BABAR.

BABAR. dans Babar. 478[1] 

 

 

BABAR A CAP PINGOUIN.

 

 Babar attérit, avec sa petite troupe, sur une île tropicale. » Ce paysage nordique sur cette île est vraiment bizarre… » remarque Zéphir.Pendant la promenade, Sophie tombe sur une porte brusquement.

 » Pour savoir ce qu’il y a derrière, il convient de l’ouvrir.  » dit Babar.

En l’ouvrant, ils découvrent un merveilleux paysage de glace. Les enfants se précipitent alors sur la patinoire. Comme Zéphir est moins doué, il plonge la tête la première dans la neige.

En suivant des empruntes dans la neige, Babar et Zéphir arrivent dans un village fait de glace.

 » C’est curieux, on ne voit personne !  » s’exclame Babar.

Puis d’un seul coup, ils entendent des pleurs et aperçoivent un pingouin appeuré, nommé Frio. Il leur explique que des ours ont pénétré lors de la grande fête des poissons. Et ils ont volé toutes les provisions. Puis ils sont repartis sauf un qui est resté au village. Mais c’est le plus gros et il interdit aux pingouins de rentrer chez eux.

 » Pauvre Frio ! Je vais t’aider.  » promet Babar. Ce dernier est décidé de persuader les ours de rendre les poissons… Puis ils prennent tous le chemin du campement des ours, indiqué par Frio.

Babar arrive au campement et va parler à son commandant qui ne veut rien entendre. Et l’ours énervé finit par les chasser. Babar et ses compagnons se réfugient juste à temps dans une grotte. Cette grotte est pleine de panneaux de glace qui bougent.

 » C’est comme de grands miroirs !  » se réjouit Flore. Et tout à coup comme par magie, il y a plein de petites Flore partout. Les enfants s’amusent à se regarder ainsi. Et Babar pense tout haut :  » Ces panneaux me donnent une idée ! « 

Puis en utilisant les miroirs, Babar tend un piège à l’ours méchant qui empêche les pingouins de revenir dans leur village.

 » Attrape-moi si tu le peux !  » crie-t-il à l’ours Frio. Et l’ours se laisse prendre au piège… Il se précipite sur un des reflets du pingouin et il s’assomme. Tout content Frio fait rentrer à leur domicile les autres pingouins.

 » Pour le reste de mon plan, j’ai besoin de vous ! «  ajoute Babar.

Les pingouins ont alors aidé Babar à préparer des miroirs de glace. Babar va ensuite trouver le commandant des ours et crie :  » Fuyez ! Une armée d’ours féroces s’apprête à vous attaquer !  » Mais le commandant n’y crois pas et il s’apprête à riposter… Mais lorsque les ours arrivent devant les miroirs, ils voient tellement de mines patibulaires que Babar persuade facilement le commandant des ours à prendre la fuite.

Grâce à Babar, les pingouins ont gagné ! Et sans les ours, ils retrouvent leur joie de vivre. Par ailleurs, avec tous les poissons abandonnés par les ours, ils s’apprêtent à faire un beau festin en l’honneur de Babar. Une statue de Babar a même été sculptée en glace. Et pour le départ de leurs amis, un magnifique traineau tiré par des rennes attend.

 » Au revoir amis pingouins!  » s’écrie Sophie.

Frio et les autres pingouins leur font de grands adieux avec leurs ailes.

BABAR AU PAYS DES SORCIERES.

voir l'image en taille réelle478[1] dans Babar.    sorcier_4

Babar et ses amis marchent dans une forêt immense.

 » Regardez ces fleurs jaunes !  » s’écrie Flore.

Et tout à coup, les fleurs deviennent bleues. Et brutalement, un brouillard épais tombe sur eux.

 » On ne voit plus rien !  » s’exclame Céleste. Et la troupe se demande s’ils ne se sont pas égarés ?

Puis le brouillard se dissipe et ils découvrent une grande ville.

 » Nous ne sommes plus perdus !  » se réjouit Babar. Cependant, ils ne croisent aucun habitant. Et lorsque Babar veut ouvrir une porte pour se renseigner, cette dernière change de place. Soudain Zéphir disparaît.

 » Hou ! Hou ! Zéphir.  » crie Sophie. Et tout à coup, Zéphir réapparaît en haut d’une fontaine. Babar l’attrape alors dans sa trompe pour le faire descendre. Au même moment, ils entendent un rire. C’est une jeune sorcière qui s’appelle Loulou et qui est fière de jouer des tours.

 » Je suis une grande sorcière !  » déclame Loulou.

 » Fais-moi voler !  » demande Sophie. Elle s »envole et en atterrissant, elle manque de se faire mal. Elle se rééquilibre de justesse. Et quand Sophie réclame un bouquet de fleurs, il en pleut des tonnes ! Et le gâteau de Bruno disparaît lorsqu’il veut le manger ! Drôle de sorcière.

 » Tu n’es pas une grande sorcière !  » crie Bruno.

Sophie éclate de rire et Loulou est furieuse. Bruno traite sa soeur de cochon parce qu’elle renifle en riant.

 » Un cochon ? Bonne idée !  » déclame Loulou. Et Sophie est aussitôt changée en cochon.

Loulou s’est envolée… et Babar part à sa recherche. En chemin, il rencontre le professeur de Loulou et raconte la triste aventure.

 » Tu ne peux jeter des sorts que tu ne peux défaire !  » dit le professeur à Loulou après l’avoir faite réapparaître.

 » Catastrophe ! Sophie rssemble de plus en plus à un cochon !  » gémit Bruno.

Le professeur leur conseille de se rendre à la bibliothèque qui rassemble toutes les formules magiques.

 » Pensez à ce qui brille après la tempête ! «  indique le professeur.

Babar espère qu’il ne sera pas trop tard…

 » Comment trouver la bonne formule parmi tous ces livres ?  » se désole Céleste.

Et soudain Babar se rappelle les mots du professeur :  » Le soleil brille après la tempête. «  

 » C’est le bon livre !  » s’écrie Bruno qui ne tarde pas à trouver la formule magique. Mais quand il la prononce, rien ne se passe… Sophie est toujours un petit cochon ! Et Bruno pleure de tristesse…

Dans le « Manuel de magie  » Bruno relit quelques conseils élémentaires.

- Il ne faut pas se servir de magie par méchanceté.

- Il faut mettre tout son coeur dans le charme qu’on veut jeter. Et Bruno réessaye de rendre son apparence à Sophie. Et cette fois Bruno réussit.

Babar et céleste sont soulagés. Et ils pensent que Loulou deviendra sûrement une grande sorcière…

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuitGif sorciere

Conte écrit et publié par Chantal Flury le 05 décembre 2009, d’après une histoire de chez Hachette.background-2008_039.jpg      gif_anime_sorciere_2

 

 

 


Répondre

L'Encre de Phoebé |
"Le regard des autres", 1er... |
Atelier permanent de lectur... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Amour, Beauté, Paroles, Mots.
| Les Ailes du Temps
| David Besschops