoire de Disney.background-2008_039.jpg55[1]

Petite fille lisant.

                                          Petite fille lisant. dans Images pour enfants. lisi11

SCAMP UN CHIEN TOUT FOU.

Gif animé Chien gratuit    a2442.gif

SCAMP UN CHIEN TOUT FOU.

Belle et le Clochard ont quatre chiots. Trois d’entre eux ressemblent à leur mère, Lady. Ils sont aussi adorables, mignons et bien élevés. Le quatrième, Scamp, est aussi fripon que son père.

Scamp est curieux. Il veut tout connaître et découvrir. Par exemple le goût des chaussures et de leurs lacets ! Tout ce qui est inconnu, jeté dans les poubelles.

Il vide le panier à linge et déchiquette les chemises. Il tire sur la nappe et fait tomber la vaisselle !

C’est ainsi qu’il explore le monde qui l’entoure. Et en faisant toutes ces bétises, il s’attire beaucoup d’ennuis.

Sa maman, Lady, essaye d’enseigner à ses enfants les bonnes manières. Quand ils se promènent dans le parc, trois chiots trottinent gentiment à ses côtés et Scamp est occupé à chasser les oiseaux !

Scamp éprouve beaucoup d’admiration pour son père qui parfois aime bien aussi s’amuser. Par exemple, il fait la course avec les voitures. Il grogne méchamment lorsqu’il voit un autre chien. Il hurle pendant des heures au clair de lune. Et Scamp pense que papa est le plus courageux de tous les chiens.

Pourtant, Darling et Jim aiment beaucoup Clochard qui le leur rend bien. Il leur apporte le journal le matin. Il retrouve les jouets d’Eric perdus dans le jardin !

Scamp souhaiterait ressembler à son père !

Scamp est sa famille vivent avec Darling, Jim et leur petit garçon. Scamp cherche à ressembler à son père mais à chaque fois qu’il essaye,  il se fait réprimander par Jim et Darling.

Un jour tante Sarah vient les voir et apporte un cadeau pour Eric. Eric avant d’ouvrir son paquet veut montrer ses adorables chiots à sa tante.

 » Tante Sarah, vient dire bonjour à Lady dans la cuisine.  » demande Eric.

Scamp seul dans le salon joue avec le paquet cadeau. Que peut il contenir ? Il veut l’ouvrir.

 » Non Scamp, il ne faut pas aboyer ainsi !  » disent-ils.

Pendant ce temps heureuse et vigilante, Lady surveille ses chiots qui jouent avec une balle bleue.

 » Ne sont-ils pas adorables ? «  interroge Eric.

 » Personnellement, je pense que les chiots n’entrainent que des ennuis !  » répond tante Sarah.

De son côté, Scamp a réussi à ouvrir la boîte. Il tient le ruban entre ses dents et examine curieusement un tigre en peluche aussi grand que lui.

 » Je vous le disais bien, les chiots ne font que des bétises. Regardez, il a ouvert le cadeau d’Eric !  » constate tante Sarah.

Quand tante Sarah repart, elle est encore très en colère.

 » Ce chiot est trop turbulant, vous devriez le donner ! »

Scamp est tout penaud.

En fin d’après midi, tante Sarah rentre à la maison agitée et triste. Scamp agite la queue pour la saluer. Mais tante Sarah, préoccupée, ne le remarque même pas.

 » Que se passe-t-il, tante Sarah ?  » demande Darling voyant le visage inquiet de sa tante.

 

 » J’ai perdu ma petite rose ! C’est terrible !  » répond-elle en sanglotant.Scamp réfléchit : C’est pour lui l’occasion de devenir un héros ! Il doit retrouver cette petite rose. Ainsi, il décide de s’aventurer vers le monde qu’il ne connaît pas encore. Il longe des clôtures. Soudain un écureuil surgit. Scamp le suit. Mais l’animal apeuré bondit au sommet d’un arbre.

Scamp arrive dans une rue animée. Il y a beaucoup de monde. Il entend crier :  » Des roses, achetez mes belles roses ! « 

Scamp observe les fleurs. Si seulement il arrivait à en attraper une ! Mais soudain, il reçoit un méchant coup de balai !

Scamp se sauve à toute vitesse. Il se cache derrière une clôture. Il a peur.

Au bout d’un moment, Scamp sort de sa cachette. L’homme au balai a disparu. Il aperçoit une grosse boule de poils à côté d’une écuelle remplie de lait.

Scamp ne sait pas que c’est un chat !

Scamp s’approche et lui donne un coup de patte affectueux. Mais le chat n’est pas content d’être réveillé brusquement ! A la vue du chiot, il bondit toutes griffes dehors. Il siffle et crache sur le chiot affolé.

Scamp détale et file par une brèche qu’il aperçoit dans la clôture. Il se fait petit et se cache derrière un tonneau. Et il commence à s’arrêter de trembler…

Il entend alors un drôle de cri très doux.

 » Miaou…Miaou… »

En tournant la tête il aperçoit un chaton.

 » Oh ! Une bête plus petite mais identique à l’autre ! « 

Mais le petit chaton pleure , il est désespéré, petit et inoffensif !

Le chiot remue la queue et jappe gentiment pour le distraire. Mais le bébé est inconsolable.

Scamp pense que le bébé a peut-être soif !

 » Il y a une écuelle remplie de lait près de la bête qui grognait tout à l’heure !  » pense-t-il.

Et malgré sa peur, il va jusqu’au jardin. Il apporte l’écuelle au chaton qui lappe le lait avec faim.

Scamp est ravi et le contemple.

Il se fait tard, il va falloir rentrer ! De plus après ses aventures Scamp est fatigué ! Il a envie de retrouver sa maison et sa famille. Il ne se retourne pas une fois. Tant pis pour la rose de tante Sarah !

Scamp retrouve son chemin sans encombre. Mais en montant les marches, il entend un drôle de bruit derrière lui :

 » Miaou…Miaou… »

Le petit animal l’a suivi jusque la maison !

Scamp pense qu’il va être grondé d’avoir ramené ce chaton !

Mais quand Darling ouvre la porte, elle appelle joyeusement tante Sarah.

 » Tante Sarah, tante Sarah, venez voir ! Scamp a retrouvé petite Rose ! « 

Ce soir là une fête est donnée en l’honneur de Scamp à la maison. Darling a préparé des gâteaux. Lady et Clochard sont fier de leur fils.

 » Tu es un vrai héros ! Tu as retrouvé ma petite chatte que je croyais perdue !  » le félicite tante Sarah.

Scamp est content : il voudrait tellement être aussi doué que son père !

Conte écrit et publié le 02 Mars 2010 par Chantal Flury, d’après une histoire de Disney.background-2008_039.jpg

12

L'Encre de Phoebé |
"Le regard des autres", 1er... |
Atelier permanent de lectur... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Amour, Beauté, Paroles, Mots.
| Les Ailes du Temps
| David Besschops