AVENTURE A DISNEYLAND-PARIS.

AVENTURE A DISNEYLAND-PARIS. dans Donald. 1914330_L1mwelkom dans Donald.anima10a

AVENTURE A DISNEYLAND – PARIS.

Le ciel est bleu ce matin là. Un avion arrive et soudain, dans la cabine, on entend une voix. C’est celle de Fifi.

 » Nous arrivons ! J’aperçois Disneyland Paris ! « 

Riri, Fifi, Loulou et Zaza regardent par le hublot. Il admire l’endroit qui s’étend dans la campagne de Marne-la-Vallée.

 » Attérrit vite, Flagada !  » demandent-ils impatients.

Après l’atterrissage, Oncle Picsou explique à ses neveux :  » Comme vous avez été sages, j’ai tenu ma promesse… Depuis quand  … Mamy baba ? … »

Mamy Baba répond que c’est depuis qu’ils ont aperçu Disneyland Paris.

Alors les quatre amis se précipitent vers l’entrée du parc. Ils veulent tout essayer et tout voir.

Ils entrent dans le parc. Fifi montre une place dénommée Town Square :  » Commençons par là notre visite ! « 

 » D’accord. Nous nous retrouvons pour déjeuner au café Hypérion à Discoveryland. Mais surtout restez tous groupés !  » rétorque Oncle Picsou.

Mamy Baba est aussi ravie que les enfants à l’idée de s’amuser :  » Je vais commencer par une promenade dans ce vieux camion de pompier. Venez Picsou, nous allons aussi nous distraire ! « 

Dans Main Street, la rue principale, les trois frères voient une boutique qui vend des glaces. Ils les regardent avec envie.

 » Ne nous arrêtons pas déjà. Il faut s’amuser un maximum avant le déjeuner ! «  constate Loulou.

A Central Plaza, ils montent dans un autobus anglais à deux étages. D’en haut, ils regardent toutes les boutiques aux couleurs d’antan qui sont tout au long de Main Street.

Revenus au point de départ, la balade terminée, ils pénètrent dans Frontierland et veulent voir le légendaire Far West américain.

 » Super !  » s’exclame Fifi en arrivant vers le fort Comstock.

 » Un vrai fortin de l’Ouest ! J’espère que nous rencontrerons des Indiens et des cow-boys !  » Et par les escaliers, ils courent le long des murs en rondins du Fort. Ils stoppent dans un observatoire où ils peuvent admirer les rivières qui traversent Frontierland.

Après avoir traversé un camp cheyenne, nos amis s »embarquent sur un canoë. Deux indiens rament à coups de pagaies autour de l’île Wilderness. En chemin, ils croisent le Mark Twain, un grand bâteau à aubes.

Puis, ils montent à bord du petit train de la mine. Le coeur de Riri, Fifi et Loulou bat très fort. Ils entendent des hurlements, des cris et des rires de peur et de joie qui sortent des wagons. Les passagers s’accrochent dans les virages. A côté, Zaza est complètement détendue.

 » Quelle aventure !  » s’exclame Loulou, en descendant du train.

 » N’as-tu pas eu peur, Zaza car les filles ont peur dans de tels endroits ?  » lui demande-t-il.

 » Pas du tout ! J’avais l’impression de me balader sur le dos d’un gros dragon et je les adore !…  » répond Zaza.

Peu après, ils se retrouvent tous les quatre à Adventureland. Ils y voient des boutiques extraordinaires qui rappellent les Contes des Mille et Une Nuits. Ils admirent des objets venus d’Afrique, d’Asie et du Moyen-Orient. Zaza admire particulièrement l’Echoppe d’Aladdin.

Continuant leur aventure, ils franchissent le pont suspendu qui mène à un arbre gigantesque, la Cabane des Robinson. L’arbre est identique à celui dans lequel la célèbre famille des Robinson avait installé une cabane après leur naufrage sur une île tropicale.

Ayant quitté l’arbre géant, ils décident de découvrir Pirates of the Carribbean. Une barque les conduit dans un monde inquiétant : des pirates les menacent, des boulets sifflent et s’écrasent dans l’eau, des coups de feu sont tirés.

 » Formidable !  Je sais que ce sont des robots mais ils m’inquiètent malgré tout ! Ils semblent tellement vrais !  » s’exclame Riri.

Ils descendent maintenant de la barque et Riri regarde Zaza et lui demande :

 » As-tu eu peur ? « 

 » Peur de quoi ?  » répond-elle.

Et elle ajoute :  » Tu sais ce pirate devant son coffre me rappelait l’Oncle Picsou entrain de compter sa fortune et s’apercevant qu’il lui manque un sou.  »

Plus tard, les enfants sont transformés en cavaliers émérites. Ils sont montés sur quatre des quatre-vingt six chevaux du Carrousel de Lancelot. Zaza imagine qu’elle est une princesse et Fifi qu’il est un acrobate de cirque.

Peu après Zaza demande aux garçons de la suivrent jusqu’au Labyrinthe d’Alice :

 » Suivez moi. On va s’y perdre. Le dernier sorti m’offrira un Hamburger ! « 

 » Quel drôle d’endroit !  » s’écrie Loulou lorsqu’il se retrouve près du mystérieux chat de Chester qui peut disparaître en laissant juste son sourire visible…

«  Où se trouve la sortie ? Suivez moi. Rappelez-vous, j’attends mon hamburger du dernier sorti !  » s’exclame Zaza.

Aucun des garçons ne veut montrer qu’il ne sait pas où se trouve la sortie. Chacun veut arriver le premier. Zaza s’en amuse et les mène jusqu’à la sortie, sans qu’ils s’en aperçoivent ! Ils sont tous trois… les derniers.

Fifi demande à Zaza comment elle s’y est prise pour retrouver son chemin dans ce labyrinthe.

 » Question d’habitude ! Lorsque j’accompagne Mamy Baba dans les magasins, j’ai appris à la retrouver entre les rangées d’habits.  » répond Zaza.

Les trois frères cherchent une attraction qui devrait surprendre Zaza. Ils la font monter dans une tasse à thé tourbillonnante du Manège d’Alice. Mais Zaza éclate de rire. Le manège lui rappelle les courses en chariot dans le supermarché avec Mamy Baba qui fait ses provisions.

Le trio l’emmène ensuite à Discoveryland. Ils montent dans des vaisseaux spaciaux d’Orbitron. Les engins volants montent et descendent en tournant rapidement. Zaza est ravie et ne perd pas son sourire.

Arrivé à terre, Riri perplexe demande à Zaza pourquoi elle n’a pas peur des fusées.

 » Je n’en avais aucune raison. J’ai volé avec Flagada Jones et vous connaissez sa manière de voler !…Je suis vaccinée ! « 

Le temps a passé vite. C’est l’heure de déjeuner avec l’Oncle Picsou. Ils le retrouvent au café Hypérion et échangent leurs impressions.

«  Je n’ai jamais eu peur !  » affirme Zaza. Et elle est prête à manger le hamburger offert par Riri, Fifi et Loulou. Elle se tourne vers la table des garçons pour les remercier. Mais Zaza se fige sur sa chaise et pousse un cri :  » Au secours ! Une araignée !… « 

 » Aurais-tu peur d’une minuscule araignée ? Toi que rien n’effraies, toi qui affrontes tout ?  » s’amuse en le disant Oncle Picsou.

 » Zaza, terrifiée par une araignée !  » pouffent les trois garçons.

«  Je n’ai pas peur des araignées. J’ai juste craint qu’elle ne me prenne le hamburger que vous m’avez offert !  » répond Zaza.

Cette réponse est si inattendue que tous éclatent de rire.

 » Quelle répartie ! Je n’aurais pas eu cette idée. » dit Mamy Baba.

Le déjeuner terminé, il est l’heure de reprendre les visites de Disneyland Paris, ce pays de rêve et de fantaisie !

Conte écrit et publié par Chantal Flury le 25 Janvier 2010, d’après une histoire de Disney.background-2008_039.jpg

 

 


Autres articles

Répondre

L'Encre de Phoebé |
"Le regard des autres", 1er... |
Atelier permanent de lectur... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Amour, Beauté, Paroles, Mots.
| Les Ailes du Temps
| David Besschops