LA PLANETE AU TRESOR.

 

LA PLANETE AU TRESOR. dans La Planète au Trésor. 18

LA PLANETE AU TRESOR.

Il était une fois….

Le capitaine Nathaniel Flint se tenait sur le pont de son navire. Il hurlait d’attaquer un navire marchand à son équipage de pirates. Ils s’emparèrent alors du navire et de ses richesses. Puis les pîrates disparûrent sans laisser de trace.

Les années passèrent… Et sa légende continuait à se raconter… Ces histoires étaient-elles réelles ? Flint avait-il caché dans un endroit secret le trésor ? Un endroit que l’on appelait… La Planète au Trésor…

Quelques temps plus tard…

L’histoire du trésor de Flint avait toujours passionné le jeune Jim Hawkins. Tout en chevauchant son surf solaire au-dessus de la ville de Benbow dont les habitants dormaient encore, Jim rêvait de trouver ce trésor…

Mais Jim ne pouvait que rêver. Son père avait quitté depuis longtemps le domicile conjugal. Sa mère, Sarah, s’occupait seule depuis de l’auberge de Benbow. Leur vie n’avait pas été facile…

Un jour, Jim monta sur le toit de l’auberge pour rêver. Il ne savait pas que sa vie allait changer

Tout à coup un vaisseau spacial s’écrasa près de l’auberge. Jim se précipita vers l’engin et il y découvrit un extraterrestre avec une tête de tortue qui lui communiqua son nom, Billy Bones. Il tentait de s’extraire des décombres et dit :  » Tu dois m’aider à me cacher ! Il me cherche ! « 

Jim porta le blessé jusqu’à l’auberge. Mme Hawkins et son ami le Dr Doppler furent surpris de voir entrer en trébuchant Jim, portant Billy Bones.

 » Il est blessé ! Nous devons l’aider !  » supplia Jim. Mais malheureusement personne ne pouvait aider Billy Bones. Ce dernier tendit à Jim une étrange sphère :  » Il va bientôt venir… Il ne faut pas qu’il trouve cette sphère ! Prends garde au Cyborg !  » L’avertit Billy Bones puis il cessa de respirer et la mort l’emporta.

Alors, un grondement se fit entendre au-dehors. Jim accourut à la fenêtre et vit des pirates qui arrivaient vers l’auberge !

 » Vite, vite ! Il faut partir !  » s’écria Jim. Et ils s’enfuirent tous par une fenêtre du grenier. Alors les pirates attaquèrent l’auberge. Elle commençait à brûler.

Jim, sa mère, Sarah et Doppler s’éloignèrent de l’auberge dans le charriot du docteur qui était proche. Ils ne pouvaient plus rien faire pour sauver l’auberge…

Alors qu’ils atteignaient sains et saufs la maison du docteur, Jim parvint à ouvrir la sphère que Billy Bones lui avait donnée. Des images de planètes et d’étoiles apparûrent aussitôt.

 » On dirait qu’il s’agit d’une espèce de carte ! Mais ce n’est pas une simple carte mais  La Planète au Trésor  ! «   indiqua Jim en reconnaissant cette planète verte aux deux anneaux.  » La carte indique le chemin pour l’atteindre et découvrir la cachette de Flint et de son trésor !  » ajouta Jim.

Jim sentit aussitôt l’envie de se rendre sur cette planète.  » Avec ce trésor, nous pourrions reconstruire l’auberge.  » dit Jim à sa mère qui commençait à s’inquièter…

Le Dr Doppler aida Jim à convaincre Sarah à laisser partir son fils.

 » J’utiliserai mes économies pour louer un bâteau et un équipage.  » proposa le Docteur.

A contre coeur Mme Hawkins accepta. Et quelques jours après, Jim et le Docteur Doppler embarquaient à bord du vaisseau RLS Héritage, le navire qui leur servirait à accéder à la Planète au Trésor.

A bord, ils rencontrèrent le Capitaine Amélia. Cette dernière représentait la force et l’intelligence. Elle n’aimait guère l’équipage embauché par le Docteur. Elle conseilla donc à Jim et au Dr Doppler de ne pas mentionner la carte et elle l’enferma avec une clef dans ses quartiers.

 » Jim va travailler avec notre cuisinier, M Silver.  » expliqua Amélia au Docteur. Jim n’était pas content de cette décision. Les choses ne s’améliorèrent pas lorsqu’arrivé aux cuisines, il aperçut la figure du cuisinier debout près de ses fourneaux…

 » Un cyborg !  » s’exclama Jim en voyant que la moitié du corps du cuisinier était mécanique. John Silver lui tendit la main.

 » Ne sois pas gèné par cette ferraille !  » lui dit le cuisinier en agitant son bras mécanique. Et Silver présenta à Jim son compagnon nommé Morph.

Une fois le bâteau partit Silver dit à Jim :  » Dis bonjour à M Balai et M Seau ! « 

Au début Jim n’était pas content de travailler avec Silver. Mais le cyborg apprit à Jim tout ce qu’il avait à savoir de la vie sur un bateau : de l’épluchage jusqu’à la technique des noeuds marins.

Et bientôt Jim admira John Silver. Et c’était réciproque car Jim commençait à montrer des talents de grand navigateur spacial.

 » Tu es un grand navigateur ! Mais il faut bien tenir le gouvernail et surveiller la carte pour garder ta direction. Et une fois que tu l’as décidée, il faut la suivre quoiqu’il arrive.  » dit-il à Jim.

Pour Jim, Silver était le père qu’il n’avait jamais eu…

Mais un jour, Jim surprit une conversation entre Silver et le reste de l’équipage. Ils se préparaient à prendre le commandement du navire et à chercher le trésor. Silver et l’équipage n’étaient donc que des pirates ! Un pirate accusa Silver d’être trop proche de Jim et lui dit qu’il pensait qu’il aimait bien ce garçon.

 » Je n’aime qu’une chose, le trésor !  » répondit Silver.

Jim était effondré… Mais il devait prévenir Amélia et le Dr Doppler.

Soudain le vigie cria :  » Planète ! La Planète au Trésor !  » En effet, on pouvait au loin l’apercevoir.

Les pirates se ruèrent sur le pont. Mais Silver retourna à la cuisine et vit Jim. Il sut qu’il avait entendu leur conversation. Alors il lui bloqua la sortie. Jim saisit aussitôt un pic qu’il coinça dans la jambe mécanique du cyborg. Puis il courut dans la cabine du capitaine Amélia. Mais Silver n’était pas loin derrière lui…

 » Changement de plan. On agit maintenant !  » cria Silver aux pirates.

Le capitaine Amélia réagit très vite après que Jim lui ait parlé. Elle confia la sphère à Jim. Puis elle s’enfuit avec le Dr Doppler, Jim et Morph à bord d’une chaloupe du navire.

Les pirates tirèrent au canon sur la chaloupe les forçant à atterrir rapidement sur la Planète au trésor. Amélia avait été blessée mais il ne fallait pas s’arrêter car les pirates les auraient rattrapés.

 » Il faut trouver une position qui nous permettra de nous défendre. M Hawkins allez et regardez à l’avant !  » lança Amélia. Morph et Jim avancèrent dans un paysage qui ressemblait à une jungle. Ils n’étaient pas très loin lorsqu’un étrange robot sauta sur Jim et le serra dans ses bras.

 » Pardon, mais après 30 ans de solitude, on ne peut pas réfréner ses pulsions !  » dit le robot nommé BEN Bio Electro Navigateur).

BEN avait appartenu au capitaine Flint. Mais il ne connaissait plus l’endroit du trésor car Flint lui avait retiré une puce de sa mémoire.

BEN montra sa maison à Jim. Cette ancienne tour semblait parfaite pour se cacher. Jim y emmena Amélia, Morph et le Docteur.

Mais les pirates les retrouvèrent vite et ils firent prisonnier Jim et ses amis. Silver reprit la sphère ! Mais Silver ne parvint pas à l’ouvrir. Jim refusa de le faire lorsqu’il lui en donna l’ordre.

 » Si tu prends la carte, tu me prends aussi !  » lui expliqua Jim. Et Silver décida d’emmener Jim avec lui à la recherche du trésor.

Jim en tête, les pirates et leurs prisonniers suivirent le chemin montré par la carte. Ils arrivèrent sur une colline où étaient gravés de curieux symboles. Jim remarqua un creux où le globe s’insérait comme une clef. La Plaçant, un tableau apparut.

 » Formidable !  » murmura Silver troublé.

Jim pressa quelques boutons et une porte triangulaire apparut. C’était un passage qui s’ouvrait sur n’importe quel point de la galaxie.

 » Ainsi faisait Flint ! Il pouvait aller partout, voler un trésor puis disparaître par cette porte !  » s’exclama Jim.

 » Mais où peut-être son trésor ?  » se demanda Silver tout haut. Jim se souvint alors que BEN avait dit que le trésor se trouvait au centre de la planète.  Pendant que quelques pirates gardaient les prisonniers, les autres passèrent la porte. De l’autre côté le trésor les attendait…

«  Superrrr !  » hurlèrent les pirates.

Quant à Jim, il était plus intéressé par le bateau pirate de Flint. Avec BEN, il se faufila à bord. Il découvrirent un horrible spectacle : le squelette du capitaine Flint assis sur un fauteuil ! Il tenait à la main la puce manquante de BEN ! Jim la lui prit.

 » Ne bouge pas BEN !  » dit Jim et il replaça la puce de BEN. Ce dernier frissonna puis son visage s’éclaira.  » Je me rappelle ! Flint m’avait enlevé mes souvenirs pour que je ne parle à personne de son leurre ! « 

Soudain la pièce du trésor se mit à trembler.  » Cours, Jim !  » cria BEN.   » La Planète au Trésor va exploser !  Il faut repasser le portail et la quitter au plus vite !  » ajouta BEN.

 » Retourne aidet le Capitaine et le Dr Doppler !  » ordonna Jim à BEN. Puis il essaya de faire bouger le navire de Flint pendant que tout s’effondrait autour de lui. Les pirates paniqués s’enfuirent… mais pas Silver… Il avait suivi Jim. Quand Jim réussit à faire bouger le bateau, il ne fut pas surpris de voir Silver à bord. Le navire, rempli avec le trésor, était tout ce qui pouvait être sauvé !

 » Jim, tu es vraiment le meilleur !  » s’écria Silver.

Mais Jim attrapa un sabre.  » Reculez !  » cria-t-il à Silver.

 » Je t’aime bien, Jim. Mais je suis trop près du but pour que tu fasses obstacle au trésor !  » répliqua Silver.

Et une explosion faillit renverser le navire. Silver s’accrocha au bastingage avec son bras mécanique. Mais Jim passa par dessus bord ! Silver essayait de retenir le navire. Morph vola autour de lui et lui montra Jim.

Jim était accroché d’une main à une falaise qui surplombait une énorme crevasse. Silver devait prendre une décision : sauver le trésor ou Jim. Et il aimait trop Jim et ne pouvait le laisser ainsi. Il abandonna le navire et lui saisit la main …  » Je dois être fou !  » pensa-t-il.

Ensemble Jim, Silver et Morph purent traverser le portail et rejoindre le vaisseau RLS Héritage. Amélia, Doppler et BEN avaient réussi à reprendre le contrôle du navire.

 » Vite fuyons ! Il ne nous reste que peu de temps avant la destruction de la planète !  » cria BEN.

 » N’où n’arriverons jamais à partir !  » s’exclama Doppler désabusé.

Mais Jim avait une idée. S’il atteignait le tableau de contrôle, il ouvrirait le portail sur un autre point de la galaxie. Avec l’aide de Silver, il construit rapidement un surf solaire… Et Jim surfa vers le panneau de contrôle à travers la planète. A la dernière minute, Jim atteignit ce panneau de contrôle et réussit à modifier la destination du portail.

Au moment où la planète explosait, l’Héritage traversait ce portail suivi par Jim sur son surf. Et quand Jim se posa sur le pont tous applaudirent.

 » N’avais-je pas dit que tu étais le meilleur ? «  s’écria Silver, fier de lui.

 » C’était diablement efficace !  » ajouta Amélia. Et elle ajouta qu’elle serait ravie de commander Jim à l’Académie Interstellaire.

 » Attends que ta mère apprenne cela !  » s’exclama Doppler.

Jim se tourna vers Silver mais le cyborg avait disparu. Jim le retrouva dans le hangar où il détachait avec Morph une chaloupe. Jim savait que Silver devait s’enfuir pour éviter la prison.

 » Que dirais-tu de venir avec nous ?  » demanda Silver. Mais Jim répondit que non. Le cyborg le comprit car Jim avait encore des rêves à réaliser…

 » Tu vas décrocher les étoiles !  » dit Silver à Jim. Et il lui tendit une poignée de bijoux qu’il avait pu sauver.  » C’est pour ta mère afin qu’elle puisse reconstruire une auberge !  » ajouta-t-il.

Puis laissant Morph avec Jim, le cyborg disparut dans le ciel…

Après avoir reconstruit l’auberge de Benbow, Jim et sa mère organisèrent une grande fête. Jim portait fièrement l’uniforme de L’Académie Interstellaire.

Jim regarda les étoiles et l’avenir brillant qui s’offrait à lui. Il vit dans le ciel la lueur du pirate qui l’avait aidé à trouver le plus grand trésor qui était en lui…

Conte écrit et publié par Chantal Flury le  Octobre 2009 d’après un film de Disney.background-2008_039.jpg


Archive pour octobre, 2009

Les histoires de Mahée, 4 ans.

Les histoires de Mahée, 4 ans. dans Ilona, Mahée, Mila, Mots d'enfants,. x8s29b471

Mahée a deux soeurs, Ilona et Mila…

Aujourd’hui 24 Octobre, c’est le jour de son anniversaire…

Papy l’appelle au téléphone pour lui souhaiter…

Mahée : Tu sais, papy, il faudrait souhaiter nos trois anniversaires en même temps .

Papy : Et oui, vous auriez, étant nées à des jours différents toutes les trois, 3 anniversaires dans l’année.

Mahée : Oui, papy. Cela serait très bien ! répond Mahée.

 Mahée trouve que cette solution serait idéale, car elle aurait trois cadeaux…

Mots d’enfant publiés par Chantal Flury le 26 Octobre 2009.background-2008_039.jpg

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Les histoires de Mahée, 4 ans.

Les histoires de Mahée, 4 ans. dans Ilona, Mahée, Mila, Mots d'enfants,. x8s29b47

Les histoires de Mahée, 4 ans.

Mahée : Tu sais papy, nous avons deux grands-mères, pas trois…

Papy : Tu détiens la vérité, Mahée. En effet, explique papy, il y a la maman de maman et la maman de papa.

Et pour les papy, c’est la même chose, il y a le papa de maman et le papa de papa. Il y en a deux aussi.

Visiblement, Mahée vient de se rendre compte qu’il ne peut pas y avoir plus de deux grands-mères et deux grands-pères pour chaque enfant !…

Mots d’enfant publiés par Chantal Flury le 26 Octobre 2009.background-2008_039.jpg

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

HYACINTHE, l’adolescent d’une grande beauté.

 

floraison de jacinthe en pot à Noël 

HYACINTHE, l’adolescent d’une grande beauté.

Il était une fois… un jeune adolescent d’une grande beauté. Tout le monde en le regardant l’admirait. Il se nommait Hyacinthe.

C’était le compagon préféré d’ Apollon et il aimait jouer avec lui. C’était son ami. Il lui apprenait à lancer le disque. 

Hélas! un jour Hyacinthe reçut le disque de ce dernier en plein front. C’était un accident. Pourtant Appolon avait été prudent…

En effet, Zéphyre, le vent d’ouest, était jaloux car l’adolescent préférait jouer avec Apollon. Il avait alors soufflé, sur le disque qui avait été lancé, pour le détourner et le diriger sur Hyacinthe.

Apollon pleura car le bel adolescent tomba aussitôt pâle sur le sol. Il prit alors son ami dans ses bras et essaya de le ranimer. Mais il ne le put. La tête du jeune homme retomba comme une fleur dont la tige était brisée. Hyacinthe était mort.

Apollon s’agenouilla et pleura son ami. Il avait brisé la jeunesse et la beauté de Hyacinthe. Il demanda aux dieux de donner sa vie en échange de la sienne ou de mourir avec lui. Ses larmes ne cessait de couler. Et tout à coup voici que l’herbe se mit à reverdir près de lui. Et une fleur extraordinaire naquit, une hyacinthe.

La hyacinthe devait, à jamais, perpétuer le nom de l’adolescent. Elle ne ressemblait pas à la fleur qui porte aujourd’hui son nom. Elle était pourpre ou mieux cramoisie et son calice avait la forme de celui d’un lys. On pourrait la comparer à un iris.

 

Histoire écrite et publiée par Chantal Flury le Octobre 2009, d’après un conte de la mythologie grecque.background-2008_039.jpg       Gifs fleurs

 

LA LECTURE.

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit 

La lecture est un moment pour captiver les très jeunes enfants. Pensez à leur conter chaque soir, avant qu’ils s’endorment, une histoire…au moyen de la lecture d’un livre pour enfant…ou de mes contes…

Ainsi, plus tard, vous leur donnerez le goût de la lecture…

Chantal Flury le 15 Octobre 2009.background-2008_039.jpg

LE RETOUR DE JAFAR.

LE RETOUR DE JAFAR. dans Alladin et la lampe magique. 127681.810005[7] dans Alladin et la lampe magique.

LE RETOUR DE JAFAR.

Loin de la ville d’Agrabah, des malfaiteurs examinent les objets qu’ils ont volé… un énorme trésor !

 Abis Mal, le chef de la bande leur dit :  » Ne vous avais-je pas promis une belle récompense si vous m’obéissiez ? « 

Mais pendant qu’il admirent leur butin, deux silhouettes les observent. Et brusquement, lorsque les malfrats s’apprêtent à se partager ce trésor, une petite main sortie de l’ombre s’empare d’un bijou en forme de fleur ! C’est Abu, le singe d’Aladin…

Un bandit dégainant son épée demande à l’intrus de lâcher ce bijou :  » Ce que je déteste le plus au monde, ce sont les voleurs !  » dit-il.

A cet instant, Aladin sort de sa cachette, sur son tapis volant. Il attrape son ami Abu et le sauve des mains des bandits en même temps que le trésor ! … La bande d’Abis Mal en hurle de colère, sans résultat !…

Puis Aladin distribue les pièces et les pierreries au peuple de la ville. Il ne garde que la fleur qu’il veut offrir à Jasmine, sa princesse bien-aimée !

Pendant ce temps… Dans le désert, le sable découvre une lampe ancienne peu à peu. Un perroquet en sort soudain tandis qu’une voix méchante lui ordonne :  » Sors-moi de cette maudite lampe Logo ! « 

Mais le perroquet, excédé de devoir toujours obéir, prend la lampe dans son bec et la jette dans un puits !  Cette voix n’est autre que celle du terrible Jafar. Cette lampe est celle qu’Aladin avait trouvée enfouie dans une grotte remplie d’or, il y a bien longtemps. Elle était alors habitée par un bon Génie qui est devenu son ami. Aladin et le Génie avait uni et concentré leurs forces pour empêcher Jafar de détrôner le Sultan, père de Jasmine.

Jafar transformé en génie s’était retrouvé enfermé dans cette lampe à la place du bon génie avec son ami Logo. Aussitôt, Aladin avait demandé au puissant Génie de jeter la lampe très loin en espèrant ne jamais revoir les deux coquins !…

Mais aujourd’hui… Jafar qui croupit au fond de la lampe,  rumine sa colère.

De son côté… Aladin a mis ses plus beaux habits pour se promener en ville. Et quelle surprise! lorsqu’il découvre Logo caché sous une tenture du marché. Il lui demande alors : Que fais-tu ici, oiseau de malheur ? « 

Mais avant que Logo n’ait pu répondre, une voix cruelle s’écrie derrière eux :  » Débarassez-moi de ce garçon qui a volé notre or !  » C’est Abis Mal et ses hommes qui ont retrouvé par hasard Aladin et son ami Abu.

Logo ne connaît pas ces hommes mais il les voit brandir leurs épées tranchantes contre Aladin.  Il se fâche et jette une lourde plante sur la tête d’Abis Mal qui tombe assomé ! Les voleurs le potent et s’enfuient alors hors de la ville. Aladin est content !

Aladin remercie chaleureusement Logo :  » Je m’étais mépris sur toi, Logo, tu es un brave perroquet ! Soyons amis ! « 

Logo est ému. Il n’a jamais entendu des paroles si douces… surtout pas par Jafar, son maître ! « 

Aladin offre le précieux bijou à la princesse Jasmine. Il lui raconte son aventure et l’intervention de Logo. Tout à coup, ils entendent un rire derrière eux et se retournent : c’est leur ami, le bon Génie qui rentre d’un voyage lointain. Il raconte aux amoureux toutes les merveilles qu’il a vues !

Pendant ce temps… Abis Mal, qui s’est réfugié dans le désert fait une découverte : il trouve une lampe dans un puits.  » Que fait cette lampe au fond d’un puits ?  » s’étonne-t-il. Et il la nettoye vigoureusement. Il est alors surpris de voir Jafar sortir de la lampe, sous la forme d’un terrifiant génie.

Puis Jafar reprend son apparence humaine et dit à Abis Mal :  » A cette minute, tu es mon maître, un sourire méchant aux lèvres ! j’exaucerai trois de tes souhaits !  »

Abis Mal réflèchit et lui demande un navire plein de trésors !

Jafar éclate de rire et ajoute :  » Que ton premier souhait soit réalisé !  » Et il envoie, grâce à ses pouvoirs magiques, le voleur au fond de la mer !

 » Au secours! Je ne peux plus respirer ! ramène moi à la surface !  » a pu crier Abis Mal.

Pendant ce temps… Au Palais, Aladin essaye de demander au Sultan de pardonner à Logo :  » Votre Altesse, Logo m’a sauvé la vie !  » supplie Aladdin.

 » Si tu es sûr que logo a changé, je veux bien lui pardonner d’avoir servi Jafar.  » répond enfin  le Sultan.

A la nuit une silhouette courte et trapue se glisse furtivement dans le Palais, la lampe magique cachée dans le plis de son vêtement.

A l’abri des regard indiscrets, Jafar sort de la lampe et dit au Perroquet : Ton maître est de retour, Logo ! Si tu tiens à la vie, voici ce que tu dois faire… « 

 » Tu insinueras habilement à Aladin que le Sultan apprécierait une promenade en Tapis volant !  » ajoute Jafar.

Aladin trouve l’idée de Logo très bonne et il emporte le Sultan qui est ravi, au dessus du désert.

Jafar espère profiter de leur absence pour s’installer au Palais. Heureusement le bon génie veille et fait appel à tous ses pouvoirs pour chasser Jafar.

Mais hélas ! Jafar en tant que Génie possède aussi de grands pouvoir. Le bon Génie est finalement vaincu au combat. Grâce à un sortilège, Jafar emprisonne le bon Génie dans une boule de verre. Il enchaîne aussi Abu au mur ! Logo est très ennuyé. Abandonnerait-il ses nouveaux compagnons alors qu’ils courent un danger ?

Logo a raison de s’inquièter. Abis Mal et sa bande arrivent avec de rapides chevaux noirs, cadeaux de Jafar. Ils ont ordre de s’emparer du Sultan et de se débarasser d’Aladin.

Aladin essaye de protèger le père de Jasmine de ses assaillants. Mais ils sont trop nombreux ! Aladin est jeté dans la rivière !

Maintenant qu’il a capturé le Sultan et Jasmine, Jafar demande à Logo :  » Aide moi à prendre ma revanche sur Aladin ! « 

Jafar attend Aladin. Il sait qu’il réussira à sortir des flots de la rivière. Il arrivera au Palais et voudra l’affronter. Mais Jafar sait ce que feront les gardes en l’apercevant sans leur souverain : ils le soupsonneront de vouloir détrôner le Sultan et ils l’arrêteront ! « 

Et c’est ce qui se passe… Dès qu’Aladin franchit les portes du Palais, les gardes s’emparent de lui et refusent d’écoûter ses explications…

Logo en voyant tout le désastre engendré par Jafar, lance avec force la boule de verre où est enfermé le Génie, sur le sol. Le bon Génie est libéré, s’envole et sauve juste à temps Aladin du bourreau qui allait lui couper la tête.

Jafar entre dans une terrible colère. Il attaque, effrayant, le bon Génie. Ses forces sont décuplées par cette colère !

Pendant ce temps… Aladin se bat contre Abis Mal pour lui arracher la lampe magique ! Aladin sait que la destruction de la lampe entraînerait celle du génie qui l’habite. Mais Jafar a senti le danger et jette des éclairs! Aladin essaye désespérément d’atteindre la lampe!… Le sol, par la chaleur, fond autour de lui…

Mais soudain, Logo s’élance. Il attrape la lampe dans son bec et la laisse tomber sur le sol brûlant. La lampe commence à fondre en même temps que le corps de Jafar.

 » Non arrête Logo !…  » hurle Jafar terrifié. Mais bientôt il a complètement disparu, en même temps que la lampe !

Un peu plus tard au Palais… Le Sultan remercie Aladin en le nommant Grand Vizir. Le jeune homme refuse et demande d’abord à voyager avec Jasmine à travers le monde.

Quand à Logo, il prend un repos bien mérité sur les moelleux coussins de soie du Palais ! Il a vaincu sa peur contre son ancien maître et a pu agir enfin selon son coeur !…

Histoire écrite et publiée le 13 Octobre 2009 par Chantal Flury d’après un conte des Mille et Une Nuits. background-2008_039.jpgs_m_01_10612_01_02

 

LA-HAUT.

Là-Haut            LA-HAUT. dans Divers contes et poésies. dirigeable-20

LA-HAUT.

Dans la salle de cinéma, Carl Frédricksen est ravi. Son héros préféré vient d’apparaître à l’écran ! Charles Muntz, le célèbre explorateur annonce qu’il va partir incessamment pour l’Amérique du Sud à bord de son dirigeable.

Il veut y capturer le monstre des Chutes du Paradis.

 » L’aventure est là-haut !  » s’écrie le reporter. Et Carl, petit garçon, se met à rêver… Il pense alors qu’un jour, il vivra aussi de fabuleuses aventures !

En rentrant à son domicile, Carl rêve encore.  Lorsque soudain, dans la rue,  il entend une voix émanant d’une vieille bâtisse dire :  » L’aventure est là-haut !  »

Carl décide alors d’y entrer…

A l’intérieur, une petite fille, nommée Ellie, pilote un avion imaginaire. Lorsqu’elle aperçoit le casque de Carl, elle comprend que ce dernier est aussi explorateur. Elle accroche sur la chemise de Carl, une capsule de soda aux raisins comme signe distinctif.

 » Carl tu es entré dans le club !  » lui dit-elle.

Un jour, Carl a sa première aventure : il s’est cassé le bras. Alors Ellie attendrie, lui prête son grand livre d’aventures.

 » Quand je serai grande, j’apporterai ma maison en Amérique du sud ! Et elle sera à côté des Chutes du Paradis !  » s’exclame Ellie.

Carl s’engage à l’emmener avec là-bas ! Et à partir de ce jour, Carl et Ellie deviennent les meilleurs amis du monde. Et plus grand, ils finissent même par se marier…

Les années s’écoulent… Et ils deviennent des explorateurs. Puis Ellie meurt et Carl se retrouve très seul dans sa grande maison !… De plus tout change autour de lui. Les vieilles maisons sont détruites et remplacées par des immeubles modernes.

Un jour un petit garçon en uniforme lui rend visite.

 » Bonjour, je m’appelle Rusell et je suis un futur explorateur. Avez-vous besoin d’aide ? « 

Carl n’a qu’une envie : se débarrasser de ce garçon ! Il invente donc une mission : la recherche d’un oiseau géant qui mange ses fleurs. Mais bien sûr cet oiseau n’existe pas…

Carl peut retourner à ses rêves : l’Amérique du Sud ! De plus, il est triste car on veut l’obliger à quitter son pavillon et le mettre dans une maison de retraite. Il a alors une idée…

Lorsque deux infirmiers viennent chercher Carl, il voit sa maison suspendue à des ballons. Elle vole !

 » On est parti, Ellie ! Cap sur les Chutes du Paradis !  » pense Carl heureux qui vient d’accrocher sa maison à des ballons.

TOC ! TOC ! TOC !

 » Mais qui vient frapper à ma porte ?  » dit Carl.

C’est Russell qui s’est envolé avec Carl et la maison !… Carl doit atterrir pour déposer Russell chez lui mais une énorme tempête se déclanche…

La maison de Carl ne veut pas descendre et continue à s’envoler… Carl épuisé par toutes ces manoeuvres s’endort…

 » J’ai réussit à poser la maison ! On est en Amérique du Sud !  » s’écrie Russell lorsque Carl se réveille. Mais la maison s’envole à nouveau. Ils arrivent enfin après bien des manoeuvres à la poser. Carl regarde autour de lui… Mais non ! Il ne rêve pas ! Ce sont bien les Chutes du Paradis ! Elles sont comme sur le dessin d’Ellie !…

 » On a réussi !  » s’écrie Carl. Et ils prennent tous les deux le chemin des Chutes du Paradis en tenant la maison par le tuyau d’arrosage. Russell, sur le chemin, se trouve un nouvel ami : un oiseau géant qu’il nomme Kevin ! Il est comme Russell, il adore le chocolat !

Mais Carl refuse de le garder. Russell joue alors au Petit Poucet, et il sème des carrés de chocolat derrière lui…

Plus loin, Carl et Russell rencontrent un chien qui parle :  » Bonjour, je m’appelle Dug . Je dois trouver l’oiseau géant. En avez-vous vu un ? « 

Et Kévin, l’oiseau géant apparaît.  » Veux-tu être mon prisonnier et revenir vers ma meute ?  » demande Dug à Kévin.

Mais Russell ne veut pas se séparer de l’oiseau géant. Il demande à Carl l’autorisation de le garder. Et ils reprennent la route ensemble y compris le chien…

Cependant, le lendemain Kévin décide de repartir vers son nid car deux oisillons l’attendent. Le petit groupe continue donc son chemin, sans lui. Ils marchent tous en direction des chutes.

Brusquement trois chiens effrayants surgissent.  » Où est l’oiseau géant ?  » demandent-ils. »

Face à leurs crocs menaçants et sans pouvoir donner de réponse, Carl et Russell acceptent de les suivre.

Les trois moloces les conduisent à une caverne. A l’entrée, un homme entouré d’une meute les attend. Carl demande :  » Vous êtes Monsieur Muntz, l’explorateur et mon héros  ? « 

Muntz acquiesce et les invite à dîner. Il montre le squelette d’un oiseau géant et dit :  » J’ai passé ma vie à chasser le monstre des Chutes du Paradis !  » Russel regarde le squelette :  » Mais, il ressemble à Kevin !  » ajoute-t-il.

 » Vous connaissez donc le monstre !  » s’écrie Muntz, en colère. Carl et Russell sentent le danger… Muntz ordonne à ses chiens de les capturer… Par chance, l’oiseau géant, Kévin arrive et emporte ses amis sur son dos où Carl et Russell sont vite montés. Carl agrippe au passage Dug et l’emporte aussi. En sortant de la grotte, il se retrouve en haut d’une falaise et les chiens aussi…Ils sont pris au piège…

Heureusement le vent se met à souffler. Il s’accroche au tuyau d’arrosage et la maison s’envole en les emportant. Ouf, ils sont sauvés !…

Mais Charles Muntz les rattrape avec son ballon dirigeable. Carl veut protèger Kevin et Muntz menace aussitôt de brûler sa maison. Carl choisit donc de la sauver et de laisser Kevin être capturé.

Russell en veut à Carl de ne pas avoir tenu sa promesse de protèger Kévin. Il décide néanmoins de le sauver. Il s’envole au moyen de quelques ballons vers le dirigeable où Kevin est retenu prisonnier.

Carl comprend que ses amis comptent plus que sa maison pour lui… Il n’a pas déjà tenu sa promesse d’emmener Ellie en Amérique du Sud… Il pense à elle… Et il décide de partir aussitôt, porté par des ballons, à la recherche de Kevin. Il aperçoit Russell à bord du dirigeable. Il est sur le point de tomber. Il parvient à le sauver de justesse. Russell est maintenant en sécurité dans la maison. Carl part sauver Kévin. Il faut se débarrasser de la meute de chiens qui gardent la cage où Kevin est enfermé.  Il attrappe alors une balle de tennis et la lance. Les chiens s’élancent à la poursuite de cette balle. Et Carl peut enfin libèrer Kevin.

Muntz qui a entendu arrive avec une épée. Il se bat avec Carl. Les chiens dans des avions reviennent et mitaillent les ballons. Carl parvient à sauver Kevin. Ils rejoignent Dug et Russell dans la maison. Mais certains ballons ont éclaté et la maison est déséquilibrée. Carl arrive à se poser à terre et il attire Kevin avec du chocolat car il s’est rappelé qu’il l’aime. Kevin sort alors de la maison avec Dug et Russell accroché sur son dos. Muntz ne peut pas les suivre car son pied est pris à des ficelles de ballons.

Muntz disparaît dans les nuages ainsi que la maison de Carl… Carl, Russell et Dug maintenant tous à terre, accompagnent Kevin chez lui. Ils embrassent les oisillons. Et il retourne à bord du dirigeable de Muntz. Dug fait partie du voyage !

Carl a perdu sa maison mais il est heureux d’avoir trouvé de véritables amis…

Russel gagne, à son retour, son badge d’assistance aux personnes âgées. Le jour de la cérémonie… Carl lui offre une capsule de soda avec des raisins : Le badge qu’Ellie lui avait offert il y a de nombreuses années en le considérant comme un explorateur !

D’autres fabuleuses aventures attendent maintenant les amis ! ….

Conte écrit et publié le 08 Octobre 2009 par Chantal Flury d’après un film de Disney.background-2008_039.jpg

 

 

ILONA, MAHEE ET MILA PREPARENT LA FÊTE.

ILONA, MAHEE ET MILA PREPARENT LA FÊTE. dans Ilona, Mahée, Mila, contes. 8v6znn20 

ILONA, MAHEE ET MILA PREPARENT LA FÊTE.

Aujourd’hui, maman a demandé de l’aide à Ilona, Mahée et Mila pour préparer le repas d’anniversaire de mamy et papy. Elles doivent aussi confectionner un cadeau pour chacun d’eux.

Maman ne travaille pas cet après-midi et Ilona et Mahée vont décorer chacune une tasse blanche, qu’elles offriront à leurs grands-parents. Mila est encore trop petite et elle ne peut pas les aider. Elle va juste les regarder et les encourager.

Ilona, qui est la plus grande, dessine avec un pinceau de belles fleurs et des personnages sur sa tasse. Elle s’applique car les fleurs ne sont pas faciles à faire. Mahée, plus petite, ne peut que former des lignes. Elles complètent avec de la peinture dorée. Elles dessinent des petits points et des traits. 

 » Ces deux tasses sont toutes brillantes ! Papy et mamy seront ravis !  » disent Ilona, Mahée et Mila.

Maintenant, il y a les coupes de champagne à décorer. Il faut porter un dessin au pinceau différent sur chaque verre. Ainsi les invités pourront reconnaître facilement celui qu’ils auront choisi. Des formes géomètriques apparaîssent à présent de toutes les couleurs.

 »  Que ces coupes sont belles, décorées de beaux dessins de toutes les couleurs ! «  ajoutent Ilona, Mahée et Mila.

Il faut ensuite préparer avec maman les mises en bouche qui seront servies avec l’apéritif pour les invités. Maman a préparé des purées :  de courgettes, de carottes crues, de concombres et aussi des oeufs de limp rouges et noirs, des crevettes, du crabe, des lentilles, du saumon cuit. Les petites filles s’appliquent car il faut mettre dans chaque verrine  une petite quantité de purée et changer en mettant par exemple du fromage blanc, puis de la purée de courgette et enfin des oeufs de limp rouges.

Que ces petits verres sont jolis, ainsi remplis ! Ilona, Mahée et Mila ne peuvent s’empêcher d’en vider quelques uns et de manger leur contenu ! …

C’est au tour des petits fonds de tartes. Maman les a découpés. Ilona et Mahée les remplissent de purée de tomates ou d’oeufs en omelette. Elles mettent pour les complèter des crevettes ou du crabe, du jambon ou des lardons coupés. Il ne reste plus à maman qu’à les enfourner.

 » Nous avons été de grands pâtissiers ! N’est-ce pas maman ?  » demandent Ilona, Mahée et Mila.

 » Mais oui ! De plus, vous avez été d’adorables petites filles ! «   répond maman en les embrassant.

Il n’y a plus que les gâteaux, qui seront servis au dessert, à aller choisir avec maman chez le patissier. Heureusement maman préparera, seule demain, le reste du repas…Les trois petites filles ont bien travaillé. Elles sont fatiguées et se couchent sur le canapé… un livre à la main…

Conte écrit et publié par Chantal Flury le 7 Octobre 2009.background-2008_039.jpg

LE LIVRE DE LA JUNGLE – SOUVENIRS D’ENFANCE.

graphics-mowgli-462907

LE LIVRE DE LA JUNGLE – SOUVENIRS D’ENFANCE.

Mowgli adore la jungle. Les animaux qui y vivent l’on recuelli lorsqu’il était bébé. Ils l’ont élevé jusqu’à ce qu’il soit assez grand pour retrouver les hommes. Et depuis, il retourne très souvent dans la jungle pour revoir ses amis. Mais un de ces animaux n’est pas l’ami de Mowgli. Il se nomme Shere Khan, le terrible tigre ! Ce dernier est un solitaire et il ne veut pas d’amis. Il ne veut que de la nourriture ! Lorsqu’il voit arriver Mowgli, il pense déjà qu’il pourrait le manger. Il s’approche alors furtivement de lui :  » Comme c’est gentil, mon garçon de venir à l’heure du dîner !  » lui dit-il. Mowgli se retourne en sursautant : le tigre le fixe de ses yeux jaunes brillants. Mais Baloo l’ours, et Bagheera la panthère arrivent :  » Shere Khan, bas les pattes ! Laisse mon ami tranquille.  » crie Baloo.  » Et pourquoi ?  » demande Shere Khan.  » Parce que nous t’avons sauvé .  » répond Baloo en souriant.  » Sottises ! Je suis le seigneur de cette jungle. Je n’ai besoin de personne !  » rétorque Shere Khan.  » Tu en as pourtant eu besoin une fois. Tu te souviens ? Nous étions des bébés…Tu n’étais déjà pas drôle mais nous jouions tous les deux ! Et un jour, nous t’avons sauvé d’une meute de loups !  » dit Baloo.  » Je n’en ai aucun souvenir !  » grogne Shere Khan.  » Mais si ! Ce jour là nous étions entrain de jouer dans un temple abandonné. Kaa essayait d’hypnotiser Baloo qui s’endormait déjà.  » explique Bagheera.  » Oui, je dormais et Louie faisait le clown sur une liane. Une abeille est passée d’un coup sous son nez !  » poursuit Baloo. Et en écoûtant Baloo et Bagheera, les souvenirs de Shere Khan émergent doucement… Louie a perdu l’équilibre. L’abeille est venue voleter vers Baloo.Il s’est alors levé et l’a suivie. Il marchait en dormant et le bourdonnement de l’abeille lui rappellait le miel ! Il voyait des vallées, des montagnes, des rivières faites de miel ! Kaa le serpent et Louie, le petit singe blagueur ont suivi Baloo.  » Tu as hypnotisé Baloo, Kaa. Maintenant surveilles le pour l’empêcher de se faire mal !  » dit Bagheera.  » Je ne l’ai pas fait exprès. Je vais le dé-hypnotiser.  » répond Kaa. Maintenant Baloo est au bord d’une falaise et il continue à avancer ! Kaa a juste le temps de construire un pont avec des lianes pour qu’il puisse y passer. Baloo le traverse ensuite sans se réveiller ! Le pauvre Kaa a du mal à suivre Baloo qui suit toujours l’abeille qui vole de plus en plus vite ! Bientôt, ils arrivent à la grotte de miel des abeilles près de la rivière. Kaa a enfin rejoint Baloo :  » Ecoûte moi ! Je vais claquer des doigts et tu te réveilleras !  » dit Kaa. Juste à ce moment l’abeille vire et fonce sur Baloo et elle le pique !   » Aïe ! Où suis-je ?  » crie Baloo en se réveillant. Alors Kaa at Baloo ont entendu un énorme bourdonnement. Des centaines d’abeilles sortaient de leur ruche se ruaient sur eux ! La rivière était leur seul salut !  » Vite, Kaa, par ici ! «  s’est écrié Baloo. Et ils ont tous les deux courrus jusqu’à la rivière, poursuivis par des abeilles furieuses ! Pendant ce temps, plus loin dans la jungle, un faon broutait tranquillement. Soudain, il a senti dans l’air l’odeur terrifiante des loups ! Il s’est alors enfui pendant que les loups le pourchassaient. Mais un oiseau qui a suivi la scène est parti prévenir les amis du danger.  » Je n’ai pas peur des loups. Les tigres sont les seigneurs de la jungle ! «   dit fièrement Shere Khan.  » Oui, un seigneur comme toi, il n’y en a qu’un… Et les loups sont nombreux !  » réplique Louie. Soudain Louie a pensé à Baloo qui marchait en dormant, Kaa le suivant. Louie a sauté sur le dos de Hathi, le petit éléphant, pour le retrouver.  » Vite retrouvons Baloo pour le prévenir !  » dit Louie pressée. Bagheera, Louie  et Hathi ont cherché, cherché mais Baloo et Kaa ne furent pas trouvés. Ils étaient nulle part. Ils allaient renoncer leurs recherches lorsqu’ils l’ont vu flotter tranquillement sur la rivière.  » Coucou ! Venez vous baigner ! L’eau est bonne !  » crie Baloo en les voyant. Pendant ce temps Shere Khan est resté au temple abandonné. Le hurlement des loups l’a fait sursauter. Ils couraient vers lui !… Shere Khan n’était qu’un bébé tigre et il savait se défendre !… Mais deux loups plus gros sont apparus ! Ils étaient féroces et montraient leurs dents !… Et Shere Khan était petit et tout seul !… D’un bond, il a sauté sur le mur du temple. Mais il faudrait bien qu’il redescende… et toutes ces dents pointues l’attendaient !… Alors Baloo et les autres sont arrivés.  Louie a lancé une mangue pourrie à la tête du chef de la meute. Les loups ont été vexé par la plaisanterie… Ils se sont alors lancés à leur pousuite.  » A la grotte des abeilles ! J’ai un plan !  » a crié Baloo.  » Tu sais ce que tu fais ?  » a demandé Louie. Mais oui, Baloo savait ce qu’il faisait. Il savait que les hurlements de la meute attireraient les abeilles. Et, en effet, les abeilles sont sorties furieuses ! Et elles ont attaqué les loups ! … Les enfants de la jungle ont sauté dans la rivière et se sont cachés sous l’eau, le temps que les abeilles partent comme ils l’avaient fait la première fois… Et en ressortant la tête, ils ont bien éclater de rire en voyant l’essaim poursuivre les loups !  » On ne les reverra pas de si tôt !  » s’exclame Baloo. Et les amis sont retournés au vieux temple.  » Ne te donne pas le mal de me remercier !  » dit Baloo à Sher Khan en arrivant au temple.  » Remercier de quoi ?  » a demandé le petit tigre.  » De t’avoir sauvé la vie !  » a répondu Louie.  » Et tu ne nous a jamais remerciés ! Et tu peux le faire maintenant en laissant Mowgli tranquille.  » ajoute Baloo.  » Pure invention ! et maintenant j’ai faim !  » dit Shere Kahn. Et le grand tigre, les yeux fixé sur Mowgli, s’avance lentement vers lui. Aucun mot n’arrêtera Shere kahn. Baloo le sait. Quand tout à coup, il aperçoit une ruche d’abeilles justa au-dessus du tigre. Et il envoie une pierre en plein dans la ruche. Shere Kahn n’a que le temps de pousser un cri d’horreur en recevant la ruche sur la tête ! Shere Kahn prend la fuite poursuivi par les abeilles furieuses…  » Il apprendra ainsi à être poli. On doit toujours dire, merci, à ceux qui vous viennent en aide. Merci mes amis !  » dit Mowgli. Conte écrit et publié le 04 Octobre 2009 par Chantal flury d’après un film de Disney.background-2008_039.jpg

NENUPHAR LE CHIMPANZE.

 

singes_farceurs

 

NENUPHAR LE CHIMPANZE.

Sur le grand bleu qui arrive d’Afrique, il y a trois cheminées, mille passagers et cent hommes d’équipage. Il y a aussi bien caché, un petit chimpanzé.

Son nom est Nénuphar. Il est né près d’un grand étang où les fleurs naissent chaque printemps. Et il vient en France pour travailler.

Nénuphar est fatigué et il voudrait bien se reposer une nuit dans un hôtel.

 » Bonsoir, Monsieur. avez vous une chambre à louer. Je suis un chimpanzé bien sage !  » dit Nénuphar au portier de l’hôtel.

On lui donne une chambre. il y rentre avec un code qui lui a été communiqué. Il arrive dans cette chambre et se met dans un lit. Avec son beau chapeau, il coiffe la chandelle. Et le bonnet de papier ne tarde pas à s’enflammer ! Nénuphar est effrayé. Vite un broc d’eau. Il éteind l’incendie. Mais hélas, il a détruit son châpeau ! Nénuphar est trop fatigué pour trop y penser. Il se glisse sous la couette et rêve, rêve… d’un grand bonnet d’argent.

Dès son réveil, Nénuphar prend une douche. Il se savonne et se frotte en chantant. Il fait en même temps cent bulles de savon.

Il sort et achète un journal. Il voudrait travailler mais il ne connaît aucun métier. Il se fait un chapeau avec ce journal.

Nénuphar pense : « Ainsi, je serai bien habillé. Je pourrai trouver facilement du travail ! « 

Puis il va dans un restaurant, demande une table. Il mange de bon appétit deux tartes, trois croissants, une brioche, un éclair, six petits fours et boit une grande tasse de lait.

Après avoir cherché, Nénuphar a trouvé un métier. Il sera peintre en bâtiments. Il s’en va donc portant une échelle sur l’épaule, des peintures et des pinceaux.

Mais le joyeux chimpanzé, après avoir travaillé, voudrait s’amuser. Sautant, dansant, il couvre les murs et les carrelages de pleins de gribouillages : du bleu, du jaune, du rouge, du vert, toutes les couleurs se mélangent !

Maintenant la nuit tombe, il fait froid et le singe voudrait trouver un toit. Il aperçoit un chien, nommé Azor,  dans sa niche. Mais le chien ne veut pas partager son lit de paille bien fraîche. Il s’élance sur Nénuphar qui lui montre un os dans la cour.

Le chien dissipé se précipite aussitôt, fouille, gratte et jappe, aboie et finit par trouver un bel os tout blanc. Pendant qu’il le croque, Nénuphar s’installe dans la niche abandonnée. Et le chimpanzé, son chapeau posé par terre s’endort. Il fait de beaux rêves. Le chien, qui n’est pas rancunier, se couche sagement dans l’allée…

Nénuphar et Azor deviennent vite des amis. Ensemble sur les places publiques, ils font des tours et des jongleries ! Ce sont de vrais acrobates ! Les deux compères dansent et la foule se dit :  » Ce singe et ce chien sont assurément très savants !  »

Mais Nénuphar aime faire des métiers nouveaux. Il achète une bicyclette pour faire des livraisons dans la ville, de piles de journaux.

 » Journaux du matin et du soir !  » crie-t-il en passant. Puis il distribue ce qu’il n’a pas vendu aux chiens du quartier.  » Tenez mes amis, amusez-vous bien ! « 

Mais Nénuphar ne peut résister de découper les pages imprimées. Il les transforme en bonhommes, en cocottes, en bonnets, en avions et cochonnets. Oh ! qu’ils sont merveilleux !

Pour finir, il construit une cocotte immense en papier journal ! Il plie, taille et colle si bien que c’est lui qui a créé la plus belle cocotte en papier que vous pouvez imaginer.

Conte écrit et publié par chantal flury le 02 Octobre 2009 d’après une histoire de Hachette.background-2008_039.jpg   Nénuphar Le Chimpanzé - Livre797586cc

 

12

L'Encre de Phoebé |
"Le regard des autres", 1er... |
Atelier permanent de lectur... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Amour, Beauté, Paroles, Mots.
| Les Ailes du Temps
| David Besschops