OUI-OUI EN AVION.

Oui-Oui en avionOUI-OUI EN AVION. s_03593906coloriages Oui Oui

OUI-OUI EN AVION.

Oui-Oui est éreinté lorsqu’il rentre ce soir là chez lui car il a travaillé depuis le matin sans s’arrêter. Il est content de pouvoir se reposer un peu. Comme il fait un mauvais temps son taxi est tout sale.

 » Tant pis… je le laverai demain… Ce soir, je n’en ai pas le courage.  » se dit Oui-Oui.

 » Tut ! Tut !  » proteste le taxi qui ne veut pas rester avec cette boue sur le dos…

Au même moment, Oui-Oui entend quelqu’un qui l’appelle. C’est Bastien Bouboule, le fils des voisins.

«  Oui-Oui comment vas-tu ? Oooh ! ta voiture est sale ! Veux-tu que je t’aide à la laver ?  » demande Bastien Bouboule.

 » Je suis trop fatigué pour la néttoyer ce soir!  » explique Oui-Oui.

 » Et bien, je vais le faire à ta place !  » lui rétorque Bastien ravi de l’aider.

Au départ Oui-Oui est contre sa proposition mais Bastien insiste et Oui-Oui finit par céder.

Oui-Oui s’apoprête à rentrer dans sa maison lorsque Mirou passe devant chez lui.

 » Tu as cl’air fatigué Oui-Oui.  » remarque Mirou.

 » Je dors debout. J’allais me reposer pendant que Bastien lave ma voiture. » explique Oui-Oui.

 » Veux-tu que je te prépare un chocolat chaud ? Je viens d’acheter un cake aux fruits, nous pourrions faire un délicieux goûter…  » propose Mirou.

 » Quelle bonne idée !  » approuve Oui-Oui.

A peine ont-ils terminé leur chocolat, qu’ils entendent Zim le chien gémir doucement derrière la porte. Il cherche Mirou partout.

 » Pauvre Zim ! Je te donne un morceau de cake pour me faire pardonner.  » dit Mirou.

Lorsque Oui-Oui s’apprête à fermer la porte, c’est Bastien qui surgit.

‘ » Ta voiture brille ! Viens la voir !  » s’écrie Bastien.

Mirou et Oui-Oui se précipitent dehors. Quelle surprise ! L’auto étincelle !

 » Tu as fait un excellent travail ! Tu as mérité une part de cake !  » le félicite et propose Oui-Oui.

 » Pour me récompenser pourrais-tu me faire conduire ton taxi ?  » demande Bastien.

 » Pas question ! Je peux néanmoins t’emmener faire un tour dès que tu le désireras, mais conduire mon taxi, jamais. » rétorque Oui-Oui.

Bastien n’insiste pas et se console avec la part de cake de Mirou.

Bastien parti, Mirou et Oui-Oui discutent tranquillement. Tout à coup quelqu’un frappe à la porte. Oui-Oui va ouvrir et découvre Potiron.

 » Je passais par là et j’ai trouvé ton taxi si brillant que j’ai décidé de te féliciter. Tu l’as bien nettoyé.  » dit Potiron.

Oui-Oui lui explique qu’il n’y est pour rien. Que c’est Bastien le fils du voisin qui l’a nettoyé. Avant de repartir, il demande à Oui-Oui de l’emmener le lendemain à Miniville. Oui-Oui est ravi !

Tôt, le lendemain, Oui-Oui monte en voiture.

 » Je me rappelle que je dois faire le plein d’essence.  » pense Oui-Oui. Et il va mettre le contact. Mais sa voiture fait un bruit étrange  » Hiic ! Hiic ! Hiic !  » Et elle se met à sursauter. Oui-Oui ne comprend pas ce qui arrive à sa voiture. Et il se rappelle que c’est Bastien qui l’a quitté hier le dernier.

 » Bastien ! Bastien ! Où es-tu ?  » crie Oui-Oui sous la fenêtre de ce dernier.

Mais Bastien ne veut pas se montrer. Il est caché sous son lit et attend patiemment que Oui-Oui s’en aille.

 » Je finirai bien par trouver et si tu as fait du mal à mon auto, gare à toi !  » grommelle Oui-Oui.

Ne voyant pas arriver Oui-Oui, Potiron se déplace en bicyclette et arrive chez lui.

 » As-tu oublié que tu devais venir me chercher ?  » demande Potiron.

 » Je n’ai pas oublié ! C’est mon taxi qui refuse de démarrer. C’est un tour de Bastien !  » crie Oui-Oui en colère.

Oui-Oui essaye de mettre le contact, mais en vain. La voiture ne démarre pas. Hiic ! Et elle sursaute de plus en plus.

 » Elle a le Hoquet ! N’aurait-elle pas bu quelque chose de gazeux ?  » s’exclame Potiron.

Oui-Oui et Potiron courent au garage. Au milieu des clous, ils découvrent des bouteilles.

 » Que font ici ces bouteilles ?  » se demande Oui-Oui.

 » Ce sont des bouteilles de limonade. En as-tu acheté récemment ? «  questionne Potiron.

 » Je ne suis pas assez riche pour ça !  » dit Oui-Oui.

 » Nous allons voir Bastien Bouboule. Il nous donnera une explication.  » dit Potiron.

Oui-Oui frappe fort à sa porte.

 » Quelle bonne surprise !  » s’écrie Madame Bouboule en ouvrant la porte.

 » Nous voudrions savoir si vous avez acheter de la limonade ?  » demande Oui-Oui.

 » En effet, j’en ai fait une provision car à la maison nous aimons la limonade !  » Mais en allant dans sa réserve, Mme Bouboule s’aperçoit qu’il manque un grand nombre de bouteilles. Et Oui-Oui lui donne une explication…

Bastien se fait sisputer. Il a une fessée et se met à pleurer.

 » Je voulais conduire le taxi de Oui-Oui. Il a refusé. Alors j’ai mis de la limonade dans le réservoir pour me venger.  » explique Bastien.

 » A cause de toi, mon taxi est en panne ! Tu mérites d’être puni …  » vocifère Oui-Oui. Madame Bouboule est d’accord. Elle envoie Bastien dans sa chambre et lui ordonne de vider sa tirelire pour dédommager Oui-Oui.

Oui-Oui est désespéré...

 » Que vais-je devenir ? Je ne peux plus transporter de clients. Je ne gagnerai donc plus d’argent !  » gémit Oui-Oui.

Potiron le console. Il prévient le garagiste. M. Polichinelle a besoin de trois semaines de travail pour nettoyer le moteur et tout vérifier. Oui-Oui redouble de colère.

Potiron lui promet de trouver une solution pour l’aider. Oui-Oui s’efforce de se montrer patient. Puis Oui-Oui entend un moteur. Il lève les yeux et découvre un avion qui arrive au-dessus de sa maison. Il se pose dans son jardin. Et qui descend de l’avion ? C’est Potiron en uniforme de pilote.

 » Une surprise pour toi ! Les bouboule ont eu pitié de toi et ils ont demandé à leur cousin de te prêter son avion jusqu’à ce que ta voiture soit réparée !  » clame Potiron.

Quelle joie ! Après deux ou trois leçons de pilotage, Oui-Oui maneuvre aussi bien son avion qu’un taxi.

 » C’est facile !  » s’écrie Oui-Oui heureux.

 » Je veux monter aussi !  » piaille Bastien. Mais son père lui interdit de s’approcher de l’avion.

Oui-Oui aime décoller et atterrir. Potiron ne peut pas encore le laisser piloter seul. Il monte derrière lui et lui donne des conseils. Et bientôt, Oui-Oui devient un vrai pilote. Il est doué pour voler !

Les jouets de Miniville sont tous exités. Ils se précipitent pour voir Oui-Oui atterrir. Bravo !

Mais voilà M le Gendarme qui arrive en courant :  » Mais tu es devenu fou ! As-tu ton brevet de pilote ?  » questionne-t-il.

Naturellement Oui-Oui n’as pas de brevet de pilote mais le gendarme se radoucit :  » C’est bon, je te donne la permission de voler. Mais si tu fais des erreurs comme te poser n’importe où, je te confisque ton avion !  » ajoute M. le Gendarme.

Oui-Oui est soulagé. Il peut repartir :  » Je vais à la gare voir si quelqu’un a besoin de moi. « 

Mais l’hiorrible Bastien s’est accroché à une aile de l’avion.

 » Au secours ! Sauvez mon fils !  » hurle Madame Bouboule.

Potiron envoie un corbeau avertir Oui-Oui qui n’a rien remarqué. Oui-Oui ne comprend pas ce que l’oiseau veut lui dire. Il Klaxonne et effraye le corbeau. Et ce dernier s’enfuit.

L’avion finit par en avoir assez de cet ourson accroché à l’une de ses ailes, qui le fait pencher d’un côté. Au-dessus d’une mare, il descend en rase-mottes et le pauvre Bastien lâche prise et plouf ! Il tombe à l’eau. M. Jumbo qui lisait tranquillement son journal, sur une chaise longue, se retrouve trempé. Furieux, il se lève et gronde l’ourson.

Oui-Oui a tout vu et il pense que ce plongeon servira de leçon à Bastien.

Oui-Oui passe toutes ses journées au commande de l’avion. Il fait voler beaucoup de monde et gagne de l’argent. Mais son taxi lui manque et il passe le voir tous les matins. M. Polichinelle n’a pas encore terminé sa réparation…

Oui-Oui est parfois distrait. Un jour, il s’est posé dans le jardin de Melle Chatounette et il lui a cassé ses rosiers. Il a dû lui rembourser ! Un autre jour, il a emporté le chapeau d’Isidore Macaque. Il est tombé au milieu d’une mare et Isidore était mécontent !

Pauvre Oui-Oui !…

Un soir encore, il a failli renverser le gendarme à bicyclette. Son bicorne est tombé à terre. Il a crié à Oui-Oui de rendre immédiatement l’avion à son propriétaire sinon, il irait en prison.

Oui-Oui est rentré chez lui avec du chagrin… Sans son avion, il était perdu. Et tout à coup…

Tut ! Tut ! Tut ! C’est le bruit de son taxi. Potiron est au volant.

 » Je suis passé devant le garage. Ton taxi était prêt. J’ai décidé de le conduire et de te faire une surprise !  » dit Potiron.

Comme il a bien fait ! Oui-Oui est heureux de retrouver son taxi. Il compose alors une chanson:

 » Mon cher vieux Potirion

Qui m’aide quand j’ai des ennuis,

Je te déclare à ma façon

Que je t’aime pour de bon

Et t’aimerai toute ma vie ! « 

 Potiron en a les larmes aux yeux…

Conte écrit et publié par Chantal Flury le 05 Décembre 2009 d’après une histoire d’Enid Blyton.background-2008_039.jpg

 

 


Autres articles

    Répondre

    L'Encre de Phoebé |
    "Le regard des autres", 1er... |
    Atelier permanent de lectur... |
    Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Amour, Beauté, Paroles, Mots.
    | Les Ailes du Temps
    | David Besschops