BABAR.

 BABAR TROUVE LE PAYS DU BONHEUR.

BABAR. dans Babar. 478[1]2r0lbhvg dans Babar.180px-Deer_mouse%2C_Peromyscus_maniculatus_8360_lores

Flore, Bruno et Sophie atterrissent au fond d’une oubliette. En l’absence de leur retour, Babar et Céleste partent à leur recherche.

Dans l’oubliette, Flore s’inquiète :  » Il vient d’y avoir un drôle de bruit… » .

Les trois amis lèvent les yeux et ils aperçoivent des chauves-souris qui se lancent à leur poursuite. Précipitamment, ils trouvent refuge dans une grande pièce. Le lustre bouge tout seul et soudain une grande hallebarde se décroche du mur pour tomber près d’eux. Ils tremblent de peur.

Puis une ombre énorme se dirige vers eux.

 » Un fantôme, fuyons vite !  » hurle Bruno. Ils se cachent, en courant, dans une pièce voisine mais Sophie n’est plus avec eux…

 » C’est le fantôme qui l’a prise. Allons la délivrer !  » clame Flore.

Babar et Céleste, pendant ce temps, continuent leur recherche. Ils découvrent alors un portrait.

 » C’est Max !  » s’écrie Babar rassuré.

 » Parfaitement et bienvenue dans mon chateau… » répond le magicien. Et brusquement, il apparaît devant eux.

Voyant que Céleste a l’air inquiète, Max s’empresse de lui dire que les enfants vont bien.

 » Si vous voulez, nous pouvons les rejoindre.  » ajoute Max. Babar et Céleste le suivent aussitôt. 

 » Quelle heureuse nouvelle !  » le remercie céleste qui est très impatiente de les revoir.

De leur côté, les enfants avaient pris pour un fantôme, une grande armure vide !

 » En surmontant votre peur pour me délivrer vous avez prouvé votre amitié  » dit Sophie, très émue à ses amis.

Sophie se retrouve en face d’un escalier. Elle monte et pousse un cri. C’est une souris qui lui a planté ses dents dans la jambe.

 » Je suis Bichon et comme je n’ai rien mangé depuis plusieurs jours, j’ai faim. » se justifie la souris.

Alors, les enfants, pour donner à manger à Bichon et à sa famille, décident de descendre à la cave. Quel courage ! Avant d’arriver à la cave, il faut traverser une pièce avec un trou au fond. Et Bruno trébuche…

 » Il nous faudrait une corde pour y arriver !  » gémit Flore. Bichon sait où en trouver une. Elle l’apporte.

Arrivés dans la cave, les enfants trouvent des pommes de terre . Ils les apportent à Bichon. Pour les remercier, Bichon leur montre une porte magique. En effet, de l’autre côté de cette porte, il y a la sortie.

Les enfants l’ouvrent. Aussitôt, ils se retrouvent au-dehors où Céleste et Babar les attendent. Qu’ils ont eu des émotions !…

 » Vous vous êtes très bien comportés.  » les félicite Babar.

 » Lorsque nous avons confiance en nous, il nous arrive de grandes choses ! Suivez l’arc-en-ciel, il vous indiquera le chemin du Bonheur !  » ajoute Max.

Après les avoir embrassé, Max retourne dans son château. Les amis de leur côté, grâce à un ballon dirigeable, peuvent rentrer sain et sauf à leur domicile.

 » Le pays du bonheur, c’est chez nous ! «  constate Flore heureuse !

BABAR AU THEATRE.

 

478[1]2r0lbhvg478[1]

Ce soir, Céleste et Babar vont au théâtre. La salle est comble. Céleste écoûte émerveillée, l’acteur qui est entrain de jouer.

 » Comme je l’envie ! Lorsque j’étais petite, je rêvais d’être actrice. » murmure Céleste.

 » Tu ne me l’avais jamais dit. Il faut toujours réaliser ses rêves. Pourquoi n’irais-tu pas passer une audition.  » lui répond Babar. Il l’encourage à y aller…

Le lendemain, Basile fait passer des auditions pour monter sa prochaine pièce.

Céleste est intimidée, mais Sophie une actrice lui donne de précieux conseils pour cette audition. Conséquence, le rôle de la fée lui est attribué par Basile.

Céleste court annoncer la bonne nouvelle à Babar. Ce dernier lui fait porter des fleurs pour fêter l’évènement et la félicite.

Le grand soir arrive. Céleste se prépare dans sa loge. Elle devrait être heureuse mais au contraire, elle est triste…

 » Si la pièce est un succés, je devrai partir en tournée dans tout le pays et je ne verrai plus Babar. « 

Elle songe alors à son allergie aux oeillets… Elle a une idée et commande un gros bouquet de ces fleurs au fleuriste, par téléphone. « 

Peu de temps avant l’ouverture du rideau, les fleurs sont livrées. Sophie entre dans sa loge pour lui remettre le gros bouquet. Céleste s’empresse de respirer à plein poumon les oeillets. Elle se met immédiatement à éternuer et à larmoyer.

 » Quelle catastrophe ! La représentation ne pourra avoir lieu !  » soupire Basile.

 » Je suis… Atchoum… désolée… Mais pourquoi Sophie ne jouerait-elle pas à ma place ! elle connaît le rôle ?  » déclare céleste.

Quand le rideau se lève, Sophie se met à jouer. Les spectateurs sont sous le charme.

De son côté, Babar pense :  » Je me demande pourquoi Céleste a cédé son rôle à Sophie   » .

Basile est ravi. La pièce est un triomphe !

 » Bravo ! grâce à toi, la tournée aura lieu.  » dit basile à Sophie.

 » Je croyais qu’être comédienne était le rôle de ta vie ? Alors pourquoi t’es-tu fait remplacer ?  » demande Babar à Céleste.

 » Pour rester auprès de toi. Et puis je pense que Sophie est bien meilleure comédienne que moi !  » avoue Céleste...

Conte écrit et publié par Chantal Flury le 01 octobre 2009 d’après une histoire de chez Hachette.background-2008_039.jpg

 


Autres articles

Répondre

L'Encre de Phoebé |
"Le regard des autres", 1er... |
Atelier permanent de lectur... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Amour, Beauté, Paroles, Mots.
| Les Ailes du Temps
| David Besschops